Reproduction même partielle strictement interdite, sauf autorisation expresse. Protection des œuvres - loi du 3 juillet 1985 Droits d'auteur réservés

 
 

« Les poètes » émission radiophonique sur la poésie dans le monde sur Radio Occitania 98,3 MHZ le jeudi de 20 h à 21 h,

diffusée de façon pérenne par http://les-poetes.fr 

animée par Christian Saint-Paul avec Claude Bretin à la technique et webmestre.

La poésie a été florissante à Toulouse cité de la plus ancienne Académie d’Europe : l’Académie des Jeux Floraux.

La vie littéraire et poétique était vivace parce qu’elle procurait du plaisir à la population de notre Languedoc, à ce Sud prestigieux qui a érigé le plaisir de l’esprit en civilisation et en éthique. C’est ainsi que le plaisir intellectuel s’est confondu avec le devoir. Après l’écrasement de cette civilisation, l’hégémonie monarchiste et ensuite le jacobinisme républicain ont imposé avec force mais succès une langue et surtout une culture unifiée. Au XXème siècle, l’embrasement poétique a de nouveau illuminé la ville et l’Occitanie. Après la deuxième guerre mondiale, le monde immense se laissait découvrir. Les poètes pouvaient se rapprocher car ils en avaient désormais les moyens matériels accessibles.

 

 
TOULOUSE
est la capitale de
l'OCCITANIE
(voir décret

********************************

A RETENIR

**********************************************************

****************Haut de Page**************** 

MONTPELLIER
Une rencontre poétique est organisée 
à la Maison des Relations Internationales de Montpellier
 le 3 Avril à 19 heures pour accueillir 
le poète israélien Ronny Someck,
 à l'occasion de la parution de son livre de poèmes, 
"Le poème ardent"
 (traduit de l'hébreu par Michel Eckhard Elial
aux Editions Bruno Doucey.

 
editions-levant.net

 

****************Haut de Page**************** 

appel à texte Prix Vargaftig 
voir doc

****************Haut de Page**************** 

 

Voir la version en ligne  28-03-2017
 


C'est une troupe immense, une interminable cohorte, depuis la nuit des temps, ils avancent, ils avancent, sans retour possible.

È una truppa immensa, una coorte interminabile, dalla notte dei tempi, avanzano, avanzano, senza ritorno possibile.

 


 

Dans une autre vie, j'étais un serpent nu, une chose sans corps, une vie sans armure…
 
 
exil
 

EXIL
est né de la rencontre entre un texte et le talent d'une artiste aquarelliste
qui a mis son art à l'unisson des mots


un texte de Jean-Pierre Petit
illustré par Marie Guastalla

vient de paraître
dans la collection "POÉSIE CONTEMPORAINE"




Un livre de 56 pages au format 24 x 16,5
prix public 15€ port compris

 

 

 

 
 

Parmi les dernières parutions
 
 
Poèmes sans amarres
L'enfant fini
La parole comme un cristal de sel
 

****************Haut de Page**************** 

Après la sortie, en janvier dernier, de :

Entre les dents, de Rodolfo Alonso

traduit de l'espagnol (Argentine) par Jacques Ancet

avec des dessins de Sylvie Deparis

(PO&PSY princeps n° 25)

PO&PSY a le plaisir d'annoncer la parution de : 

notre morceau de planète, de Slađan Lipovec

traduit du croate par Martina Kramer

avec des photos de Klavdij Sluban

(PO&PSY princeps n° 26) 

façon de parler, de Ernst Jandl

traduit de l'allemand (Autriche) par Inge Kresser

avec des dessins de Ena Lindenbaur

(PO&PSY princeps n° 27)

et : Patience des fauves, de Sandrine Cnudde

avec des photos et cartes de l'auteure

(PO&PSY a parte n°3)

Vous trouverez à notre rubrique "Parutions" plus d'informations sur ces 3 ouvrages cités lors de nos émissions radiophoniques.

