RETOUR

cliquer sur le haut parleur pour écoute

Pour écouter   2016   2015 2014 2013  2012  2011  2010  2009  2008 2007  2006


 

 

 

 

20/07/2017

 



RETOUR



Haut de Page

 

     


 

 

 

 

 

06/07/2017

13/07/2017

 

 



RETOUR



Haut de Page

 

 

Avant de se consacrer à son invitée, Christian Saint-Paul signale, en se réservant d’en parler plus longuement ultérieurement, la parution de quelques livres de poésie :

Isabelle Lévesque,

Voltige !

éditions L’herbe qui tremble, 2017.

Peintures de Colette Deblé. Postface de Françoise Ascal.

Voici quelle lecture en a fait Angèle Paoli :

« VIVRE ÉCRIRE | SANS TOURMENT »

« Une rêverie dansée ? Une chanson triste hissée à hauteur d’absolu ? Les trois vers de Guillaume Apollinaire, extraits de « Sanglots » et inscrits en épigraphe de Voltige ! — dernier recueil d’Isabelle Lévesque —, incitent à le penser. De même la peinture qui illustre la première de couverture. On peut certes imaginer une danse, un envol, une silhouette enlevée dans le mouvement tourbillonnant d’un manège. Mais on peut aussi lire dans cette danse l’expression d’une résistance, hanches déportées et bras levés vers le ciel. Peut-être même faut-il voir dans ce déport l’expression d’une supplication ?

Derrière cette silhouette tremblée de femme, on reconnaît aussitôt la créatrice Colette Deblé. Une autre silhouette féminine, du même rouge jaspe et entourée de la même nébuleuse étoilée, est insérée dans le recueil. Toutes deux renvoient à une céramique du peintre de Marsyas dont s’est inspirée Colette Deblé. La silhouette se nomme Thétis. Elle est la Néréide que Pelée a enlevée afin de l’épouser. Une légende corse prétend que les noces extravagantes entre la jeune beauté « au voile flottant » et son époux furent célébrées en mer, au large du Monte Genovese et des Agriates. Me reviennent aussi en mémoire les envolées lyriques de l’opéra vénitien de Francesco Cavalli : Le nozze di Tite e di Peleo (1639). La Thétis de Colette Deblé se tient, elle, accroupie sur ses talons ; torse tendu dans une torsion, visage au regard invisible tourné en arrière des épaules, bras écartés. Thétis résiste-t-elle en un ultime effort à l’assaut de Pelée ? Ou bien s’est-elle résignée à le suivre ? Impossible d’en décider de façon affirmée, même si l’intitulé de la toile révèle l’épisode qui précède les noces: Pelée s’empare de Thétis. Quelques vers de L’Iliade laissent échapper la plainte de Thétis. La divinité marine s’épanche sur son sort, elle qui s’est vu imposer par Zeus un époux qu’elle ne désirait pas. Ainsi la violence a-t-elle présidé à ses épousailles. Mais l’amour n’est-il pas en soi une forme de rapt ? C’est peut-être le récit d’un rapt amoureux, mais un rapt consenti, que le recueil Voltige ! va dévoiler pour nous. 

Dans son chemin de lecture, le lecteur croise d’autres silhouettes de femmes. Une Allégorie de la Paix d’Amiens (1802), réalisée par Pierre Lacour (1745-1814) ; une silhouette accroupie inspirée par l’artiste Elina Brotherus (Model Study) ; celle, très enlevée, de la duchesse d’Angoulême, d’après la toile du Baron Antoine Jean Gros (1771-1835) : L’Embarquement de la Duchesse d’Angoulême à Pauillac. Silhouettes ailées de femmes qui s’élancent, détachées de leur histoire, pour rejoindre l’éternelle légèreté de leur danse. Celle-là même qui préside à leur envol absolu.

Voltige ! Vers quelles cimes la poète veut-elle entraîner sa suite ? Faut-il voir une incitation à un envol neuf ? Après l’idylle, l’abandon. Après le doler, un chant nouveau ? Le recueil de la poète est-il le récit d’une expérience de l’intime ? Un épithalame en l’honneur de l’amant ? Peut-être tout cela mais aussi affirmation d’un chant fondateur pour la poète :

(Je suis

coquelicot.)

[...]

Restent les mots du poème pour dire le froissé éternel du coquelicot. La passion secrète qu’il porte en lui. Et ce désir irréalisable qui taraude et qui creuse l’écriture :

« Vivre écrire — sans tourment

pure perte

pétales nus loin des blés. »  »

Angèle Paoli 

*

Le poète Jean-François Mathé, dans l’excellent site revue-texture de Michel Baglin a signé cette note de lecture :

« « Voltige ! » Un seul mot dont le point d’exclamation fait un impératif. Injonction à qui adressée ? A l’auteure elle-même ? A l’amant évoqué dont on hésite à décider s’il est du présent ou du passé ? Injonction à l’amour en tout cas, qui est comme l’art de la voltige aérien et complexe.

Les poèmes d’Isabelle Lévesque ne se livrent pas, serrés, elliptiques souvent, mais ils s’ouvrent comme poussés par la pression violente qui les habite ou comme appelés par les voix de la nature et de l’amour, les deux ne faisant souvent qu’un :

« Pour te rejoindre, j’écrirai le pas la menace

et tes lèvres, mes yeux s’attachent et tremblent.

Sous mes paupières l’été fou,

toi nu, torrent. »

Chaque poème est un surgissement de saisons (surtout le printemps et l’été), d’éléments naturels créateurs de ferveurs, d’état de l’être portés à leur paroxysme : « La terre connue nous étonne

à chaque pas. »

ou :

« Les fleurs n’avaient qu’une ombre

Nous étions seuls, ivres légèrement,

trop de couleurs nous égaraient

dans le souffle de l’été… »

Le coquelicot, fleur fétiche d’Isabelle Lévesque, est omniprésent dans le livre. Métaphore du sang ? Du cœur ? De la poète elle-même ? Qui écrit :

« Je suis / coquelicot »

Le coquelicot est-il comme l’être humain, par sa texture, fragile ? Est-il, par sa couleur vive, comme l’être humain, fort ? Est-il, pris dans le vent, l’image de la danse à laquelle le titre du livre invite ? Certainement tout cela à la fois, ou l’un ou l’autre selon les variations de l’âme et des sentiments.

Quoi qu’il en soit, tous les poèmes créent une tension vers la passion de la vie, de la nature que les mots pénètrent pour en atteindre le cœur-coquelicot, aussi une tension vers le récit tronqué d’une aventure amoureuse dont nous sont offerts des éclats, des bribes intenses qui préservent le secret de l’ensemble de l’aventure.

A travers ses évidences et ses énigmes, cette poésie dit l’exigence de vivre au plus haut de soi, de ses sensations, de ses attentes et de ses désirs :

« Gestes, souffle, prières, rester, poursuivre,

garder la fièvre. »

Toutes les peintures de Colette Deblé qui ponctuent le livre redoublent ces vers et l’ensemble des poèmes : figures de femmes en mouvement et rendues ardentes par la couleur rouge qui les habille jusqu’en leur nudité. Et parmi ces figures de femmes, gardons celle que l’auteure dessine d’elle-même :

« Je suis perdue partout,

bribe folle, herbe nue dans le soir. »

Il n’y a jamais conquête de la plénitude, seulement sa quête et la complexité de ses chemins.

Jean-François Mathé

*

Jean-Pierre Denis

« Tranquillement inquiet »

éditions Ad-Solem, 18 €

Jean-Pierre Denis est né à Toulouse en 1967. Journaliste et essayiste, directeur de la rédaction de La Vie, il a publié plusieurs essais, dont Nos enfants de la guerre (Seuil, 2002) et Pourquoi le christianisme fait scandale (2010). Ses deux premiers recueils de poèmes, Dans l'éblouissant oubli (2010) et Manger parole (2012) ont été remarqués par la presse littéraire.

Il a réalisé un film d’une intensité dramatique inoubliable : Ici-bas

Fin 1943 sous l'occupation, Sœur Luce, une religieuse à la dévotion et au dévouement exemplaires, est infirmière à l'hôpital de Périgueux. La rencontre d'un aumônier, Martial, passé dans les rangs du maquis et à la foi profondément ébranlée, bouleverse son existence. De l'amour du Christ à celui d'un homme, S?ur Luce vit une passion pour laquelle elle finit par quitter le couvent et ses s?urs. Mais elle se heurte vite au mur de la réalité et des passions. Trahie, S?ur Luce se sent abandonnée des hommes et de Dieu? Un matin, à la Poste centrale, des employés membres d'un réseau de la Résistance interceptent un courrier anonyme à l'adresse de la Kommandantur?

«Tranquillement inquiet» : ce nouveau recueil de Jean-Pierre Denis tient tout entier dans cet oxymore. Attitude en même temps qu'interrogation, il veut dire l'ignorance que nous entretenons au sujet de nous-mêmes. «Sens de la vie», «but de l'existence» ; si nous aspirons au sens et à la clarté, c'est parce que nous nous trouvons pris dans une contradiction fondamentale, comme un chaos originaire dont il faut nous dégager. Ce chaos, c'est nous - c'est le «moi» pascalien posé comme un masque sur notre visage véritable. Sans complaisance, Jean-Pierre Denis s'attache à faire tomber ces masques.

L'espace ouvert par l'écart des «paumes plus ou moins jointes» constitue le creuset de ce recueil. Son secret aussi. La parole poétique vient nous inquiéter «tranquillement», mais profondément, et non sans une certaine désinvolture (remède au «sérieux» derrière lequel nous nous cachons). Elle nous invite à l'imprévu - à commencer par ce que le souci de nous-mêmes cache trop souvent à notre regard: notre vie.

Une émission sera consacrée prochainement à ce livre.

*

Christian Saint-Paul lit de larges extraits de :

Obstinés à la vie, chassés du paradis

de Beatrice Bouffil & Joan Jorda

Editions De La Sybille

72 pages, 27,00 €


 

Obstinés à la vie, chassés du paradis est le fruit d'une Alliance entre deux artistes, Béatrice BOUFFIL et Joan JORDA, le poète et le peintre, accordés au même rythme. Le peintre catalan, Joan Jordà, républicain espagnol né en 1929 a choisi d'accompagner les textes de Béatrice BOUFFIL, poète, née en 1956. Ce livre est issu d'un petit carnet dans lequel Joan Jordà a peint les motifs que les textes de Béatrice Bouffil lui ont inspiré. C'est en résonnance poétique que les deux voix et les deux gestes se sont accordés. Leur propos est de témoigner d'un monde où, sans en renier la violence, l'être humain résiste avec lucidité, qu'il soit héritier de son histoire ou porteur de son imaginaire. Des rivages de la Méditerranée et de ses mythes ou de celui de l'Amour, les artistes nous font voyager à la rencontre de deux univers singuliers. Obstinés à la Vie, Chassés du Paradis: 76 pages. Achevé d'imprimer à Toulouse en décembre 2015 sur les presses de l'Imprimerie Delort. Editions de La Sibylle [source éditeur]

Alliance entre deux artistes, Béatrice BOUFFIL et Joan JORDA, le poète et le peintre, accordés au même rythme. De « Résolution poétique » à « Méditerranée », des monstres de l'imagination aux harmonieux nageurs, chaque page touche au cœur.

La mise en page, la qualité du papier et des reproductions des œuvres sur papier de Jordà servent magnifiquement le travail commun.

Béatrice Bouffil est poète, née en 1956, vit et travaille à Toulouse. Elle est chef d’entreprise. Son œuvre poétique fait l’objet de parutions et lectures.

Joan Jordà est un artiste-peintre, de renom international, né à Sant Feliu de Guixols, Catalogne, en septembre 1929, émigré en 1939 avec les républicains espagnols. Joan est entré en peinture 8 ans plus tard et ne l’a jamais quittée. Ses toiles sont régulièrement exposées en Espagne et en France.

Cet artiste connaît l’exode à dix ans. En 1945 ses parents s’installent à Toulouse et dès 1947 il s’engage en autodidacte dans la peinture et ne peut compléter sa formation que de 1954 à 1957 à l’Ecole des Beaux Arts de la ville.

Joan Jordà est un des protagonistes majeurs de l’avant-garde toulousaine par sa recherche d’un authentique discours plastique, au geste neuf, ouvert, libre. Son art est une synthèse de multiples influences (cubisme, expressionisme, Art Brut, Cobra) mais aussi l’expression d’un langage personnel original, né du besoin de peindre, d’où découle un univers particulier.

Toute son œuvre est l’expression d’une douloureuse fêlure née de la guerre, de la misère, et du devoir de mémoire.

Ce livre a obtenu en 2016 le prix de poésie des Gourmets des Lettres sous l’égide de l’Académie des jeux floraux de Toulouse.

*

No guerra

Cambrés, profonds, calices ouverts, les rameaux ont atteint

un ciel mal prononcé. L’orage est avancé.

Devant tant de misères que faut-il espérer ?

Les sables ont émoussé les pas marqués sur terre

et les vents de travers ont déchiré les cimes.

Tout est sec, crevassé, les toitures brisées, les murs de marne

dure au soleil, éventrées.


 

Soudain jaillit la plaie, vibrante de nos sangs.

La guerre et le regard. L’enfant brun est à terre.

L’asphyxie d’innocents va frapper au hasard.


 

L’été n’existe pas. Pourtant beaucoup l’ont vu et sur leurs

peaux hâlées, des rayons vont tracer les larmes des fusils.

Il n’y aura pas de paix, les hommes crachent noir parce que

les hommes prient.

Dans la nuit étoilée se déplie la terreur, elle fait des filaments

de chair et de sueur dégoulinant aux crimes.


 

Il faudrait tous maintenant, une minute au monde, quelques

brèves secondes, que tous nous arrêtions.

Concentrés en un seul et pénétrant silence

pour ressentir en nous la mort d’un seul enfant.


 

Il faudrait tous ensemble quelques pauvres secondes fermer

les yeux, mourir, ressentir dans nos corps éprouvés, immobiles,

ce que serait crever de désespoir muet à la mort d’un petit,

le nôtre, l’être aimé. Quand notre main soudain se ferme dans

le vide. Le lit est dévasté, la place chaude et tiède maintenant

refroidit, nos têtes enfouies dans l’espace évidé pleurent à

l’infini d’une vie massacrée. Il y a ce sifflement, ce bruit sourd

et ce poids, la presse écartelant nos torses épuisés.


 

Une minute à peine contre la barbarie


 

Une minute à peine pour ne pas oublier ce que fut,

ce qui est : la joie, la joie de vivre pendant un bel été

et l’horreur de la mort et l’amour de la paix


 

Une minute à peine et nous serions sauvés

*

 


 

 

 

Bruno

Durocher

 

 

29/06/2017

 

 



RETOUR



Haut de Page

 

 


 

Christian Saint-Paul attire l’attention des auditeurs sur le

Festival Les Troubadours chantent l'art roman en Occitanie

du 28 mai au 29 octobre 2017.