Association PO&PSY

95A rue du Castelas, 30260 LIOUC

http://www.poetpsy.wordpress.com

****************Haut de Page**************** 

Cyrille Roussat dédicace tous les jours de 15h30 à 16h30 le livre de KAHLID EL MORABETHI «EXERCICES» qu’il a illustré
salon du livre 2017 porte de Versailles …. sortie du métro LIGNE 12 : PORTE DE VERSAILLES ET PRENDRE LA DIRECTION pavillon 1 (attention pas les 2 ou 3 ou 4)
prix de l’entrée 12 euros mais on a des invitations pour vous si vous vous signalez par mail à at.agneau@wanadoo.fr avant samedi 12h

****************Haut de Page**************** 

 

Chers amis de la poésie,
 « Τὰ ζῷα τρέχει »
      ( Ta zoa trekei )
« Les animaux courent »
En attendant la publication du numéro consacré à « NOURRITURE & GOURMANDISE », numéro en cours d’élaboration, la revue Souffles vous propose dès à présent de nous envoyer votre contribution pour le numéro suivant qui aura pour thème
 « BÊTES & BESTIOLES »
 et dont voici l’appel à texte.
 Faites donc  « courir les animaux » au gré de votre inspiration poétique !
 
Amitiés poétiques
Toute l’équipe de SOUFFLES (Montpellier)
 
Prochain numéro : date limite d’envoi des textes : 10 mai 2017
 
BÊTES & BESTIOLES
 
BÊTES ET BESTIOLES ! Elles seront le thème de notre prochain numéro et vous pouvez dès à présent nous adresser vos textes.
Elles nous ont précédés, certaines nous survivront. Comme nous éphémères, entre deux déluges elles ont beaucoup à nous dire. Leur origine, leur « génie » comme leur devenir nous interpellent. Parallèle à notre histoire, leur trace est inscrite dans la pierre depuis les temps immémoriaux. Obéissantes et respectueuses des lois de la nature, elles ont encore beaucoup à nous apprendre.
BÊTES ET BESTIOLES, nos amies, nos sœurs, ah les fidèles compagnes, ah les diablesses ! Elles sont partout, sous nos pieds, à nos côtés, au-dessus de nos têtes, elles peuplent le ciel, la terre, les eaux, et nos imaginaires. Depuis toujours ou presque elles sont là, grouillent, rampent, volent, nagent, sautent, copulent, et nous obnubilent. Depuis longtemps, bien plus longtemps que nous, elles habitent le ciel, la terre, les eaux, et y pullulent.
Depuis la nuit des temps, elles offrent à la Nature parée la perfection de leur beauté, tels ces insectes offrant à l’œil humain des œuvres dignes des plus grands joaillers. Minuscules ou majuscules, les bêtes nous fuient, nous accompagnent ou nous entourent, elles sont le peuple des mousses, des steppes et des savanes, des bois et des sous-bois, elles sont le peuple du ciel et des nuages, des vagues et des abysses, des lacs et des étangs. Nous les pêchons, les chassons, les capturons, les exterminons, les utilisons à nos fins, selon nos goûts et nos cruelles fantaisies. Elles gîtent aussi dans nos livres et nos œuvres d'art, nos rêves et nos cauchemars. Car ainsi va le monde, proies et prédateurs – dont nous ne sommes pas les moindres – fantastiquement emmêlés dans les filets de la vie et de l'art.
BÊTES ET BESTIOLES ! Elles n'auraient d'autre fin que survivre et se reproduire, elles ont pourtant colonisé nos cerveaux au point de nous terroriser parfois. Microphobie, arachnophobie, lycophobie… la liste des terreurs qu'elles nous inspirent est à l'image de leur diversité. Elles nous fascinent ou nous répugnent, nous les redoutons ou les vénérons, les immolons ou les déifions. Elles sont nos compagnes de route sous le ciel glacé ou le soleil de plomb. Depuis toujours ou presque, elles peuplent nos légendes et nos contes de leur fantastique présence, elles sont les héroïnes de nos récits, elles endossent à leur insu les rôles que nous distribuons à foison, dans le grand bestiaire de la littérature.
Sous la plume d’Ésope ou de la Fontaine, dans l’imaginaire réel de Lautréamont, Kafka ou Delteil, elles se font humaines pour mieux dénoncer nos défauts et nos travers. Le bestiaire mythologique est inépuisable.
Fort heureusement, les savants veillent au grain pour les réhabiliter et les débarrasser des oripeaux dont nous les avons affublées. Les savants ou les poètes. Ils sont parfois aussi savants que poètes, tel le grand Jean-Henri Fabre, cet Homère de l'entomologie né en Aveyron et mort en Vaucluse, qui rendit, entre autres bestioles, sa dignité et sa grandeur à la cigale, injustement malmenée par la fable.
BÊTES ET BESTIOLES, elles auraient pu cent fois nous exterminer, nous avons si souvent songé à les éradiquer.
BÊTES ET BESTIOLES, elles nourrissent nos peurs et nos espérances, elles règnent dans l'infiniment petit comme dans l'infiniment grand, elles sont des milliards sous les feuilles de chaque arbre, des milliards dans le moindre ruisseau, le moindre pré, sous la neige et sous la terre, dans les grottes et les gouffres, dans la poussière que le vent charrie, sans elles nos fables et nos histoires extraordinaires seraient aussi misérables que le creux de nos mains.
Fascinée par le vivant la parole poétique se doit de célébrer les petites et grandes bêtes et d’unir sa voix à la parole écologique, qui prend en compte actuellement jusque dans le droit, la cause de la vie animale menacée par l’homme.
Le poète trouvera en l’animal dans sa diversité infinie matière à donner libre cours à son imagination,  au gré des symboles et des mythes. Son langage propre offre un champ d’exploration et un prisme fabuleux à envisager l’humain.
A la voix de l’animal répondra la voix du poète, en une grande diversité de genres et de formes.
BÊTES ET BESTIOLES, nous les ferons vivre et revivre dans le prochain numéro de la revue Souffles. Il ne tient qu'à vous, à votre imaginaire fécond, à vos humeurs, vos amours et vos frayeurs. A vos fermes et vos « zoos » !  A vos abeilles, à vos mouches, à vos fourmis… !  Et à vos plumes donc pour de nouvelles métamorphoses et de fantastiques et poétiques éclosions.

Date limite d’envoi des textes : 10 mai 2017
 
 CONSIGNES D’ENVOI DES TEXTES
 
Afin de faciliter le travail du comité de lecture constitué de bénévoles passionnés ayant la poésie à cœur, merci de bien vouloir respecter les consignes suivantes :
Les textes pour le prochain numéro de Souffles sont à nous faire parvenir
I –  par envoi électronique :
- En PIECE JOINTE à votre courriel, à l’adresse électronique :                                                    prochainnumero@revuesouffles.fr
- Avec NOM, PRENOM, TITRE (en objet de votre mail).
- FICHIER WORD (et non PDF), format A4, en pages recto uniquement.
- En TIMES NEW ROMAN (police de caractère), taille 12.
- Si votre envoi comporte des images, il conviendra de nous les faire parvenir au format JPG
   et en 600 dpi.
II –  suivi d’un envoi postal :
- en 3 EXEMPLAIRES PAPIER à l’adresse suivante :

 
Revue SOUFFLES
113, avenue Vauban n° 46
34110 Frontignan
 
Tout envoi hors délai ne sera pas accepté.
Tout envoi ne respectant pas l’une de ces CONSIGNES ne sera pas pris en compte.

Pour plus d’information:
http://www.revuesouffles.fr/
www.facebook.com/revue.souffles

   
 
    




     Odilon REDON
       L’araignée qui sourit

****************Haut de Page**************** 

MICHEL BAGLIN 

Lettres d’un athée

à un ami croyant

(éditions Henry)

A l’heure des attentats, ces lettres d’un athée portent la conviction que le dialogue entre ceux qui croient au ciel et ceux qui n’y croient pas reste ouvert, à la condition de ne pas oublier qu’en démocratie, le respect est dû aux personnes, pas à leur foi, leurs idéologies, leurs représentations du monde, leurs utopies.

Les religions ne sauraient rester, elles seules, hors du champ de la critique, comme la rappelle Boualem Sensal à propos de l’islam. Or la demande des intégristes catholiques de créer un délit de blasphème, comme celle des musulmans qui protestent contre les caricatures, montre à quel point le ver est dans le fruit.

Parce que le sacré des uns n’est pas celui des autres et qu’il n’en est pas d’universel, le sacrilège n’existe que dans la tête des censeurs. Quand les religions entendent imposer leurs injonctions et leurs interdits, on entre dans l’apartheid, elles portent en elles la guerre des communautés.

Ainsi ce plaidoyer pour la laïcité souligne-t-il qu’il n’est pas de frères de race ou de religion, seulement des frères d’humanité. Car la fraternité est universelle, sinon elle ne recouvre qu’une solidarité de clan, de tribu, une solidarité de meute.

Fiction épistolaire née de la révolte et de la colère, mais aussi de la quête d’une fraternité qui voudrait s’en nourrir et les dépasser, elle est illustrée par Jean-Michel Delambre (dessinateur au Canard enchainé et à Charlie Hebdo) qui la rehausse de son humour décapant, et c’est un honneur pour moi de lui être associé.