C’est la12ème édition du festival Les Troubadours chantent l'art roman à Narbonne. Au programme, des concerts et des lectures poétiques dans 50 sites romans de la région Occitanie.

Notre Présidente de Région présente ainsi ce festival :


 

« Les Troubadours chantent l’art roman

Le festival Les troubadours chantent l'art roman fête cette année sa douzième édition. Tourné vers les cultures occitane, catalane et méditerranéenne, son objectif est de réduire les inégalités d'accès à la culture en proposant des concerts de qualité dans les zones rurales, tout en dynamisant notre riche patrimoine religieux médiéval. Plusieurs dizaines artistes, majoritairement installés en Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, vont faire vibrer les vieilles pierres... Cette année encore, des créations originales, des concerts et conférences, ainsi que des performances de poètes, sont à l’affiche.


 

Ce festival correspond tout à fait à la politique culturelle de la Région : favoriser la qualité de la programmation artistique, veiller à son accessibilité partout et pour tous les publics, promouvoir le patrimoine exceptionnel du territoire, et stimuler la diffusion de nos langues régionales. Ce festival fait aussi résonner les valeurs de notre démocratie : l’art des troubadours, inventeurs et passeurs, porte des valeurs laïques et humanistes. Il démontre la vitalité de nos langues régionales, catalan et occitan.


 

En 2017, le festival a tissé des liens étroits de partenariat avec plus de quarante communes et collectivités territoriales en région, pour constituer un réseau de diffusion d’une offre culturelle de qualité dans des lieux qui en sont parfois éloignés. Cette volonté d'accessibilité s’affiche également par une politique tarifaire exemplaire.


 

Je souhaite à toutes et à tous un excellent festival, riche en découvertes et en belles émotions ! »

Carole Delga

Ancienne ministre

Présidente de la Région

Occitanie / Pyrénées-Méditerranée


 

Enfin, il semble que l’on s’intéresse de nouveau aux troubadours. René Nelli nous avait convaincu de leur importance avec son génial « Erotique des Troubadours ». Félix Castan n’avait cessé de nous le rappeler, Franc Bardou a continué de plus belle avec son énorme et indispensable travail sur Nelli. Et toute une vie consacrée aux troubadours de Gérard Zuchetto, l’instigateur de ce festival qui est aussi l’auteur et l’éditeur de l’ouvrage aujourd’hui de référence de la poésie des troubadours.

Nous disposons maintenant de :

LA TROBA, l'invention lyrique occitane des troubadours XIIe - XIIIe siècles. Anthologie commentée du Trobar

de Gérard Zuchetto aux éditions TROBA VOX

 


 

Gérard Zuchetto, spécialiste des troubadours et auteur de nombreux Cds et ouvrages sur le sujet nous emmène dans un voyage intemporel dans le creuset de la première poésie moderne de l’Europe depuis Guilhem de Poitiers jusqu’à Dante Alighieri.

110 troubadours, plus de 300 chansons en occitan avec les traductions en français. Une présentation du monde poétique, historique et géographique des troubadours et de la lyrique occitane, accompagnée d'un lexique du Trobar et de réflexions personnelles de l'auteur sur la re-création et l'interprétation musicales des troubadours aujourd'hui.

812 pages, broché, format 210x297 - Poids 2.300kg - dos 3.54cm

 

ISBN 979-10-93692-01-2 prix public 40 Euros

*

Christian Saint-Paul signale la parution aux éditions Ad Solem de « Steppe » de Nathalie Nabert


 

144 pages, 18 €

Le voyage a sur l'homme cet effet positif  de le détourner de lui-même pour mieux l'y ramener, enrichi d'un regard  neuf que le monde a traversé de son abondance et de sa diversité.


 

Après Carnets nomadesAethiopia et autres soleils, Nathalie Nabert poursuit son arpentage poétique de l'intériorité. Ce recueil se déploie dans deux registres : celui de l'horizon, rendu possible par les steppes de Mongolie, et celui de la montagne. Horizontalité et verticalité. Arpentage et ascension. Deux topographies - deux typographies : l'espace du monde se retrouve dans l'espace de la parole poétique, comme une réponse à cette injonction à «habiter poétiquement le monde». Non pas pour s'y installer, mais pour le traverser comme une occasion donnée pour se rejoindre au delà de soi-même. Après la lenteur du pas nomade et l'arrêt devant la beauté du soleil qui ne passe pas, l'espace des steppes donne l'occasion à la langue de Nathalie Nabert de traduire l'impatience d'un désir plus ancien que le temps.


 

Cavaliers aux visages

Grêlés de pluie.

Passagers du temps !


 


 

Nathalie Nabert est doyen honoraire de la faculté des lettres de l'Institut catholique de Paris.

Lecture d’extraits.

Lac de sel

Terre décharnée de sel et d’acacias

Où ne pousse que l’ombre menue

Des épineux,

Blancheur d’épeautre,

Rousseur d’automne,

Architecture de sel et d’herbes

Caressées,

Et si loin, la nuit fraîche !

*

Savane,

territoire des lions


 

Plaines savanières à l’étendue

Hostile,

Nous vous espérons habillées

De crinières

Où glisser des mains aventurières.


 

Bouquets d’herbes jaunes

Comme des queues de comètes !

*

Aigrette blanche dans

la Mangrove de l’île Chira


 

Tu es belle,

Souveraine de la nuit,

Aigrette immaculée

D’un jour,

Qui porte l’éternité

Sur tes ailes.


 

Neige ébouriffée

A la plus haute branche.

*

Dans un avant-propos Nathalie Nabert explique au lecteur la genèse de son livre, de sa posture poétique toujours issue de « cette même itinérance hors de portée de l’usure des habitudes qui a inspiré ce recueil, là où le geste quotidien, dans sa simplicité répétée, revêt l’éclat de sa radicale nouveauté et où l’entraperçu d’une crinière sublime les herbes froissées de la saison sèche. Aller à la rencontre de l’altérité pourvoit des précieux encens de la découverte qui donne aux mots leur pouvoir de dérouter et d’initier aux vérités ignorées.

Le poète et le voyageur se rencontrent dans le miroir des rivages insoumis. »

Le livre est accompagné d’un fourmillement de notes qui éclairent en permanence la lecture. Une riche poésie de célébration où le poème est tout à la fois, l’éloge, le témoin et l’inventeur du lieu : la steppe africaine.

*

Christian Saint-Paul signale également la parution de « Limite » d’Antoine Emaz aux éditions Tarabuste, 175 pages, 15 €.

Après Franck Venaille, Antoine Emaz est un autre choc dans la riche poésie de la deuxième moitié du XXème siècle et de notre début du XXIéme siècle.

Depuis 2010, nous attendions le nouveau livre de poésie de ce poète, virtuose de l’ellipse, de la densité et qui nous parle sans détour de la vie dans laquelle nous nous reconnaissons. Ce dernier livre, quelque peu innovant dans le style habituel d’Antoine Emaz, débute par sept textes en prose dont l’auteur a tenu à préciser qu’ils sont « non datés », puis les poèmes en vers suivent, datés, eux pour la plupart. Une mélancolie tranquille se faufile sans passion dans la lucidité implacable de ce poète qui renonce au ressentiment que nous offre surtout la vie ; pas de temps à perdre en lamentation pour celui qui sait qu’inexorablement « on va vers ce qui s’en va ».

Lecture d’extraits.


 

27.10. 2013 


 

autant ne pas

en vouloir

à on ne sait qui quoi

pas même soi


 

ainsi au moins

on marche à peu près droit

dans le vent qui divague

autour

comme un chien fou

et doux

*

écouter le frigo

le radiateur


 

il y a encore du bon à prendre

*

26. 11. 2013


 

de vieux poèmes reviennent

comme des berceuses


 

ce qu’ils portaient

de vrai

n’importe plus mais

seulement leur musique

leur trace sillon ou vers tranquille


 

presque plus rien à entendre

sauf le presque

*

dans ces moments

la poésie peut passer par

une brise qui bouge l’herbe

un soleil pâle

une main tendue


 

on entend le bruit d’une machine à laver

le tic-tac d’un réveil

comme de l’encore vivant

*

L’émission est consacrée ensuite à la parution du dernier volume de l’œuvre complète de Bruno Durocher (1919-1996) :

Les livres de l’homme

Les visages de l’homme

Tome IV

Album

Editions Caractères, (7 rue de l’Arbalète 75005 Paris, 01 43 37 96 98, contact@editions-caractères.fr)


 

Après le volume de poésie À l’image de l’homme au printemps 2012, après le volume de prose Les mille bouches de l’homme en 2013, après Métamorphoses de l’homme, rassemblant son théâtre et ses essais en 2015, les Éditions Caractères publient le dernier volume de l’œuvre complète de Bruno Durocher : Les visages de l’homme, album chronologique très richement illustré qui retrace sa vie et sa carrière littéraire.

Ces quatre livres rassemblés forment un ensemble exceptionnel pour découvrir ou retrouver l’âme et les mots de celui que Claude Mauriac appelait « le poète de l’Eternel ».


 

Nous suivons les chemins de Bruno Durocher :

« Je suis Polonais. Juif. J’ai vécu dans les camps. Je m’appelle en poésie Bruno Durocher. »

Celui qui se présente ainsi un soir d’octobre 1950 à Claude Couffon et aux jeunes poètes de Lettres Mondiales n’a pas encore trente ans. Ses années passées à Sachsenhausen et à Mauthausen ont changé son regard sur le monde. Pourtant, avec une espérance têtue, il n’aura de cesse d’ouvrir en grand ses mots sur une vie neuve et battante. Une vie à conquérir et à partager.


 

Il est né le 4 mai 1919 à Cracovie sous le nom de Bronisław Kaminski. Élevé dans le catholicisme paternel, il se convertira violemment au judaïsme de sa mère. C’est un jeune homme précoce, dévoré de poèmes. À dix-sept ans, son recueil Przeciw (Contre) lui vaut d’être appelé «le Rimbaud polonais». Pour lui, tout cela, très vite, sera histoire ancienne.

À sa sortie des camps, il va choisir la France. C’est en 1945 qu’il arrive à Paris. Quatre années lui suffisent pour écrire dans la langue de son nouveau pays. En 1949, Pierre Seghers publie ses premiers textes, Chemin de couleur. « Vous êtes un des nôtres », va lui dire Paul Eluard. Et sûrement pas des moindres…


 

Bruno Durocher est un des grands poètes de ce difficile XXème siècle. Mais il se veut aussi passeur. Cette même année 1949, il fonde avec Jean Follain, André Frénaud et Jean Tardieu, la revue Caractères dont il sera bien vite seul responsable. Elle deviendra aussi sa maison d’édition.


 

Bruno Durocher a publié les plus grands de ses contemporains. Son travail d’éditeur ne doit pas faire oublier son œuvre. Jérôme Garcin, en 1979 dans Les Nouvelles littéraires écrivait :

« Bruno Durocher possède plus d’une raison pour combattre, à coups de phrases cinglantes et nues, le silence et la nuit. »


 

Les visages de l’homme

Tome IV

Album


 

Comment retracer la vie de Bruno Durocher, son douloureux périple, son existence ensorcelée de mauvais rêves, franchie au gué des révoltes, des insensés espoirs? Comment rendre compte aussi de ses élans, de ses désirs, de ses bonheurs? Les visages de l’homme rassemble des photos, des lettres, des documents officiels, fragiles témoins de papier d’un passé haché. Il y a les livres, les mots, les poèmes de Bruno Durocher écrivain. Il y a aussi tout son travail d’éditeur. L’album est riche de

près de 600 illustrations et d’un index de dix pages où l’on retrouve les noms des plus grands : Lorca, Queneau, Jouve, Cocteau, Tzara, Pessoa, Delaunay, Picasso, Braque, Arp, Picabia, Villon etc...


 

Avec ce prodigieux album nous pouvons dorénavant explorer les souvenirs de Bruno Durocher, ses sentiments, l’infinie variété de ses doutes, ses certitudes fugaces. Dans une traversée de tout le XXème siècle.


 

Les livres de l’homme

Œuvre complète

Édition établie et dirigée par Xavier Houssin et Nicole Gdalia

Tome I : À l’image de l’homme. Poésie.

Post-face d’Albert Mingelgrün. 1034 p. 39€ (avril 2012)

Tome II : Les mille bouches de l’homme. Prose.

Post-face de Michał Obszynski. 668 p., 32€ (juin 2013)

Tome III : Métamorphoses de l’homme. Théâtre et essais.

Post-face de Guila Clara Kessous. Synthèse de Gary D. Mole. 608 p., 32€ (juin 2015)

Tome IV : Les visages de l’homme. Album.

Postface de Jadwiga Bodzinska-Bobkowska. 312 p., 32€ (mai 2017)

*

Les éditions Caractères publient également de Bruno Durocher :

le texte de l’adaptation pour une lecture théâtrale de La foire de Don Quichotte.

Cette lecture a été donnée le 22 mai 2017 au Théâtre de la Huchette à Paris.


 

Sur cette représentation exceptionnelle, Yves-Alexandre Julien écrit :

« Un jeune homme qui rêve…

 

Il faut du rêve à la poésie, et dans l’esprit d’un jeune homme lisant des romans chevaleresques, il est Don Quichotte. Socrate et lui décident de créer une foire anomique peuplée de rencontres érudites et de personnages du temps, de l’histoire et de la littérature.

 

De Cervantès à Giordano Bruno en passant par Dante Alighieri le choix des personnages de la foire n’est pas un hasard. Tous ont une forte personnalité , une vocation , un chemin de justice et d’altruisme à défendre.

 

Cette œuvre autant surréaliste qu’idéaliste ne néglige pas la gravité des choses de la vie : « La guerre, la guerre… l’étudiant ferma le livre, mieux vaut vivre ses chimères… ». Rien d’étonnant à ce qu’un des premiers récits d’un jeune homme parle de lui et de son autobiographie. Celle de Bruno Durocher c’est avant tout la vie de Bronislaw Kaminski jeune poète de 17 ans que le cénacle poétique polonais n’hésitera pas à qualifier de nouveau Rimbaud. Tout semblait porter ce jeune homme dans les rêveries nécessaires à la poésie. Mais l’invasion allemande en Pologne à Gdansk sur les bords de la Baltique l’enlèvera à ses amis ainsi que son œuvre "la Foire de Don Quichotte" qu’il avait lu au théâtre Cricot. Et dont les pages seront égarées dans cette furie amorale le conduisant lui et les siens dans les camps de concentration et principalement à Mathausen six années durant. [...]

Cette œuvre, qui à la base est un récit, n’est pas une pièce de théâtre à proprement parler mais est chargée d’assez de dramaturgie pour qu’elle puisse être lue sous cette forme au théâtre.

 

C’est le comédien Charles Gonzales, qui a interprété Camille Claudel sur scène et qui a fait des lectures du cantique des cantiques en compagnie de Marie Christine Barrault, qui a lu l’œuvre foisonnante d’érudition qui rend hommage à Bruno Durocher accompagné de musiques méditerranéennes interprétées par Joséphine Lazzarino, le tout mis en espace par Morena Campani.

 

Celui à qui on venait d’offrir une simple presse avec laquelle il va édifier cette belle maison de poésie, aurait assurément aimé qu’on donne à « La foire de Don Quichotte » un véhicule théâtral. C’est chose faite en cet hommage qui salue un parcours, une vie, une œuvre sculptée de douleur et de joie.

Le talent a ce regard là ! »


 

Ce récit écrit en 1938 en polonais, se voulant une libre rêverie surréaliste sur les visions du monde et de l’histoire, a été réécrit par Bruno Durocher de mémoire en français et publié pour la première fois en 1953.

Lecture d’extraits.

[ ...]

Et les guerres vinrent. Des guerres pour les femmes, pour les rois, pour la terre, pour les ambitions, pour du pétrole et du pain. Des villes entières mouraient noyées dans le sang. Les ruines et les décombres brillaient dans les rues de la Foire. Mais toujours quand on croyait que c’était déjà le fin du Temple de Don Quichotte, arrivait ce chevalier comme un baiser de paix, et de sa canne magique il remettait à nouveau tout en ordre.

Alexandre, César, Gengis Khan, Charlemagne et Napoléon étaient forcés de nettoyer les chaussures de Don Quichotte et d’essuyer le derrière de Belzébuth.

Voilà la Foire et voilà des milliers de fourmis autour d’un seul bâton, voilà la réalité fermée sous la coupole du ciel.

L’œuvre de Don Quichotte était plus grande que sa pensée et son romantisme trop faible pour combattre les passions, mais il était assez fort pour sauver l’humanité de la mort et de la haine continuelle. Car la Foire c’est l’œuvre des visionnaires amoureux et des marchands de visions.

*

L’émission s’achève sur la lecture de poèmes de Bruno Durocher. Tous ses poèmes sont repris dans le premier tome de l’œuvre complète :

« A l’image de l’homme ».

Les extraits choisis sont issus de son livre publié pour la première fois en 1976 « Gagner la lumière ».


 

Etre debout entre deux pôles

viril, tendu vers l’immuable et calme dans l’action

aller jusqu’aux limites de l’activité.


 

Les sensations inondent les yeux, les oreilles et la bouche

les passions piétinent le sol

tumulte furieux de folie

mais la clarté et la force de la grâce éveillent sa vigilance

et lui donnent la clef de la musique

flèche qui tue la bête.


 

L’animal meurt dans l’homme

le musicien est libre

il devient maître de la flamme.

*

Le dragon vaincu laisse le chemin libre vers l’amante

c’est la connaissance de l’être et du non-être

l’amour du fini et de l’infini

la démolition des limites

l’ultime libération.


 

C’est l’image du roi

c’est le royaume du père.

*

Je m’arrête toujours devant une feuille blanche de

papier comme devant l’endroit d’où doit jaillir

une source

je m’ouvre à la parole comme une femelle à la

semence

tout l’univers se fend de sa base au sommet

la plus lointaine profondeur de mon être se meut en

mouvement perceptible

Dieu parle

*

S’il y avait un poète parmi nous -- nous assisterions

aux miracles.


 

S’il y avait cent poètes parmi nous -- la face du monde

serait changée

car en vérité je vous le dis -- la poésie n’est pas l’art

mais une voix

qui jaillit du fond de Dieu.


 

Abandonnez donc les jolis mots, toute la matière qui

vous entoure,

ne dîtes plus moi, mais dîtes LUI et vous trouverez

la poésie plus claire

que la source de la lumière.

*


 

 
 


 

 

Rothenberg

 

   22/06/2017

15/06/2017

 

 



RETOUR



Haut de Page

 

     


 

 

 

 

 

 

Danielle

 CATALA.

 

 

 

08/06/2017

 

 



RETOUR



Haut de Page

 

 

Christian Saint-Paul signale la parution des derniers numéros d’Encres Vives, collection de poésie dirigée par Michel Cosem. Chaque numéro, 6,10 €, abonnement un an 34 €, à adresser à Michel Cosem, 2, allée des Allobroges 31770 Colomiers.

Le n° 466 d’Encres Vives est constitué du recueil de

Simon BREST : Des Étésiens,

Présentation de Michel Lac : Simon Brest (1935-2017). Cet homme tellurique, les pieds bien ancrés dans la terre, les poings fermés sur ses hanches, nous prodigue une noire tendresse. Sa langue cherche à approcher le réel, ses yeux grands ouverts à l'imaginaire. Et si son écriture charrie la matière et l'histoire des hommes, ses poèmes nés du siècle dernier traversent avec force nos aujourd'hui ténébreux. Quant à moi, Simon, « je promènerai ma veste vide en souvenir de toi » (citation de Simon Brest, extrait de Thermidor, éd. Avant-Quart n° 14, 1976).

Ce poète, qui avait tant marqué Christian Saint-Paul à son retour à Toulouse en 1965, par sa verve, sa force quand il disait le poème, en particulier au Cratère avec Michel Batlle. C’était vite devenu une figure mythique, avec Gaston Puel de la poésie de notre région qui ne s ‘appelait pas encore l’Occitanie. Il a publié en 1968 « L’Autre désert » (Subervie) et obtient le prix Ilarie Voronca pour cette œuvre, puis en 1974, le prix Antonin-Artaud pour « La Ville engloutie » (Le Cratère), dessins de Michel Battle.

Une émission spéciale sera consacrée à ce poète qui fut un phare, dès les années soixante, pour les jeunes gens épris de poésie.

Merci à Michel Cosem de nous redonner à lire « Des Etésiens ».

Pour qui vient

à la poitrine de l’âme

naît l’iris.


 

Le ciel charge

les près se versent

chaque arbre désarçonne son ombre.


 

Très loin

on sait les trains

cibler les sémaphores.


 

Tel chasseur visait au ventre

tel autre à l’œil

au neutre la proie.


 

Tel autre engrangeait des enfances

aux artifices des fusils

errant dans l’odeur titubante.


 

Tous sont morts décharnés.

Leurs noms perdus cherchent des noms hantés

dans la plus criblée des mémoires.

*

Un « Spécial Michel LAC » constitue le 465e Encres Vives.

La couverture est un « Portrait, technique mixte », 2001, par Jean Lafforgue.

Michel LAC est né le 26 octobre 1951. Directeur de publication de la revue Rivaginaires et dirige avec Marie Dadé-Brenjot les éditions Cadratins. Publications de recueils et dans des anthologies. Et les oiseaux immigrèrent (Remiremots, 1975) ; Motamort (Glyphes, coll. « Codes », 1982) ; Poèmes dans Au pays des mille mots : anthologie de la poésie française contemporaine (Milan, 1988) ; Passages (Caractères, 1993), Archipel nocturne (La Bartavelle, 1996) ; Motamort, 2e éd. (Glyphes, 1998) ; Le Vert oublié (Cadratins, 1999) ; Dans la blancheur du jour (Rafaël de Surtis, coll. « Pour une terre inconnue », 2000) ; Nos mains en silence (Rafaël de Surtis, coll. « Pour une terre inconnue », 2002) ; La Chambre des langues (Trident neuf, coll. « L'incitatoire », 2003) ; Poème dans Visage de poésie : anthologie T. 2 / Jacques Basse (Rafaël de Surtis, 2009) ; Poèmes dans Du plus nu de nos voix : anthologie (Rafaël de Surtis, coll. « Pour une terre inconnue, 2011) ; Elle, étrangère (Rafaël de Surtis, coll. « Pour une terre inconnue », 2014).

A Encres Vives :

L'Amer, la mer (Manuscrit, 1980) ; Im'âge (Encres Vives, 1984) ; 7 langues à user (Manuscrit, 1986) ; De nuit (Encres Vives, 1996) ; Trois terrasses s'étagent (Lieu, 1998) ; Lieu de l'entre (Lieu, 2003) ; À pas perdus (Encres Blanches, 2016) ; Une autre forme d’amour (Encres Vives n° 459, 10/2016).

La présentation de ce numéro Spécial Michel LAC est de Michel Cosem : « Il est rare de rencontrer un auteur comme Michel Lac qui demeure constant dans ses choix esthétiques et dans son rapport avec la poésie. C'est justement la poésie qui a été son épine dorsale selon les étapes et les à-coups de la vie. Ses recueils semblent être chaque fois des messages évidents sur le bord de la route. J'ai toujours apprécié cette écriture qui sous des abords faciles et familiers donne à réfléchir et à s'interroger sur sa destinée. Son objectif de dire le monde tel qu'il le voit ne s'encombre pas de recherches formelles même si l'on devine que cette clarté est bien le fruit du travail bien maîtrisé. Voilà donc l'occasion de faire le point pour aller encore plus loin. »

Sommaire : Dix sept fenêtres sur l'œuvre de Michel Lac, entretien avec Jacqueline Saint-Jean ; Notes de lecture à propos de quelques recueils choisis ; Bibliographie.

*

Le 464e Encres Vives est un recueil de Cédric LE PENVEN, « Variations autour d'un geste 2 ». C’est la suite du premier recueil de ce titre à Encres Vives dont nous avions rendu compte. Ce numéro fera aussi l’objet d’une émission spécifique.

Extrait :

C'est que ce geste

main posée

contre écorce

est devenu

main posée

sur le ventre

de ma femme enceinte

*

Après Encres Vives, ce sont les Editions Alcyone, Collection Surya qui sont citées dans l’émission avec :

« Journal de mon talus » de Françoise Vignet, 42 pages, 15 €.

Les textes sont accompagnés de la reproduction d'une aquarelle de Claudine Goux que nous avons toujours plaisir à retrouver depuis de nombreuses années.


 

Françoise Vignet est née en 1949 à Saint-Etienne (Loire). Devenue professeur de Lettres, elle a aimé exercer son métier, tout en voyageant en Europe et en Extrême-Orient. Le commerce des poètes l'a accompagnée tout au long de sa vie.

Retirée dans le Gers, "à l'écart du monde", elle a fondé en janvier 2011 "Vous prendrez bien un poème ?", feuille poétique qui s'adresse à près d'une centaine de lecteurs ‒ poursuivant ainsi le partage.

C'est là qu'elle a composé les proses de "Journal de mon talus", inspirées par la présence de la grande campagne. (Recueil nominé, sous une forme sensiblement différente, lors du Prix Troubadours/Trobadors 2014, décerné par la revue Friches, de Jean-Pierre Thuillat. Recueil qui a inspiré à Claudine Goux douze aquarelles.) Des extraits en ont été accueillis dans les revues Arpa, Décharge, Friches, Les Cahiers de la rue Ventura, Poésie/première.

Elle a été, de 2014 à 2017, membre du comité de rédaction de la revue Les Cahiers de la rue Ventura, revue créée et dirigée par Claude Cailleau. A partir de deux collages de Ghislaine Lajard, elle a participé à un livre d'artistes "Voyage autour d'un collage" et à une "Riche Enveloppe".

*

Extraits :

 

Le pays d’ici


 

Ici, la nuit est sombre, parfumée et la petite route, parfois inondée de lune pour une balade improvisée – la maison, posée au bord de la Voie Lactée.


 

 


 

Ici, l’on écoute le silence : bruissement de ce jet d’eau végétal qu’est le tremble, roucoulement des tourterelles turques, froissement d’ailes dans les feuilles touffues, appel plaintif de la hulotte, friselis des maïs séchés sous le vent…


 

Ici, la fenêtre ouvre sur un coteau brodé de vignes hautes et sur le méandre de la départementale, qui s’étire en pente douce vers le clocher.


 

Ici, les petits chemins mal goudronnés portent en leur centre une ligne herbue, parfois hachée, parfois ornée de touffes vertes, et, sur leur côté ensoleillé, un double feston, tout noir : l’ombre des fils du téléphone.


 

Ici, au détour d’un virage grand ouvert sur l’espace, c’est l’horizon à nu qui soudain vous saisit… et le cœur qui bondit !

*


 

Août

La porte s’ouvre sur la nuit. Et la fraîcheur soudain au visage me drape : exquis allègement.


 

Ciel gris blanc pommelé entre étoiles sur fond d’azur.


 

De ce côté-ci du silence, à l’ombre claire des arbres, repose un monde autre - présence souveraine.

*

Septembre.

A contre-ciel, le tremble ne bruit plus – ses feuilles d’or frais sur le pré vert éparpillées.


 

L’été s’en va contre un ciel bleu rosé. Lentement chutent les feuilles ensoleillées : cérémonie discrète, léger bruit sec. S’annonce le temps du dépouillement.


 

Tremble sois-tu – et de bois vert : à toi de bruire en tes feuillets.

*

Septembre

L’hiver a envahi la terre, celui qui glace et éblouit.

Bosquets de givre et ciels purs. Grand silence sans loups. Espaces lumineux où se coule le corps.

Peu à peu s’esquive la fatigue de l’âme.

*

Charles Akopian dans la même collection fait paraître : « L'Arrière-Vie », (Editions Alcyone, Collection Surya) 45 pages, 15 €.

Les textes sont accompagnés de la reproduction d'une peinture sur toile d' Arève (www.areve.fr)


 

Né à Marseille en 1948 de parents rescapés du génocide arménien, Charles Akopian s’éveille tôt à la poésie dans la ville des “Cahiers du Sud”. En 1965, il ose frapper à la porte de la célèbre revue littéraire et ressort de sa visite complètement transformé. Les poèmes de Jean Malrieu, Jean Tortel, Pierre Delisle, Gérald Neveu, Guillevic et les écrits de Joe Bousquet nourrissent son quotidien. Etudes à la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence (licence de russe). Il décide toutefois en 1972, après deux ans de bénévolat, de consacrer sa vie à la solidarité en actes : combattre un maximum d’injustices, partout dans le monde, s’impose à lui (en écho à la blessure-racine de cette injustice majeure qu’est la non reconnaissance du génocide arménien). Durant quarante ans il s’active, déclinant la devise du Secours Populaire Français : “Tout ce qui est humain est nôtre”.

Les poèmes, les recueils, se sont accumulés durant toutes ces années. Le temps de la retraite devient celui du retour à la poésie. Premières publications dans la revue La main millénaire, en 2016. Après avoir vécu à Marseille, Aix-en-Provence et quarante ans à Nîmes, Charles Akopian a choisi de rejoindre “son soleil” à Brest...

Extraits :


 

Et voici qu'on déchire

L'aile des papillons,


 

Qu'on allume avec le sang

Des leurres sur la route,


 

Stèles pour un dernier envol

Par-delà la verrière.


 

En plein été,

Le goût des levers de rideau

Invite les abcès à se vider,


 

Juste une étreinte

Entre des lignes brisées.

***

Parfois, défaire une ombre

Relève du combat avec le temps,


 

Est-ce une image, une éclaircie

Volée à de vains désirs ?