(Voir ici les critiques de Jacques Morin et de Lucien Wasselin  http://revue-texture.fr/lettres-d-un-athee-a-un-ami.html   ).

 

102 pages. 10 euros. Dessins de Jean-Michel Delambre. Editions Henry.

En librairie, chez l’éditeur (Parc d’activités de Campigneulles – 62180 Montreuil-sur-Mer ou sur le site www.editionshenry.com). Ou chez l’auteur via baglin.michel@wanadoo.fr

 

Eaux troubles

(Editions Pétra)

Le fil de l’eau est le fil rouge de ces quinze histoires où se dévoilent les fêlures et les paysages intimes de personnages qui ont souvent pris la vie par le mauvais bout….

Quinze nouvelles pour nous rappeler qu’un rien suffit à rendre les eaux troubles. Ici c’est une crue, un remous, ailleurs un pont lancé, un vent mauvais, une rencontre ou une couronne d’olivier, une pollution de l’air ou de l’âme…

Ces intrigues nous font aussi voyager, elles se déroulent sur le canal Volga-Baltique, un lac du Québec, un quai de gare, à Constantine, dans une vallée du Sud tunisien ou dans le maquis corse… Ou simplement en descendant le cours d’une vie au fil de la Garonne, à Toulouse.

Des histoires en suspension se cristallisent alors quand remontent du fond vaseux des existences et de la solitude, les émotions enfouies.

196 pages. 16 euros. Éditions Pétra, Paris. ISBN 978-2-84743-157-5.

Chez l’éditeur. ISBN 978-2-84743-157-5. Ou chez l’auteur 

Voir les critiques d’Alain Kewes et de Max Alhau reprises ici http://revue-texture.fr/eaux-troubles.html

Ces deux publications feront l'objet d'une prochaine émission

****************Haut de Page**************** 

 

Ce livre a fait l'objet de l'émission du jeudi 2 mars 2017  

 

****************Haut de Page**************** 

Chronique des 2 Rives 

Par Abdelmadjid KAOUAH     

AU POINT D’ORIGINE

****************Haut de Page**************** 

de "Vous prendrez bien un poème ?"
de Françoise Vignet 

****************Haut de Page**************** 

 


 
d'ombres couv
 

poèmes écrits entre 1990 - 2013
avec huit illustrations originales de l'auteur
 

1
 

j'ai fixé le plafond où pendant longtemps,
des ombres m'ont fait des grimaces...

in Journal 1997

 

2
 
petites fictions qui parlent de mort, drame, tristesse, solitude
une façon paradoxale de faire la nique à

 la camarde à cheval un de Troie
la camarde à midi tend ses bras
la camarde remonte ses bas
viendra cette nuit tirer sur ton drap


soigner le noir par le noir
mettre des mots là où il ne faut pas
narguer la peur


4

Édité et imprimé par l’auteur

Sur papier 100gr calcaire
Couverture 250 gr calcaire
100 % recyclé

Dépôt légal : mars 2017



à me commander directement (et merci !) :

10 €  ( + 2 € pour le port)

 

http://cathygarcia.hautetfort.com/ & http://gribouglyphesdecathygarcia.wordpress.com/
http://imagesducausse.hautetfort.com &
http://delitdepoesie.hautetfort.com/

Si vous souhaitez vous abonner à la liste de diffusion de mes notes de lecture, vous pouvez le faire par simple demande à cette même adresse mail.

 

****************Haut de Page**************** 

Vient de paraître :
 
Dans son regard aux lèvres rouges

d'Yves Charnet

Éditeur : Le Bateau Ivre

264 pages

19,00 €

en commande dans toutes les librairies indépendantes & centres culturels

 (style Leclerc, etc) en précisant que le distributeur est la SODIS.


 

Une émission sera prochainement consacrée à ce livre

 

****************Haut de Page**************** 

 


La Grèce phare de la Méditerranée  

 
La revue Levant (n°12-13) annonce un Cahier de printemps pour la Comédie du Livre sur la Grèce et la Méditerranée.

 
Honneur et reconnaissance à la Grèce, sur laquelle s'ouvre cette livraison exceptionnelle. Au regard du monde qui se fait et se défait dans le douloureux chaos d'aujourd’hui, la littérature n'est pas une citadelle de mots cernée par des frontière. Elle s'interroge sur le sens vital des mots, celui qui aide à vivre et à espérer, pour les porter à la lumière en direction des générations futures: pierres, bouts de vie, vents contraires poussent au bout de la langue le goût et le rythme du renouveau.

 
Sur ce chemin, comme le nomade attaché à sa maison de toile, Levant poursuit le sens de sa route entre les lisières de l'incendie et du rêve. Princesse phénicienne, fille de la Grèce, Europe est la maison et la mer commune de notre riche et indivise civilisation.
Reconnaître cette terre vivante par delà nos frontière désormais illisibles, et la nommer, à nouveau, au nom de l'espoir, pour en retrouver la source et l'avenir des hommes qui l'habitent dans leur création et la réflexion, voilà plus que jamais un projet de fidélité et un impératif d'avenir. Pour s'élever il faut creuser ses racines..

 
Entre ses houles et ses migrations, il est juste de s'arrêter au bord du chemin, comme le suggère Hölderlin, et de débusquer l'insoupçonné, toujours présent, du sens à venir.

 
Vers le rêve, et notre salut, cheminent les poètes. S'il n'en reste que quelques-uns, comme les arbres d'une forêt oubliée, les poètes ont le devoir de rêver.

Michel Eckhard-Elial directeur des éditions Levant
 

****************Haut de Page**************** 

TOULOUSE

ACADÉMIE DES JEUX FLORAUX

 Cycle 2016-2017 des Conférences d’Assézat

 Séances publiques et gratuites – 17 heures 30.

M. l’abbé Georges Passerat,

Mainteneur de l’Académie des Jeux floraux.

« Jean XXII, pape occitan »

MARDI 16 MAI 2017, à 17h30, Salle Clémence-Isaure

Madame Chantal Toulemonde,

Professeur agrégée.

« Monsieur de La Pérouse et le Capitaine Phillip – L’improbable rencontre de deux gentilshommes des mers en Terre Australe »

site : jeuxfloraux.fr 


 

****************Haut de Page**************** 

 

 

 

 

 

Les vestiges du Château Gaillard

cher à Isabelle Lévesque

 

****************Haut de Page**************** 

 



  Photo de la semaine

Démosthène Agrafiotis et Marie-Hélène Stavrou

 à Athènes lors de l'émission

 par téléphone du jeudi 16 mars 2017

 

 

 


 

Joëlle

 MONTECH

Joëlle MONTECH au festival "50 poèmes pour la neige"
voir :

 

 

 

Louis VIEL  

 

 

Philippe Dazet-Brun

 

 

 

Alem Surre-Garcia

 


 

Christian Saint-Paul à Totana en Andalousie, 
un des lieux "d'Indalo" paru à Encres Vives
Ecouter l'émission du

septembre 2016:

 


 

 

Photo Claude BRETIN vacance à TANARIVE

 

   
   Georges Andriamanantena

alias Rado

Photo Claude BRETIN vacance à TANARIVE

 

 

 

 

Photos de Claude BRETIN

photo d'Isabelle Lévesque:

pour le blanc immaculé de l'hiver,
 
Perce-neige
une photo d'Isabelle LEVESQUE.

************************

Christian Saint-Paul devant la tombe

de MACHADO à Collioure.

************************

 

le dimanche 10 octobre 2015

remise du Grand Prix de Poésie des Gourmets des Lettres 

sous l'égide de l'Académie des Jeux Floraux de Toulouse.

Le lauréat Christian Saint-Paul reçoit de Francis Grass, 

maire-adjoint à la Culture de la Ville de Toulouse 

le diplôme et la médaille de la Ville de Toulouse

pour son recueil INDALO qui est un regard 

sur les terres andalouses de la province d'Alméria. 

************************

Christian Saint-Paul devant la tombe de Georges PERROS et de Tania à Douarnenez

Concarneau photo

Aurélie Saint-Paul

************************

   

Conception du site     Claude BRETIN

claude@les-poetes.fr

Fax 09 72 40 51 49


Mes réalisations Vitrail au plomb

 ou TIFFANY

Photos de Claude BRETIN

 

Photos de Claude BRETIN

Le retour du Printemps ma collection d'iris

Revue Diérèse et les éditions

des Deux-Siciles voir: 

http://diereseetlesdeuxsiciles.com

 

 Catalogue des ouvrages de : www.editionsorizons.com


 

La compagnie Fées et Gestes présente

 

PARIS
Les éditions CARACTERES 
œuvrent pour la poésie.

******************************

Les éditions du Contentieux

******************************

Une nouvelle chronique des deux rives par A. KAOUAH

voir rubrique "Chroniques"

 

***********************