 

Au chevet de l'endormie,

Les plantes perpétuent

Une présence habitable.


 

Dans cette encre apprivoisée

Pour baliser le chemin,

Se rendre visible est une question

De survie.

***

Fouetter les courants d'air,


 

L'orage

S'impatiente de n'avoir

Point de fruits.


 

Pour river l'échange

Entre des yeux

Qui ne se voient plus,


 

Des guetteurs

Dépourvus de territoire

Cherchent à nier

L'usure du destin.

***

Choisir de ne plus répondre,

Est-ce une délivrance

Pour emprisonner l'autre

Dans l’évidence du déni ?


 

Et si un tel cynisme ne servait

Qu'à couper la route aux mots

Pollueurs de l'espace à préserver ?


 

L'amour sort ses griffes pour garantir

Au métissage une porte sur l'avenir.

***

Dévider l'écheveau par l'écrit,


 

Déjà le torrent régit le va-et-vient

Entre hier et aujourd'hui,

Et supprime les freins.


 

Tous les témoins font grappe

Et démêlent les contacts

Que l'isolement prophétise :


 

Ce qui se voit,

Ce qui regarde et sacre la relation,

La douceur à l’épaule.


 

L'haleine prend le large

Dans la résille des mots

Finalement acceptés.

***

Ces annonces faites, la parole est donnée à notre invitée, la comédienne, professeur d’art dramatique, et metteuse en scène, cofondatrice avec René Gouzenne de la Cave Poésie à Toulouse : Danielle CATALA.

Personne emblématique de la vie culturelle à Toulouse, elle est demeurée fidèle à sa passion de la langue catalane, de la poésie, du théâtre et de la littérature. Depuis longtemps la ville et bien au-delà profitent de sa générosité d’artiste de haut vol.

Elle dit son amour de la poésie catalane, cette langue qu’elle a tant plaisir à parler, qui fut longtemps pour elle, et pour ceux de sa génération de l’après guerre, une langue de combat. L’interdiction qu’en avait faite la dictature cruelle de Franco n’a réussi qu’à exacerber la catalinité du peuple, des artistes et des forces vives de Catalogne. Le catalan et l’occitan sont des langues proches, au passé commun et il est souhaitable que les catalans se fassent connaître et consacrer aussi en Occitanie.

La poésie occitane contemporaine est une poésie dynamique et il n’y a aucune crainte pour son avenir. Elle est représentée à l’Académie des jeux floraux de Toulouse, reprenant ainsi la tradition séculaire. Cette académie a, cette année décerné un prix de poésie à un poète catalan. Mais peu ont concouru. Les poètes de Catalogne doivent être honorés par la plus vieille académie d’Europe, celle de Toulouse.

Danielle Catala présente Salvador Espriu i Castelló pour lequel elle a une grande estime et admiration. Il est né à : Santa Coloma de Farnès en 1913 et mort à

Barcelone en 1985.

Salvador Espriu i Castelló est un poète romancier et dramaturge catalan.. Il fut proposé comme candidat au prix Nobel de Littérature.

Sa vie se partage d'emblée entre Barcelone, où son père est notaire, et Arenys de Mar, la « petite patrie » qu'il évoque sous l'anagramme de « Sinera » et qui restera liée, dans son univers intime, aux souvenirs d'une enfance d'abord heureuse mais bientôt marquée par le contact avec la mort, puisqu'il perd un frère et une sœur et manque lui-même mourir à l'âge de dix ans .Une santé précaire lui imposera toujours, d'ailleurs, une vie recluse.

Licencié en droit et en histoire ancienne, il se destine à l'égyptologie. Ses premiers récits sont un récit en prose (Israël, 1929), deux romans (El doctor Rip, 1931, et Laia, 1932) ainsi que des nouvelles.

Pendant la guerre civile, il s'engage auprès des républicains.Le triomphe de la dictature franquiste qui écrase la Catalogne trouve en lui un adversaire résolu.

C'est en catalan qu'il écrit son œuvre poétique. "Cimetière de Sinera", 1946; " Final del laberint", 1955; " La peau de taureau", 1960, assurent sa renommée. Son œuvre poétique présente d'abord un aspect intimiste dominé par l'obsession de la mort et le repli sur les souvenirs du « monde perdu » de Sinera. Elle manifeste par ailleurs, surtout dans les années 1960, un engagement personnel dont le retentissement a été considérable, dans le combat de la Catalogne pour reconquérir son autonomie politique et culturelle. La dernière œuvre publiée de son vivant," Les rochers et la mer, le bleu" est un ensemble de cent proses sur les personnages de la mythologie grecque.

Il est à remarquer qu’avant la guerre civile, il n’écrit qu’en prose : Laia (1932) ou Ariadna al laberint grotesc (1935). Mais après la défaite, Espriu se consacre à la poésie, unique mode d’expression des angoisses personnelles et collectives d’une Catalogne vaincue, sans jamais renoncer cependant à sa réflexion sur le destin tragique de l’Homme. En 1946, il publie clandestinement son premier recueil de poèmes El cementiri de Sinera, allégorie de la nostalgie d’un monde effondré après le cataclysme. Gardien d’une langue interdite, le catalan, Espriu invente une patrie imaginaire, Sinera, où la vie pourra renaitre. Les poèmes, chantés par Raimon ont contribué à la diffusion de son œuvre. Espriu lui-même disait que Raimon chantait ses poèmes comme personne ne l’avait jamais fait.

Danielle Catala lit des poèmes d’Espriu en catalan et en français.

Dans Livre de Sinère, traduit du catalan

par Franchita Gonzalez Batlle.

François Maspero, Paris, 1975.


 

Al vell orb preguntava l'esglai

si el meu poble tindria demà.

I la boca sense llavis començà

la riota que no para mai.

La destral de la llum en els caps.

El carrer se'ns tornava fornal.

Una mica d'oreig de la mar

arribava de sobte als portals.

Els ulls blancs ja no eren davant

la temença que havia parlat.

Ara els passos s'allunyen enllà

dels immòbils xiprers vigilants.

Repreníem el somni tenaç

-contra el bou, el serpent, el senglar-

de la nostra difícil bondat,

de la nostra viril dignitat,

de la nostra fidel llibertat.

*

L'effroi demandait au vieil aveugle

si mon peuple aurait un lendemain.

Et la bouche sans lèvres commença

le ricanement qui n'arrête jamais.

La hache de la lumière sur les têtes.

La rue nous devenait fournaise.

Un peu de brise de la mer

arrivait soudain aux portails.

Les yeux blancs n'étaient plus devant

La crainte qui avait parlé.

Maintenant les pas s'éloignent au-delà

des immobiles cyprès vigilants.

Nous reprenions le rêve tenace

-contre le bœuf, le serpent, le sanglier-

de notre difficile bonté

de notre virile dignité

de notre fidèle liberté.


 

Salvador Espriu


 


 

*

Christian Saint-Paul évoque ensuite la figure de l’auteur catalan français :

Patrick Gifreu.

Né à Perpignan en 1952, il est l’auteur de poésies, essais et nouvelles mais aussi traducteur en catalan de L’Archangélique de Georges Bataille et de Echancré de Jacques Dupin. Il a traduit aussi Beckett, Mishima, Jouvet et Novarina pour les grandes scènes de Barcelone.

Depuis plus de trente ans, Patrick Gifreu traduit Raymond Lulle dont il est l’un des spécialistes reconnus en France.

*

Le choix de poèmes retenus pour la lecture lors de cette émission est extrait de « Barcelone sans date » (éditions Du Rocher, 195 pages, 17,90 €).

Il s’agit d’une suite poétique qui raconte les errances mélancoliques d'un écrivain catalan français, fils de réfugiés politiques espagnols, dans la Barcelone des années du franquisme, puis tout au long des années de la renaissance culturelle de cette ville mythique et cosmopolite, qui a toujours accueilli en son sein les influences venues de tous les horizons. Cette série de tableaux illustre merveilleusement la quête spirituelle et la curiosité intellectuelle d'un de nos écrivains et poètes les plus inspirés.

Lecture dans les deux langues d’extraits de Barcelone sans date.

Le palmier esseulé

La palmera entotsolada

Un palmier maussade est sa propre contre-figure.

Il récapitule ce qu'il a vécu. Il papote sur tout

l'envers du visible, avec des allusions voilées au secret.

 

II

 

Je souffre de voir un arbre triste.

Je lui parle à voix basse de Platon :

« Le Cosmos est un grand être vivant

dont l'harmonie révèle l'unité occulte.

L'esprit de la Terre est lié au corps de la Terre

comme l'intérieur d'une chose à son extérieur.

Pour cela, les mouvements et les évolutions de l'un

expliquent par analogie ceux de l'autre

et s'expliquent aussi par ceux de l'autre. »

Attentif, le palmier citoyen

attend que je finisse de pérorer

pour pouvoir s'exclamer :

« Je suis en train de m'étouffer ! »

*

I

Una palmera mústia és la contrafigura d'ella mateixa.

Fa el recompte del que s'ha viscut. Parloteja sobre allò

recòndit del visible, amb allusions dissimulades al secret.

 

II

 

Em dol de veure un arbre trist.

Li parlo en veu baisa de Plató:

«El Cosmos és un gran ser vivent

l'harmonia del qual revela la unitat oculta.

L'esperit de la Terra va lligat al cor de la Terra

com l'interior d'una cosa al seu exterior.

Per això, els moviments i les evolucions de l'un

expliquen per analogia els de l'altre

i s'expliquen també pels de l'altre.»

Atenta, la palmera ciutadana

espera que acabi la perorata

per a poder-se exclamar:

«Que m'estic ofegant!»

*

Le dernier poète cité dans ce survol de la poésie catalane contemporaine mais déjà reconnue comme les « classiques » de notre époque qui enjambe le XXème et XXIème siècles, est Gabriel Ferrater, né le 20 mai 1922 à Reus (Catalogne, Espagne) et décédé le 27 avril 1972 à Sant Cugat del Vallès.

C’est un écrivain, linguiste, traducteur et universitaire catalan du XXe siècle, dont l'œuvre courte (trois livres), brutalement interrompue, est considérée comme l'une des œuvres poétiques majeures de la littérature catalane de l'après-guerre.

Gabriel Ferrater enseigne comme professeur de linguistique et de critique littéraire à l'université autonome de Barcelone et écrit des articles de doctrine en matière de linguistique pour la revue Serra d'Or entre 1969 et sa mort brutale en 1972.

Il traduit également en catalan Le Procès de Franz Kafka, Language (El llenguatge), de Leonard Bloomfield, et Cartesian linguistics (La lingüística cartesiana), de Noam Chomsky.

Il se lie d'amitié avec le poète belge William Cliff qui traduira en français, notamment Les Femmes et les Jours.

Ferrater se suicide en 1972 à l'approche de sa cinquantième année dans son appartement de Sant Cugat del Vallès, selon certains, par phobie de la vieillesse.

La poésie de Gabriel Ferrater se caractérise par le choix de thèmes quotidiens, l'utilisation de mots et d'expressions de la vie courante et le refus de toutes formes rhétoriques et artifices d'expression, propre au lyrisme hispanique des années soixante.

Ses publications :

Les dones i els dies (Les Femmes et les jours)

Da nuces pueris (1960),

Menja't una cama (1962)

Teoria dels cossos (1966) — Prix Lletra d'Or 1967

Paper, cartes, paraules (posthume, 1987)

Poème inachevé, traduit par William Cliff, Ercée, Bruxelles, 1985

Les Femmes et les Jours, traduit par William Cliff, Le Rocher, coll. Anatolia, Monaco, 2004,

«Quand a éclaté la guerre, j'avais/ quatorze ans et deux mois. Sur le moment,/ cela ne m'a guère fait d'effet. J'avais la tête/ toute pleine d'une autre chose que maintenant encore/ je juge plus importante.» Le recueil mouvementé, personnel et emporté par l'Histoire, d'un poète mort en 1972, honoré par William Cliff. Le locuteur des poèmes de Gabriel Ferrater n’avoue jamais explicitement son appartenance à l’état espagnol. En tout cas, sans se déclarer explicitement catalan, il affirme subtilement qu’il fait partie de la culture catalane : d’abord par le choix du catalan, langue brimée à l’époque, comme langue littéraire, par la suite en inscrivant sa poésie dans une tradition littéraire catalane de prestige de manière implicite (à ce propos je pense aux poèmes « Josep Carner » et son vers final « Com una pàtria », ou à l’emploi de certaines formes de versification comme celles du « Poema Inacabat » qui font de ce poète l’héritier de la riche tradition littéraire catalane médiévale, comme l’a souligné Estrella Massip i Graupera dans « Ville et identité dans la production poétique de Gabriel Ferrater et de Jaime Gil de Biedma », Cahiers d’études romanes, 12 | 2005, 165-194.

Les éditions Du Rocher présentent ainsi l’auteur dans la 4ème de couverture :

Gabriel Ferrater (Reus, 1922-San Cugat, 1972) : génie effrayant dont le destin a voulu que William Cliff, lui-même poète et traducteur (on se souvient de sa magistrale version du recueil Un corps est le meilleur ami de l'homme du poète espagnol Jaime Gil de Biedma, publié dans la collection Anatolia), croise la trajectoire dans la Barcelone des années soixante, en pleine époque franquiste. D'une intelligence fulgurante, d'une culture hors du commun, Gabriel Ferrater laisse derrière lui des poèmes d'une portée incomparable dans la littérature européenne de l'après-guerre. Dans tout le vingtième siècle, on ne trouvera guère d'œuvre poétique qui fasse un corpus aussi exceptionnel. De cette œuvre désormais accessible en français, le lecteur ressortira ébloui, terrassé, instruit et lesté d'un supplément d'être.

Christian Saint-Paul évoque la figure de William Cliff qui lui parlait longuement de Gabriel Ferrater qu’il avait choisi comme sujet de sa maîtrise de lettres et de son séjour homérique à Barcelone dans les années soixante. L’interview réalisé avec William Cliff à Gembloux en Belgique est toujours disponible sur le site les-poètes.fr à : http://les-poetes.fr/doc%20sonore/son/William%20cliff/index.htm

Lecture de poèmes de « Les Femmes et les Jours ».

LES MIROIRS

Et alors ? et si une femme est trop intelligente

pour choisir et à nouveau choisir : aller

d’un endroit à un autre comme une épicière

toujours à palper les poires et à

douter de la fraîcheur des œufs ?


 

Commencer sa journée en choisissant ?

courir le marché et publier partout

ses passions vestimentaires, faire

la réclame du bon ordre et des qualités

qu’elle veut obtenir de chaque jour ?


 

Moi, je préfère celle qui est loyale et secrète.

Il y a longtemps qu’elle a choisi, elle est

sûre d’elle, ses réseaux lisses et discrets

jusqu’à présent n’ont jamais fait défaut,

sa porte s’ouvre et tout se passe comme prévu.


 

Et alors quoi ? elle a des moments de doute

(peut-être paie-t-elle trop cher certaines choses,

peut-être les autres trouvent-elles dans la rue

des choses qu’elles aiment et dont elles ne parlent pas

quand elles sont avec elle dans leurs « studios ») ?


 

Ah ! que ne l’enveloppent point les ombres troubles !

qu’en nous tous, miroirs où elle se regarde

pour apprécier le bonheur avec lequel elle a choisi

ceux qu’elle aime, elle retrouve, toujours claire,

une image : oui, faisons-lui voir que ce choix

qu’elle a fait de nous a été bien fait

et que c’est un haut honneur que d’être à elle !

*


 

 
 


 

 

 

 

 

01/06/2017

 

 



RETOUR



Haut de Page

 

     


 

 

 

 

 25/05/2017

 

  18/05/2017

 



RETOUR



Haut de Page

 

 

L’émission débute par l’écoute d’un chant de troubadour Dregz de natura de Matfre Ermengaud (... 1288 - 1322) , un long poème qui représente savoir et croyances du temps et mêle dans ses rimes les lointains échos de trobar. C’est une sorte de traité de la nature que fut son Breviari d’amor, un bréviaire de 34 597 vers, octosyllabes et rimant deux par deux. C’est Gérard Zuchetto et son ensemble Troubadours Art Ensemble qui interprète avec éclat ce morceau.

Gérard ZUCHETTO vient de publier une anthologie qui constitue un événement historique dans la diffusion des œuvres des troubadours. Il s’agit de :

LA TROBA, l'invention lyrique occitane des troubadours XIIe - XIIIe siècles. Anthologie commentée du Trobar

de Gérard Zuchetto préface de Franc Bardou

Gérard Zuchetto, spécialiste des troubadours et auteur de nombreux Cds et ouvrages sur le sujet nous emmène dans un voyage intemporel dans le creuset de la première poésie moderne de l’Europe depuis Guilhem de Poitiers jusqu’à Dante Alighieri.

110 troubadours, plus de 300 chansons en occitan avec les traductions en français. Une présentation du monde poétique, historique et géographique des troubadours et de la lyrique occitane, accompagnée d'un lexique du Trobar et de réflexions personnelles de l'auteur sur la re-création et l'interprétation musicales des troubadours aujourd'hui.

812 pages, broché, format 210x297 - Poids 2.300kg - dos 3.54cm

ISBN 979-10-93692-01-2 prix public 40 Euros

Une émission spécifique sera bien entendu consacrée à cette publication qui est un événement majeur pour la littérature occitane.

Rappel des dernières parutions 3ème trimestre 2016 des poètes occitans Franc Bardou, Jaumes Privat, Roland Pecout

Votz de trobar 3 : Cançonier d'un temps esperdut de Franc Bardou ISBN 978-2-9535781-7-1 prix public 15 Euros

Votz de trobar 4 : Las velas las mans de Jaumes Privat ISBN 978-2-9535781-8-8 prix public 15 Euros

Votz de trobar 5 : Alenadas de Jaumes Privat ISBN 978-2-9535781-9-5 prix public 15 Euros

Votz de trobar 6 : coma un aubras estrifat per l'auristre/Leberon de Roland Pecout ISBN 979-10-93692-00-5 prix public 15 Euros

tous ces ouvrages sont à commander directement auprès des éditions Troba Vox.

*

Christian Saint-Paul signale ensuite la parution d’une des grandes voix de la poésie française : « Limite » d’Antoine Emaz aux éditions Tarabuste, 174 pages, 15 €.

L’émission « les poètes » consacrera une émission à Antoine Emaz qui incarne une orientation de la poésie d’aujourd’hui. Une économie de mots, le rejet de toute emphase créent une densité du poème qui prend toute sa puissance dans ce concentré de moyens. Une poésie où l’homme se reconnaît. Une spiritualité où le quotidien a sa place comme dans la vie.

limite

qu’est-ce qui se dit

là encore

de vivre

quoi

pas pourquoi

cause effet on s’en fiche

*

les mots hésitent

quand ça secoue trop

ils filent à l’abri

dans la cave

des années on a pu croire

qu’ils menaient un peu la danse

ils fuient

et ne reviennent qu’après

quand ça se tasse un peu

durant le lent retour au calme

*

vie de peu

dans l’espace temps mémoire

au bout quand même des mots

luisent

et puis s’éteignent

pas triste

neutre

l’évier est on est

son inox durera plus

il n’en sert rien

il sert

*

C’est à Athènes qu’a été imprimée avec le soutien de la Fondation Onassis qui détient toutes les archives de Cavàfis, par les éditions le miel des anges, « Tous les poèmes » Constantin Cavàfis, traduit du grec par Michel Volkovitch, anthologie complète de 364 pages, 20 €.

Cavàfis est l’anti-Rimbaud : son développement fut progressif et lent. Ses premiers poèmes sont écrits à l’ombre des Parnassiens, de Baudelaire, des Symbolistes, de Browning ; il ne devient pleinement lui-même qu’aux abords de la quarantaine — un peu comme Proust, son contemporain. Il publie peu et comme à regret, retravaillant certains poèmes inlassablement pendant des années. Il ne verra pas la première édition d’ensemble de son œuvre, parue peu après sa mort.

Les éditions françaises de Cavàfis, conformément à l’usage grec dominant, placent les Poèmes publiés en tête, éventuellement suivis d’une partie de l’œuvre non officielle. L’éditeur a choisi une présentation différente, chronologique — en précisant bien à quelle catégorie appartient chaque poème. Cette disposition nouvelle donne au lecteur un point de vue différent sur l’œuvre ; moins solennelle, plus intime, plus vivante, elle permet de suivre la progression du poète qui cherche sa voix, qui devient peu à peu lui-même. On n’en sera que plus ébloui par les merveilles de la fin.

Lecture d’extraits.

Choses cachées

Dans tout ce que j’ai fait, dans tout ce que j’ai dit,

qu’on n’aille pas chercher qui je fus.

Un obstacle était là, altérant

mes actes et ma façon de vivre.

Un obstacle était là, m’arrêtant

bien des fois, lorsque j’allais parler.

Mes actes les moins visibles

et mes écrits les plus voilés -

c’est là seulement qu’on me devinera.

Mais sans doute n’est-ce pas la peine

de consacrer tant de soin et d’efforts à me connaître.

Plus tard - dans une société meilleure -

quelqu’un de semblable à moi

c’est sûr, apparaîtra, libre de ses actes.

*

L’éditeur toulousain érès, publie dans l’excellente collection po&psy dirigée par Danièle Faugeras et Pascale Janot, « quelque chose comme un cri / tweets » de Jacques Ancet, dessins de Danielle Desnoues, petit livre épais pages non numérotées, 20 €.

Ce recueil de poèmes de Jacques Ancet rassemble plus de 300 fragments brefs obéissant à la contrainte du tweet, écrits entre 2012 et 2015.

« Dès le début, mes livres ont été traversés par un dialogue entre poème long et poème bref. Ce recueil de fragments écrits sous la contrainte non pas métrique ou formelle des textes précédents, mais sous celle numérique (au double sens) du tweet : 140 signes. Le haïku informatique est né voici quelques années de la mutation technologique que nous vivons, et il n'a pas fini de porter ses fruits. Pour moi, il y avait là une autre manière de donner forme à ce qu'a toujours été mon écriture : la pratique du journal. Au sens où je n'ai cessé d'écrire le jour — le mystère du jour. » explique Jacques Ancet.

Encore une de ces grandes voix qui fait l’incroyable richesse de la poésie française, et de plus, nous fait connaître et aimer la poésie de langue espagnole, né à Lyon en 1942, Jacques Ancet vit et travaille près d’Annecy.

Après avoir enseigné pendant plus de trente ans dans les classes préparatoires des grandes écoles, il se consacre aujourd'hui à son travail d'écrivain et de traducteur près d'Annecy, où il réside. Auteur d’une quarantaine de livres, il a reçu les prix de poésie Charles Vildrac de la Société des gens de lettres et Heredia de l’Académie française 2006 pour Diptyque avec une ombre (Arfuyen), le Prix Apollinaire 2009 pour L’Identité obscure (Lettres Vives) ainsi que la Plume d'or 2013 de la S.A.S. pour l'ensemble de son œuvre. Traducteur de quelques-unes parmi les plus grandes voix des lettres hispaniques comme Rodolfo Alonso (Entre les dents, érès, 2017), il s’est également vu décerner les prix Nelly Sachs 1992 et Rhône-Alpes du Livre 1994, la Bourse du Prix Européen de Littérature 2006 et les prix de traduction Alain Bosquet 2015 et Roger Caillois 2016. Enfin, tout récemment, son travail de traducteur et d'écrivain vient d'être distingué par un doctorat honoris causa de l'Université Catholique de Louvain. Il a publié aux éditions érès Portrait d’une ombre (érès, 2009) et Travaux de l’infime (érès, 2012).


 

Une émission spécifique à Jacques Ancet s’impose et « les poètes » vous la proposeront prochainement.

Lecture d’extraits.

Chaque phrase, ajoute-t-il, est une

planche posée sur le vide. C’est

pourquoi, écrire, c’est écrire sur l’air -

écrire l’air.

*

Au sortir de la douleur, l’éblouissement

bref. Le couperet du ciel, les têtes qui

roulent - le jour inchangé.

*

Sous la fatigue, des mains posées, des

yeux fermés - et une lumière subite qui

n’éclaire rien.

*

Si tu veux voir les choses, regarde ce qui

les sépare.

*

Dans les yeux la lumière et la fatigue.

L’une s’obscurcit l’autre s’éclaircit.

Comment dire cela ? Ce qui tombe

ce qui monte. Et le même élan.

*

Longtemps, il ne se passe rien. C’est

du moins ce que tu crois. Soudain, la vie

te rattrape - et quoi ?

*

Christian Saint-Paul reçoit ensuite son invité :

Michel Baglin qui vient présenter son dernier livre :

« Lettres d’un athée à un ami croyant », dessins de Jean-Michel Delambre

aux éditions Henry, 102 pages, 10 €.

Voici ce qu’écrit Michel Baglin sur la quatrième de couverture :

À l'heure des attentats, ces lettres d'un athée portent la conviction que le dialogue entre ceux qui croient au ciel et ceux qui n'y croient pas reste ouvert, à la condition de ne pas oublier qu'en démocratie, le respect est dû aux personnes, pas à leur foi, leurs idéologies, leurs représentations du monde, leurs utopies.

Les religions ne sauraient rester, elles seules, hors du champ de la critique, comme le rappelle Boualem Sensal à propos de l'islam. Or, la demande des intégristes catholiques de créer un délit de blasphème, comme celle des musulmans qui protestent contre les caricatures, montre à quel point le ver est dans le fruit. Parce que le sacré des uns n'est pas celui des autres et qu'il n'en est pas d'universel, le sacrilège n'existe que dans la tête des censeurs. Quand les religions entendent imposer leurs injonctions et leurs interdits, on entre dans l'apartheid, elles portent en elles la guerre des communautés.

Ainsi ce plaidoyer pour la laïcité souligne-t-il qu'il n'est pas de frères de race ou de religion, seulement des frères d'humanité. Car la fraternité est universelle, sinon elle ne recouvre qu'une solidarité de clan, de tribu, une solidarité de meute.

M. B.

Jacques Morin, de la revue Décharge, fait cette note de lecture sur l’excellent site de Michel Baglin revue-texture.fr :

Michel Baglin quitte romans, livres de poèmes et essais pour tâter d’un nouveau genre littéraire : le genre épistolaire. À sa façon, c’est-à-dire pour traiter philosophie au sens large. (Il avait fait la même chose avec sa récente farce théâtrale : « Dieu se moque des lèche-bottes »). On peut ajouter que l’ami croyant, le destinataire, « Jean », n’apparaît pas ; c’est un partenaire transparent, idéal pour disserter, réfléchir et répondre, punching-ball courtois et civil.

Les données sont affichées dès le titre. Celui qui croyait au ciel vs celui qui n’y croyait pas. Michel Baglin dans l’émotion des attentats parisiens de janvier et du 13 novembre tente de mettre sur papier les idées qui, souvent brouillées et confuses, s’opposent sans qu’on puisse les distinguer clairement. Chaque lettre met en place des concepts qui sont auscultés et définis : totalitarisme et fanatisme religieux, laïcité et tolérance, incrédulité et mécréance, amour et solidarité, soumission et esprit critique, xénophobie et racisme, religiosité, malaise identitaire, amitié et fraternité…

Ses prises de position sont solides et étayées, d’autant qu’il les défend en époussetant tout ce qui pourrait les gâter, et quiconque de bonne foi ne pourra être que d’accord avec l’auteur. C’est un livre à mettre entre toutes les mains, des adolescents aux adultes, afin d’asseoir sereinement réflexions et théories.

Les dessins de Jean-Michel Delambre sont parfaitement au diapason et au niveau.

Cette citation pour témoigner de la hauteur de vue de l’auteur :

« Je préfère un croyant inquiet à un athée impassible. »

Jacques Morin

Christian Saint-Paul fait remarquer tout de suite que les propos de cet essai alerte, sont d’une actualité brûlante. Ne serait-ce que parce que la veille de cette émission, le gouverneur de Jakarta, capitale de l’Indonésie, a été condamné à deux ans de prison pour « insulte à l’islam ». Ce gouverneur avait commis le « sacrilège » de remettre en question l’interprétation du Coran par les théologiens qui affirmaient qu’un musulman ne devait élire qu’un dirigeant de même confession.

Michel Baglin s’explique : on est dans l’euphémisme quand on parle du fondamentalisme islamique ! Il faut appeler cela dans la plupart des cas, du fascisme. Sacrilège, blasphème, n’ont pas de sens. Pour qu’il y ait du sacré, il faut que ce soit universel, or, comme ce n’est pas le cas, ce sont des opinions. Le sacré n’existe pas. Donc il n’y a pas de sacrilège, c’est de la foutaise. Si quelqu’un me parle de sacré, c’est quelqu’un qui me veut du mal, qui veut m’asservir d’une manière ou d’une autre.

Le livre, poursuit l’auteur, est une fiction épistolaire. Je laisse deviner ses arguments à l’ami croyant à travers ses réponses, ce qui induit quand même un dialogue. Mais, évidemment je ne peux pas parler à la place de l’autre, mais j’entends ses arguments. Bien entendu, il y a des choses pour lesquelles je n’ai pas de réponse.

Le style est familier, remarque Saint-Paul ; c’est avec ce ton familier que sont traités des thèmes philosophiques et politiques majeurs. C’est une belle réussite car le livre se lit très facilement.

Je m’adresse à cet ami croyant, poursuit Michel Baglin, - en réalité une somme de mes divers amis chrétiens ou musulmans - pour lequel j’ai une grande estime. J’ai des positions claires, mais je respecte les personnes. Pas les opinions. Comment respecter le nazisme par exemple ? Si je fais une apologie, ce n’est pas de l’athéisme, mais celle de la laïcité. Aucune société ne devrait interdire les croyances comme ce fut le cas dans les pays communistes.

Je crois que l’athéisme est une chance. Sa vision du monde est riche et conduit à la fraternité. Or, les dieux condamnent cette fraternité puisqu’ils sont multiples, chacun les siens ! Or, la fraternité est universelle elle aussi, sinon elle n’a aucun sens. Sinon il n’existe de fraternité que communautariste. C’est mon frère parce qu’il est de mon groupe. C’est l’esprit de tribu, de clan, de meute à la limite. C’estce qu’on voit dans le monde aujourd’hui.

La fraternité est universelle. Je m’appuie sur beaucoup d’écrivains du monde musulman qui ne sont pas fatalement musulmans comme Adonis par exemple, qui osent dire des choses que notre monde occidental n’ose pas. On est tellement veule devant ce qui se passe, qu’on est complice du totalitarisme qui s’installe.

Si l’islam refuse la critique, il n’a pas sa place dans la société, je suis d’accord avec cette réflexion.

Quand on croit à un absolu, on ne peut pas être tolérant. Si j’ai raison, les autres ont tort donc je dois me battre pour mon absolu : c’est le massacre !

La religiosité pose problème. La spiritualité, qui est la vie de l’esprit peut s’entendre hors des religions, mais il est vrai aussi que les religions ont cette dimension. La spiritualité n’est pas liée à la foi.

Les religions sont, par définition politiques puisqu’elles entendent être prescriptives en matière de vie sociale, de vie personnelle, de vie intime puisque les trois religions du Livre ont l’obscénité de s’occuper de ce qui se passe dans les lits.

Si Dieu existe, il regarde au fond des cœurs, mais pas au fond des lits. Dieu aussi n’a pas besoin de thuriféraires. C’est pourquoi j’ai écrit une pièce : « Dieu se moque des lèche-bottes ».

Saint-Paul rappelle que l’évêque de Pamiers, à Montségur, s’est incliné pour demander pardon des crimes commis lors des croisades des Albigeois. Ceci huit siècles après le bûcher de Montségur. Ce repentir rend bien compte d’une évolution totale du clergé et des positions de l’Eglise. Le christianisme a été confronté au développement d’une société de plus en plus instruite, dès l’invention de l’imprimerie, par les progrès des sciences.

Les croyants ont quitté l’absolu pour aller dans l’inquiétude et dans la recherche. Et dans le souci de l’Autre. La foi en cela n’est pas nécessaire mais ne l’interdit pas.

Les religions sont-elles perfectibles ? C’est tout le débat.

Chez les chrétiens, Dieu a voulu l’homme libre.

La responsabilité des actes est porté par l’homme, ce n’est pas le fatalisme. Pour la démocratie et pour la dignité humaine, c’est fondamental. La philosophie d’une pensée peut s’améliorer. Il y a le doute. Souvenons-nous de cette controverse pour savoir si les indiens avaient ou non une âme.

Les musulmans « modérés » ont demandé qu’il y ait dans la loi une condamnation du blasphème. Heureusement ils ont échoué.

Lecture d’extraits du livre.

Mon cher Jean,

L’immonde ne dort jamais que d’un œil ! Qu’on lui lâche tant soit peu la bride, et voilà que la bête se réveille pour prétendre bientôt régner sur tous et sur chacun, dicter ce qu’il faut croire et sentir, imposer une manière de vivre à genou et dans l’humiliation. Il y a toujours des abrutis de dieu quel que soit le nom qu’ils lui donnent et qu’on leur prête, des enténébrés de dogmes, pour se lever et combattre tout ce qui pense, tout ce qui fait l’être humain et sa dignité : son esprit critique, sa liberté de conscience.

Tu parleras je suppose de totalitarisme et tu auras raison. Moi je veux être plus précis, bien que certains se récrient déjà, et je parle de fanatisme religieux.

Tout cela n’est pas nouveau et ces dernières années − des intégristes catholiques œuvrant à faire censurer des spectacles qu’ils jugent « blasphématoires » aux islamistes prétendant interdire la représentation de leur prophète, en passant par les créationnistes déterminés à imposer leurs élucubrations à l’école, sans oublier les fondamentalistes juifs qui réclament l’asservissement de toute la Palestine au nom du Grand Israël biblique − on pouvait croire que ces exaltés s’en tiendraient à attaquer la liberté d’expression, ce qui est déjà s’en prendre au fondement de la démocratie et ne va pas sans conséquences politiques.

On sait aujourd’hui qu’ils peuvent être tout aussi impatients de massacrer – comme certains le font hélas partout dans le monde − ceux qui ne leur ressemblent pas ni ne partagent leurs vaticinations. La nouveauté, en France du moins, c’est que les liberticides sont aussi des assassins de la pire espèce, petites frappes crétinisées et cruelles, sans arguments autres que la violence, des songe-creux et des déséquilibrés que l’humour accule à l’hystérie meurtrière.

(pages 7 & 8)

Merci, mon cher Jean, de me rappeler qu’après les attentats de Charlie Hebdo, le père Ciro Benedettini, vice-directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, a fait part aux journalistes de la condamnation de l’institution pour « l’atteinte à la liberté de la presse, aussi importante que la liberté religieuse ». J’ai d’ailleurs cru un moment que les Lumières avaient éclairé le Pape ! Comment mieux dire en effet, mieux définir la laïcité, mieux apaiser les tensions ?

Et je me pris à rêver que les représentants de toutes les religions puissent se décider à l’imiter : tous Charlie ! Comme tu vois, je suis bon public ! Et parfois d’une naïveté imbécile.

Ce rêve était trop beau pour être durable ! Très vite, une autre déclaration papale vint corriger le tir et prendre le contre-pied de la première, lâchée sous le coup de l’émotion : « On ne peut provoquer, on ne peut insulter la foi des autres, on ne peut la tourner en dérision ». Ce pape pourtant considéré comme assez progressiste dans certains domaines pour être menacé dans sa propre institution, est néanmoins prêt à boxer qui critique sa foi. Tu me pardonneras, je sais qu’il t’enthousiasme, mais à mes yeux, il reste un pape. Passablement indécrottable.

(pages 17)

Cher Jean.

Tu as sans doute entendu comme moi citer constamment, depuis les attentats islamistes, la phrase de Camus résumant une pensée de son ami et biographe Brice Parain : « Mal nommer un objet, c'est ajouter au malheur de ce monde » (*). La formule résume bien le style et la pensée de l’auteur de L’Homme révolté qui a toujours su, lui, « s'efforcer au langage clair pour ne pas épaissir le mensonge universel » ; mais ceux qui la citent (de manière souvent approximative) semblent ne pas toujours se soucier de la mettre en œuvre !

Ainsi en va-t-il de cette confusion – que les islamistes promeuvent et que bien des journalistes entretiennent par paresse ou ignorance – entre musulmans et Arabes. Si l’intention peut paraître louable qui veut éviter la montée des stigmatisations ethniques et préserver les chances du vivre ensemble, au bout du compte il n’en résulte qu’un de ces fameux « amalgames » que les bien-pensants à grands cris prétendent vouloir combattre…

Je m’attèle donc à rappeler que la majorité des musulmans ne sont pas arabes et surtout que tous les Arabes ne sont pas musulmans, que certains sont chrétiens, ou tout simplement sans dieu !

Cette confusion qui consiste à associer l’ethnicité à une foi spécifique procède en fait d’un racisme plus sournois, qui revient à vouer un peuple à une religion. Outre que c’est injuste à l’égard de la majorité non-arabe des musulmans, c’est aussi faire injure aux Arabes, croyants ou non, en les imaginant incapables d’indépendance à l’égard du religieux. C’est notamment dénier tout crédit à ceux qui, non-croyants, ferraillent contre le « sacré » qu’on veut leur imposer, comme ont ferraillé en Occident les philosophes des Lumières, plus tard les libres penseurs et enfin ceux qui ont conquis de haute lutte le privilège de la laïcité.

J’ai beaucoup d’amis arabes – dont certains, écrivains ou intellectuels, sont aussi les tiens – qui parce qu’il sont agnostiques ou athées, tu le sais comme moi sont menacés de mort. Comment pourraient-ils accepter qu’on oublie ainsi leur combat ou simplement qu’on compte pour si peu leur indépendance d’esprit ? Ils n’apprécient pas plus qu’on apprécierait d’être systématiquement qualifié de chrétien parce qu’occidental ou de voir accuser de racisme anti-blanc quiconque s’oppose à la foi ou aux églises chrétiennes ! Bien sûr tu n’es pas dans ce cas, mais je sais que tu me comprends. Si je voulais m’exprimer crument, je dirais qu’un Arabe a aussi le droit à Voltaire comme aux Lumières ! Qu’il n’est pas condamné à se croire adorateur ou esclave d’Allah !

(pages 21 & 22)

Non, les religions ne sont pas intouchables par principe – pas plus que n’importe quelle opinion ou vision du monde. Et il faut marteler une évidence, la seule finalement qui compte : le respect est dû aux personnes, pas à leurs croyances, leurs idéologies, leurs représentations du monde, leurs utopies.

Qu’on en vienne à abolir le droit à l’irrespect, c’est toute la pensée qu’on mettrait au pas et la liberté sous la férule. Le principe est si simple que je ne crois guère en ce domaine à la naïveté : tous ceux qui réclament une loi contre le blasphème le sont peut-être à leur insu, mais ce sont dans l’âme des aspirants au totalitarisme !

Reste la fraternité, écris-tu. Certes, mais elle n’a pas besoin de dieu, les révoltés de tous les temps l’ont montré, même si les révolutionnaires ont parfois hélas prouvé qu’ils pouvaient aussi l’assassiner avec la liberté.

Rien d’ailleurs ne m’alarme plus que d’entendre parler de « frères en religion ». Je l’ai écrit dans un poème, je n’ai pas de frères de race ou de combat, je n’ai que des frères de Terre. Car la fraternité est universelle, sinon le mot ne recouvre que l’esprit d’équipe : une fraternité de clan, de tribu, d’un groupe ligué contre le reste du monde.

Une fraternité de meute.

(pages 27)

Il en va des religions comme de moult autres domaines : leur valeur et l’héritage à transmettre est dans l’esprit, pas dans la lettre. Mais pour les imbéciles qui regardent le doigt quand le sage montre la Lune, le littéralisme seul fait foi. Ainsi les crétins créationnistes veulent-ils imposer, contre la physique et contre le darwinisme, l’enseignement dans les écoles d’une parabole qui, prise à la lettre, devient une absurdité. Les intégristes catholiques n’ont guère plus d’ouverture d’esprit. Quant au monde musulman, il a ses islamistes qui ne conçoivent pas d’autre sens que littéral au Coran. Que la régression perceptible aujourd’hui se poursuive, et il ne faudra pas dix ans pour que des illuminés prétendent que la Terre est plate, puisque c’est ainsi qu’on la percevait aux temps où ont été élaborés les tables de la foi. On en sourira d’abord, puis on en tremblera, car ils massacreront bien volontiers ceux qui ne reconnaitront pas cette vérité « révélée » ! (…)

Pour ma part, je m’étonne depuis bien longtemps que les croyants juifs, chrétiens ou musulmans ne soient pas plus troublés, voire indignés, par moult épisodes et personnages peu ragoûtants de leurs pieuses écritures. Je pense notamment à cette figure centrale des trois monothéismes : Abraham. Voilà un homme qui reçoit de dieu l’ordre de sacrifier son fils Isaac et qui s’apprête à obtempérer ! Une preuve de piété, certes. Mais un homme qui consent à égorger son fils pour complaire à son maître n’incarne-t-il pas, pour la plupart d’entre nous, la figure la plus hideuse de la soumission ? Or les dévots ont fait de cette ignominie une vertu, de ce mauvais père un patriarche ! Et presque sans broncher, même si l’épisode a fait l’objet de moult controverses et interprétations.

Je me souviens de cette discussion que nous avions eue il y a longtemps déjà à ce sujet. Ce passage de la Bible n’est pas ton préféré, avais-tu reconnu, ta prédilection s’attachant d’ailleurs aux Évangiles. Tu avais néanmoins voulu relativiser ce grief en rappelant que dieu au dernier moment, par l’entremise de l’ange, retient le bras du candidat à l’infanticide. Et tu avais ajouté que le message divin ainsi envoyé est un symbole fort pour les hommes : il commande de mettre fin aux sacrifices humains encore nombreux en ces temps bibliques.

Peut-être. Du point de vue de dieu, mais du point de vue d’Abraham et de ses thuriféraires ? Du point de vue des hommes ? J’ai beau interroger le symbole, je n’y perçois pas le moindre encouragement à adoucir les cœurs

(pages 50 & 51)

Je te concède que toutes les religions ne se valent pas – celles qui ont prôné longtemps les sacrifices humains, par exemple, ne pouvant être mises sur le même plan éthique que celles qui valorisent la fraternité universelle – et, à l’intérieur de chacune d’elle, que toutes les approches ne privilégient pas les mêmes valeurs. Mais elles ont en communs de toujours s’auto-légitimer. La foi et le messianisme ont cette faculté de se satisfaire du seul argument d’autorité. Et une religion ne prétend jamais tenir sa légitimité que d’elle-même. Rien ne peut donc lui être opposé, de son point de vue. C’est pourquoi sa pente naturelle ne peut être que vers le fanatisme et l’intolérance, avec leur cortège de malheur.

Tu me dis que le christianisme se veut perfectible. Le point est important. Que tous les religieux, généralement cramponnés à leurs traditions et catéchismes, t’entendent ! Mais le plus souvent, les adaptations apportées au fil du temps et en catimini à leur dogme par les religions majoritaires ne sont que des correctifs adoptés de mauvaise grâce, par la force des choses. Elles ne changent rien fondamentalement à l’affaire. (…)


 

Tu ne partages pas ma conviction que la chasteté est mère de tous les vices… Pourtant, les religions qui aspirent avec tant d’insistance à contrôler la sexualité de leurs membres, au point d’en être obscènes, nous enseignent à toutes les époques et sous toutes les latitudes que la frustration dans ce domaine engendre des comportements souvent monstrueux. Qui se veut abstinent, c’est bien connu, ne pense plus « qu’à ça ». (…) Pour dire le fond de ma pensée, je suis persuadé que les religions s’emploient à brider la sexualité des fidèles (sans parler de celle des nonnes et des prêtres qui, après tout, ont prononcé leurs vœux…) parce que c’est cette pulsion sexuelle elle-même, contrariée, refoulée, qu’elles exploitent et qui engendre cette religiosité dont j’ai parlé ailleurs…

Avec l’islam, qui réserve un statut si désastreux à la féminité, on touche le fond, la chasteté devient la prison des femmes. Elle se traduit par l’enferment dans le foyer et l’interdiction d’une vie publique. Ou cette fameuse burqa qui insulte finalement autant les hommes (considérés comme incapables de se maîtriser, de vrais clébards !) que la gente féminine, mais exerce bien sûr la contrainte sur cette dernière. On atteint là un paroxysme : dans leur délire de « pureté », certains imams en viennent à justifier le viol en raison d’un manque de « pudeur »… Cette obsession islamiste ne fait que révéler une incroyable lubricité, comme le montre le voile qui, loin de la soustraire à la convoitise, réduit la femme à un objet sexuel dans les regards qu’il conditionne, (et à ses propres yeux dès la puberté). Quoi de plus obscène que cette prétendue « pudeur » ?

(pages 83 & 84)

*

Michel Baglin, écrivain, dramaturge, essayiste, est avant tout poète.

Il termine en conséquence cette émission par la lecture d’un poème extrait du livre « Un présent qui s’absente »paru aux éditions Bruno Doucey.

La poésie

La poésie n’est pas dans les vers,

mais entre les lignes, quelque part

entre l’obscurité de la parole qui se cherche

et les célébrations solaires du chant.

Pas dans les mots,

mais dans la poussière qu’ils soulèvent.

L’enfermer dans le poème est la réduire,

alors qu’elle le déborde de toutes parts,

l’engendre et le prolonge,

alors qu’elle est sa source et son delta.

Il est vrai, elle ne dit rien qui vaille

aux comptoirs de la Bourse, chez les traders,

ou même chez l’épicier du coin.

Mais elle augmente ton salaire de vivant,

redore le bonjour et l’au-revoir

dans les mémoires de peu.

Elle est le sucré et le salé

qui rehaussent ton brouet,

la cerise en hiver,

la bougie sur le gâteau.

Elle glisse dans ta paume

le galet du jour, sous tes doigts,

la palette des matières.

La poésie te met le jus en bouche

quand tu dis « pêche »,

car elle est la chair des mots.

Elle t’assoit à la table des terroirs.

Elle ne dit pas « rouge » ou « jaune »,

elle les donne à voir.

Elle ne dit pas le petit matin parfumé,

elle t’en rafraichit.

Dans les pins, elle prête au vent

l’écho grisant des vagues,

quand le torrent s’assèche,

elle libère les crues qu’il porte en puissance.

Quand le regard s’éteint,

elle le rallume de ses métaphores,

de ses envols et de ses sèves.

Elle réveille les couleurs du tableau

quand ta vie s’embrume.

Et quand la peau se tait,

elle lui rend la caresse et la brûlure.

La poésie puise aux eaux souterraines

de l’enfance toujours inaccomplie.

Elle te leste de ressouvenances,

d’une mémoire ragaillardie, d’un corps remué.

Elle est ta prise de terre

branchée sur le vertige et sur le manque.

Sur ta conscience d’être d’ici, de maintenant,

beaucoup d’hier, un peu de demain,

fatalement provisoire et incertain.

Mais dans la graine,

elle écoute l’avenir et s’en émeut.

Elle est dans le sport

ce qui n’appartient pas à la performance,

dans la marche, ce qui ne se mesure pas

et ne s’éteint jamais le but atteint.

Elle est dans l’éolienne la rafale

qui se moque de tes compteurs.

Elle est ce grain de folie

qui germe dans toute envie.

Dans tout poème infuse

un sentiment de précarité qui donne

du prix à tout ce qui passe :

la poésie ainsi conjugue

les menaces sourdes du temps

aux impatiences de l’amour.

Elle est la vie qui se déplie dans la durée

et fait crisser sous les pas

les graviers de la mélancolie.

Mais elle tisse le châle

dont se réchauffe le cœur

et pose la main

sur l’épaule des chagrins.

Elle est la mise en garde,

elle est la mise en forme,

la mise en appétit et la mise en route.

Dans les puanteurs de la ville,

elle soulève l’émeute des foins coupés,

les senteurs de prairies perdues.

Là où l’exil s’insinue

et le désespoir étreint parfois,

la poésie fauche un regain

et s’attache à louer le quotidien

qu’on peut encore sauver.

Contre le factice, c’est elle qui arbitre.

Elle mange dans ta main et tu ne le sais pas.


 

***

 
 


 

 

 


 

 

Yves

 Le Pestipon

 

  11/05/2017

 



RETOUR



Haut de Page

 

     


 

 

 Hans

 Magnus

 ENZENSBERGER


 

 

 Photo de

Mariusz Kubik

 

  04/05/2017

 



RETOUR



Haut de Page

 

 

Christian Saint-Paul présente le dernier recueil publié d’Anne MOUNIC : « Tout là-propos de ces merveilles », 16 p., 463e Encres Vives, 6,10 €, abonnement 34 e à commander à Michel Cosem, 2, allée des Allobroges 31770 Colomiers.

Les illustrations intérieures sont des gravures à la pointe sèche de l'auteure.

Lecture d’extraits :

rehauts

La nuée tisse un cocon froid / englobant le paysage dont / ternissent les teintes - / seules quelques pointes / vives de l'automne balbutiant / percent les valeurs monotones / de la toile de fond.

Un vert vif, / ici, gorgé de pluie ; un jaune d'or / là-bas, en rondes gommettes, et des cascades d'angles aigus, / rouge vif et carmin.

Ce sont les rehauts / que requiert l'esprit afin de jouir / et penser, avec les bouquets jaunes / de séneçon, ici, sur le talus.

Née en 1955, Anne Mounic est l’auteur d’une œuvre poétique, romanesque et critique. Elle a également traduit quelques poètes anglo-saxons, tels que Robert Graves, Stevie Smith ou Vincent O’Sullivan. Elle collabore à plusieurs revues, dont Europe. Elle est elle-même co-rédactrice de Temporel, http://temporel.fr, revue littéraire et artistique en ligne.

Peintre et graveur, elle expose régulièrement depuis 1980, en groupe, individuellement ou avec son époux, Guy Braun. http://atelier.guyanne.free.fr

Elle est maître de conférences à Paris 3 Sorbonne nouvelle.

Bibliographie

Poèmes et nouvelles :

L'Espace. La Bartavelle.

Lumineux, pelucheux. Editions du Gril.

Mélanie et les rhododendrons. La Bartavelle.

Le Poulpe poème. Encres Vives.

Les Yeux d'Argos. Encres Vives.

L'autre vie. Clapàs.

Pensez ! Pensez ! Encres Vives.

La terre, en ses élans, Océan, Encres Vives.

La terre, en ses élans, Océan, Encres Vives.

Avec Vivienne Vermes, METAMORPHOSES. Edition bilingue.

Poèmes et nouvelles de Vivienne Vermes traduits par Anne Mounic ; d'Anne Mounic, traduits par Vivienne Vermes. L'Harmattan.

Passages. Edition bilingue. Poèmes et nouvelles de Vivienne Vermes traduits par Anne Mounic ; d’Anne Mounic traduits par Vivienne Vermes, L’Harmattan.

Nuage, l’esprit… Encres Vives.

Quand pâlissent les lilas. Encres Vives.

Poussière amoureuse. Encres Vives.

Romans et récits poétiques :

Métamorphoses d'une image, Quasi una fantasia. L'Harmattan.

O., ou La Déchirure. L'Harmattan.

P' et les noms propres. L'Harmattan.

Voici l'homme aux bottes rouges, L'Harmattan.

La Spirale, L'Harmattan.

Carnet d'Hadès, L'Harmattan.

L’autre et le furet du bois joli, L’Harmattan.

AH ! Ce qui dans les choses fait AH ! L’HarmattanQuand on a marché plusieurs années..., Orizons(X) de nom et prénom inconnu, Orizons.

Critique littéraire :

Poésie et mythe : Réenchantement et deuil du monde et de soi.(Edwin Muir, Robert Graves, Ted Hughes, Sylvia Plath, Ruth Fainlight). L'Harmattan.

Poésie et mythe : Je, tu, il/elle aux horizons du merveilleux. (Edwin Muir, Robert Graves, Ted Hughes, Sylvia Plath, Ruth Fainlight). L'Harmattan.

La Parole obscure : Recours au mythe et défi à l'interprétation dans l'œuvre de Michel Fardoulis-Lagrange. L'Harmattan.

Les tribulations de Perséphone : Poésie, autre, au-delà (Kathleen Raine, Stevie Smith, Veronica Forrest-Thomson). L'Harmattan.

Poésie, mobilité de l'esprit : Portes, passage, rythmes et métamorphoses. (E.A. Poe, E. Dickinson, D.H. Lawrence, R. Graves, E. Muir, S. Smith, R. Fainlight, E. Bishop). L'Harmattan.

Psyché et le secret de Perséphone : Prose en métamorphose, mémoire et création (Katherine Mansfield, Catherine Pozzi, Anna Kavan, Djuna Barnes). L’Harmattan.

La poésie de Claude Vigée : Danse vers l’abîme et connaissance par joui-dire. L’Harmattan.

Traductions :

Traduction et présentation des Poèmes choisis de Robert Graves. Collection du Club des Poètes.

Traduction et présentation de Poèmes de Robert Graves. L'Harmattan. (Ouvrage publié avec le concours du Centre National du Livre.)

Traduction et présentation de Poèmes de Stevie Smith. L'Harmattan.

Traduction et présentation de nouvelles de Vincent O’Sullivan. Waiting for Rongo / En attendant Rongo. Sélection de Vincent O’Sullivan. Editions de l’Inventaire. Les Belles Etrangères. Novembre 2006.

Traduction et présentation de poèmes de Vincent O’Sullivan. That Vault of Such Pure Breath / Cette voûte de si pur respire. Sélection de Vincent O’Sullivan. Editions de l’Inventaire. Les Belles étrangères, novembre 2006.

Anne Mounic est une spécialiste de l’œuvre de Claude Vigée.

Internet : http://temporel.fr http://atelier.guyanne.free.fr

*

En février 2017 Michel COSEM avait publié : Lumières d'Oc (Occitanie)

Encres Vives, coll. "Lieux" n° 334 (Occitanie), 16 pages, 6,10 €.

Illustration de couverture : André Falsen

L'Occitanie, nous dit l’auteur, est certes ma terre d'origine mais aussi celle qu'il me plait le plus d'évoquer dans mes poèmes et mes romans, tant l'histoire est belle, tant l'imaginaire est riche et les paysages d'une infinie variété. J'ai regroupé ici des ensembles épars, écrits à des périodes différentes mais participants de la même démarche, voire du même amour.

A la suite de ce recueil, Michel COSEM fait paraître à L’Harmattan, collection témoignages poétiques, avant-propos de Jacqueline Saint- Jean,100 pages,

13 € « Les mots de la lune ronde ».

Chaque prose capte ici un lieu, un instant, saisis dans leur vérité et leur mystère. Une attention bienveillante et songeuse recrée chaque microcosme, par le prisme des sensations vives, la saisie de détails justes, la focalisation finale sur un gros plan. Jacqueline Saint-Jean.

Michel Cosem est originaire du sud de la France. Il a fait ses études supérieures à Toulouse. Il écrit des romans et des poèmes depuis toujours. Il a publié de nombreux ouvrages (romans, poèmes, anthologies) et consacre sa vie à l’écriture, aux voyages, à la lecture et aux rencontres avec ses lecteurs un peu partout en France et à l’étranger.

Annie Briet, résume ainsi l’écrivain, poète et éditeur : "Michel Cosem ne peut s’imaginer vivre sans écrire, c’est le vrai sang de ses veines, l’épine dorsale de sa vie, c’est dans le langage que l’on naît soi-même, dit-il encore à Chantal Danjou (dans Poésie Première), et d’autre part, il ne se vit pas près de la nature mais faisant partie de la nature au même titre que la fleur blanche, que l’oiseau, l’abeille, le scarabée etc. Il se ressent comme une simple excroissance de la nature, en somme. Aussi, n’étant pas prisonnier de ses limites d’individu, il accorde à toute chose la voix et le visage humains : sa maison de paille a des lèvres et des yeux, la fleur blanche a des joues. Là est peut-être la plus grande originalité de ce poète et la source d’enchantement pour le lecteur qui a su garder la magie du regard de l’enfance."

Lecture d’extraits.

 

Osiris

au bord du fleuve

me parle

et je l’entends à peine

Sa voix bruisse entre les roseaux

Pourtant je suis heureux de l’entendre

et je suis prêt

pour un grand voyage

qui dis-tu

est au-delà du temps

lorsque soudain tout se resserre

et devient absolu

*

On raconte la nuit venue

des histoires de rencontres

de voyages au-delà du possible

Ceux qui en sont revenus

ont des mots de jade et d’or

ils ont brisé le fil de la mort

et font rêver toutes les raisons

Un grillon hésite à prendre la relève.

*

Le grand arbre mort

a le ciel pour feuillage

Il est noir du matin au soir

Il se fond dans la nuit

pour revenir sans que l’on sache pourquoi

avec de grands gestes véhéments

et des mots de colère

Le grand arbre

a le ciel pour feuillage.

*

Ils sont tous de l’autre côté de la fenêtre à me regarder écrire. Cela se fait chaque été et à la même place et avec la même lumière, celle qui glisse sur mon clavier et me donne le sourire. De petits rouges gorges viennent picorer la vitre pour me dire qu’il est temps que j’arrête. A la tombée du jour ce sont les engoulevents qui viennent se fracasser le crâne dans leur hâte de venir boire à ma lampe. Il m’est pénible d’accepter leur sacrifice. Je sais que les prunes les attirent. Elles sont veloutées et presque transparentes, chaque jour davantage gorgées de soleil. Je les ai connues fleurs comme abandonnées sur le rameau, puis semblables à de petites feuilles se cachant

modestement. Et maintenant elles sont là. C’est un merveilleux privilège que d’ouvrir la fenêtre et d’avoir des gorgées de sucre et de miel. Et je suis certain que tout recommence.

(Le Fenoul)

*

Après « Syllabes » (Encres Vives éd.) et « Désinvolte Eros » (Copy Media), Simone ALIE-DARAM poursuit son chemin de poésie en publiant : « Dialogues d’outre nuages » Poésie, Copy Media, 40 pages, 12 €, à commander à : daramalie@free.fr

Ce livre de poèmes s’articule autour de trois parties : Tôt, tard, toujours.

Le temps, depuis Désinvolte Eros, est le principal personnage des trois actes de ce drame poétique qui se joue dans des dialogues d’outre nuages. Ces nuages, ces merveilleux nuages chers à Baudelaire et à Françoise Sagan, sont le réceptacle de ces dialogues secrets qu’entretient Simone Alié-Daram avec ses fantômes, les vapeurs du passé qui s’étirent dans l’éther et disparaissent pour revenir en des formes nouvelles, étranges comme les nuages. L’air est le milieu naturel de ce poète qui a toujours les yeux au ciel, celui d’une vie plus haute, spirituelle, mais familière, loin de tout mysticisme et de toute extase. Car « le temps n’a pas de nom » et que devient ce que l’on ne peut pas nommer ? Une vigilance. Simone est la sentinelle. Elle guette et fait naître les mirages : Envoyer les mères pélican / Dans une impasse de l’univers / Se noyer dans une mer de nuages / Juste avant la pluie/ Ramer entre quelques étoiles / Et ne penser qu’à vous / Toujours.

Mère pélican, elle l’est avec certitude, elle, tout attentive à l’autre, y ayant consacré sa vie, parce qu’elle n’aurait jamais pu faire autrement, la sentinelle, prête à accourir nourrir ses petits comme à tendre la main à l’inconnu.

Une poésie de haut vol, dans une langue simple et efficace pour porter l’émotion sans pathos. Une poésie authentique qui aurait bien plu à Marianne Moore, mais qui requiert une terrible expérience de la vie.

A lire absolument !

Une émission spécifique sera consacrée à Simone Alié-Daram.

*

« L’Usine » Centre national des arts de la rue et de l’espace public, à Tournefeuille,

a contribué à la publication de « De terres et de chairs, nous sommes... » photographies de sculptures de Chantal Thomas, textes de Claude Faber et musiques de Marc Sens. Il s’agit du catalogue de l’exposition des sculptures de Chantal Thomas.

Une belle réalisation dans laquelle trois artistes se répondent et se complètent chacun dans son art. Cette pluralité est de celle qui plaise tant à notre ami grec Démosthène Agrafiotis.

Commande du catalogue + CD :

20 euros + 2,21 euros frais de port.

Pour toute commande :

claude.faber@wanadoo.fr

Les artistes :

Chantal Tomas

Artiste autodidacte, expose régulièrement dans les galeries d'art et les lieux publics. Enseigne la sculpture à Perpignan.

Claude Faber

Auteur de biographies, recueils de poésie, fictions, essais, reportages et textes se mêlant à la musique, à la photographie ou au théâtre ...

Marc Sens

Guitariste, compositeur, fondateur du groupe Zone Libre avec la chanteuse de rap Casey, travaille régulièrement avec des artistes comme Yann Tiersen, Bertrand Cantat, Rodolphe Burger,Caryl Ferey, la compagnie de danse La Zampa ou le chorégraphe François Verret ...

Voir : www.deterresetdechairs.com

Lecture d’extraits de textes de Claude Faber, diffusion d’un extrait du CD.

*

L’émission est ensuite consacrée au dernier livre bilingue allemand français, du poète Hans Magnus ENZENSBERGER

« L’Histoire des nuages / 99 méditations » traduit de l’allemand par Frédéric Joly (avec le concours de Patrick Charbonneau), éditions Vagabonde, 264 pages, 21,50 €.

Hans Magnus Enzensberger est un poète allemand, né à Kaufbeuren le 11 novembre 1929, écrivain, traducteur et journaliste.

Il est également connu sous les pseudonymes de Andreas Thalmayr et Linda Quilt ("De sacrés petits prodiges : Sept contes à l'usage des parents qui ne se méfient pas de leur progéniture", en allemand "Schauderhafte Wunderkinder")

H. M. Enzensberger appartient à cette génération dont l'enfance et l'adolescence ont été marquées par le nazisme et la guerre.

Poète et essayiste, mais aussi auteur dramatique et romancier, Hans Magnus Enzensberger s'est illustré dans tous les genres littéraires, y compris les pièces radiophoniques, les livrets d'opéra, les livres pour la jeunesse et les scénarios de films.

Après des études de littérature et de philosophie dans différentes universités allemandes et étrangères, dont la Sorbonne, il se tourne vers la dramaturgie, soutient une thèse sur la poétique de Clemens Brentano, puis devient rédacteur à la radio (Südwestfunk à Stuttgart), sous la houlette de l'écrivain Alfred Andersch qui le présente en 1957.

Il séjourne à New York en 1974-1975 et quitte la revue Kursbuch et se met à l'écriture du livret de l'opéra La Cubana sur une musique de Hans Werner Henze.

La première de sa pièce Le naufrage du Titanic a lieu en 1980. Après avoir adapté le Misanthrope de Molière, il écrit Le Philanthrope joué pour la première fois en 1984.

Il a écrit avec grand succès des livres pour la jeunesse: Der Zahlenteufel (1997) et Wo warst du Robert? (1998).

Écrivain engagé, se méfiant de l'ordre établi et des pensées toutes faites, il est l'intellectuel contestataire par excellence.

Couronné à trente-quatre ans par l'un des plus prestigieux prix littéraires allemands, le prix Büchner, il est depuis ses jeunes années un représentant incontournable de la littérature allemande de l'après-guerre. D'autres prix ont récompensé l'inépuisable activité de H.M. Enzensberger, entre autres le prix Heinrich-Böll en 1985, le Prix de la paix Erich-Maria-Remarque en 1993, le prix Heinrich Heine en 1998, la Médaille d'Or du Círculo de Bellas Artes en 2001 ou encore le prix Princesse des Asturies en 2002.

L’Œuvre :

Elle se caractérise par un regard féroce sur la société et en particulier sur la « médiocrité qui règne dans cette République (allemande) ». Selon Enzensberger, ce sont « les colonies de surfeurs, les forteresses du troisième âge et les résidences secondaires ou tertiaires » qui se prêtent le mieux à l'observation des Allemands car « libérés de l'usine et du bureau », ils offrent un panorama complet de leur culture : « de la clinique spécialisée dans le karaté au séminaire pour masochistes » (citations tirées de Médiocrité et folie (Mittelmaß und Wahn), 1988)

Dans Perspectives de guerre civile (Aussichten auf den Bürgerkrieg) (1993), il décrit l'être humain comme « le seul primate à pratiquer de manière méthodique, enthousiaste et à grande échelle, le meurtre de ses congénères. La guerre est l'une de ses principales inventions ». Il voit se propager de manière imperceptible ce qu'il nomme une « guerre civile moléculaire ».

« Peu à peu, les ordures s'entassent au bord des rues. Les seringues et les bouteilles de bière brisées s'accumulent dans les parcs. Partout sur les murs apparaissent de monotones graffiti au message autiste: évocation d'un Moi qui n'existe plus ... On détruit les meubles dans les classes, les jardins puent la merde et l'urine… ce sont là de minuscules déclarations de guerre que sait interpréter le citadin expérimenté. »

Le regard de Hans Magnus Enzensberger jette une lumière vivifiante sur les chemins difficiles empruntés par une humanité partagée, à l’heure de l’accélération digitale, entre mobilisation infinie et mélancolie existentielle, chez qui l’audace de questionner le « phénomène de la vie » a disparu : la vie, dans toute son ambiguïté, entre puissance d’affirmation de soi et fragilité, entre identité et différence, liberté et nécessité.

Hans Magnus Enzensberger, en s’essayant aux genres les plus variés – poésie, essai, roman, autobiographie… –, poursuit une œuvre considérable. Ses volumes poétiques, parmi lesquels Mausolée et Le Naufrage du Titanic, témoignent avec éclat de l’intolérable et « extraordinaire persistance » de la poésie, dans la mesure où, « en face de ce qui est présentement en place, [elle] rappelle ce qui va de soi et qui n’est pas réalisé » et qu’elle « partage avec la plaisanterie et la rumeur l’enviable capacité de circuler sans aucune médiatisation industrielle ».

Dans ces 99 méditations poétiques, Hans Magnus Enzensberger jette une lumière vivifiante sur les chemins difficiles empruntés par une humanité partagée entre mobilisation infinie et mélancolie existentielle, et chez qui l'audace de questionner le « phénomène de la vie » a disparu: la vie, dans toute son ambiguïté, entre puissance d'affirmation de soi et fragilité, entre identité et différence, liberté et nécessité. « Une des voies de la poésie n'a-t-elle pas toujours été, depuis les Sonnets de Pétrarque jusqu'au Coup de dés de Mallarmé et à Raymond Roussel, de fabriquer, en marge de l'Histoire et même de tout esprit communicatif, juste des machines de plaisir ? » (Traduit de l’allemand par Frédéric Joly (avec le concours de Patrick Charbonneau),)

Jean-Jacques Schuhl commente :

De Hans Magnus Enzensberger, le lecteur français est plus familier de l’œuvre aux confins de l’histoire et de la fiction. Des enquêtes minutieuses posant de féroces constats sur la politique et la violence, tel Le Perdant radical, clairvoyant essai sur le terrorisme, et bien sûr les magistraux Hammerstein et Le Bref été de l’anarchie (Gallimard 1975), biographies déguisées en romans, tableaux édifiants, l’un de l’Allemagne, l’autre de l’Espagne, de la première moitié du XXe siècle.

On savait moins Enzensberger poète – un seul recueil était accessible au lecteur français, Mausolée (Gallimard, 2007). La puissance poétique du volume traduit aujourd’hui le confirme : l’art du penseur allemand de jongler d’une forme à l’autre, de multiplier les voix au sein de chaque forme est au service d’un projet cohérent. Il met tous les genres au service d’une même observation du monde, à la fois aiguë, documentée, méditative et raisonnée, dont le moteur est l’inscription des individus dans l’Histoire.

Et Sabine Audrerie écrit dans « La Croix »: Le refus de la peur

Le réconfort de la nature

L’édition bilingue soignée des Éditions Vagabonde plaira aux germanophones, et permettra à chacun de laisser courir ses intuitions d’interprétation, comme celle du rapprochement phonétique entre Wolke (« nuage ») et Volk (« peuple »), invitant à lire ces méditations comme une véritable « histoire des hommes ».

Thème éminemment poétique – voire métaphysique – si souvent porté par les poètes (« merveilleux nuages » de Baudelaire, « nuances d’un merveilleux monde » de Hermann Hesse…), cette aspiration vers le ciel a beaucoup été, par la contemplation, une manière de sonder les profondeurs de l’âme et la communion avec l’univers.

Par certains aspects, les vers d’Enzensberger nous évoquent notre grand contemporain Philippe Jaccottet (auteur de sublimes Pensées sous les nuages) : sachant inscrire ses poèmes dans une contemporanéité urbaine aussi bien que dans la nature et, comme lui, sensible aux symboles de la mythologie antique. Mais il s’en éloigne par une moindre part accordée aux paysages, au réconfort de la nature.

Les nuages, les astres ou l’infini

Sans verser dans l’atrabile, la poésie d’Enzensberger n’est pas apaisée. Nourrie par ses interrogations sur la science et la société, elle est un autre vecteur des mêmes sujets : la dénonciation des abus des pouvoirs, du « façonnement industriel des esprits » (écrivait-il en 1962 dans Culture ou mise en condition ?), de la surconsommation, de la gouvernance de l’argent… Le constat est sombre, revenant toujours à la responsabilité de l’homme, mais l’élévation stylistique offre les échappées nécessaires.

Si Enzensberger regarde vers le haut – les nuages, les astres ou l’infini –, c’est pour habilement ramener son regard vers le bas – le tumulte, l’anxiété et les passions. La contemplation du ciel vient faire respirer un espoir. Les nuages passent, muent infiniment, individus inscrits dans leur destin collectif, menant leurs propres combats, à l’image des hommes qu’ils surplombent, à l’image, tout autant, des mots du poète ?

« Blancs et solitaires, majestueux,/ ils apparaissent soudain sur la soie de l’azur,/ ou se serrent les uns contre les autres/tels des animaux transis, masse hébétée/(…) Leurs pérégrinations en altitude/sont calmes et incessantes./Rien ne les rend soucieux./Ils croient probablement/en la résurrection, béatement/heureux, comme moi qui,/allongé sur le dos,/les regarde un moment. »

*

Lecture d’extraits.

Blancs * et solitaires, majestueux,

ils apparaissent soudain sur la soie de l’azur,

ou se serrent les uns contre les autres

tels des animaux transis, masse hébétée (…)

Leurs pérégrinations en altitude

sont calmes et incessantes.

Rien ne les rend soucieux.

Ils croient probablement

en la résurrection, béatement

heureux, comme moi qui,

allongé sur le dos,

les regarde un moment.
 

* les mêmes nuages, les merveilleux nuages ... de Baudelaire !

*

Division du travail

Tout ce que tu ne sais pas faire :

faire atterrir le gros-porteur plein à craquer,

démontrer le théorème de Mordell,

tricoter – les autres le font pour toi,

peu doué comme tu l’es, dépendant

du bienheureux Saint Florian,

du directeur de prison, de l’homme

aux pinces isolantes, de la voyante,

de l’éboueur, du chamane,

et sans oublier la maman.

Tous savent faire quelque chose, ensemble

subviennent à tes besoins, te distraient,

et, que tu le veuilles ou non,

te tiennent compagnie – mais toi ?

*

Onomatologie

Mon chien, mon cratère lunaire, ma mare aux canards :

tous baptisés, ayant tous trouvé leur propriétaire, tous pourvu

de prénoms, de noms de famille, de sobriquets et de toponymes.

Tukkum par exemple, Tasso ou Au bon coin.

Même le désert, vide comme il l’est,

est appelé désert de machin, Tögrög, Burget Tuyur,

Betpak-Dala. La mer aussi est qualifiée.

Les cartes sont maculées de chiures de mouche.

Seuls les moustiques en ont réchappé,

à moins que vous connaissiez des anophèles prénommés

Adalbert ou Gustav ? Au contraire, les comètes,

les nébuleuses, les galaxies… oh, nous nous en assurons !

Comme si nous savions ce qu’était Babylone

rien qu’en appelant Babylone Babylone.

Comme si nous ne savions pas que la plupart des choses,

presque tout, serait aussi là sans nous.

*

Révélation profane

Tabernacle blanc de neige,

même l’éternel pochard

trouve grâce à tes yeux,

en un tour de main tu fais don

d’absolution à la pécheresse

et éclaires les insomniaques

qui, dans ton lumineux reflet,

s’agenouillent devant toi, consolation nocturne

des assoiffés, doux saint patron

de tous les crève-la-faim !

Source d’espérance, tu te révèles

aux nécessiteux, minuscule,

glacial jardin d’Eden !

Tu bénis le pèlerin, dispensant manne,

pêches fraîches, raisins,

cerises luisantes et vin.

Autel ou réfrigérateur :

placée devant ce choix,

plus d’une âme pieuse pourrait,

croyez-moi, chanceler.

*

Enfants soldats

Comme il grattait, l’uniforme

au rêche tissu vert moisi,

sur la peau nue.

Pas encore dix-sept ans,

l’enfièvrement de la mort

et son éclat métallique

dans ses yeux bleus.

Un loup-garou, pendu

en ce chaud mois de mai

sur une place de marché de Franconie.

Un exemple pour tous ceux, aujourd’hui,

qui n’ont jamais entendu parler

de ce genre de choses.

Autres promesses,

autres mensonges et autres cieux,

guenilles de couleurs différentes,

mais la même odeur de pétrole,

de nitrocellulose et d’angoisse,

la même rage d’en finir avec soi-même

et avec les autres.

*

 
 


 

 

 


 

 

 

27/04/2017

 



RETOUR



Haut de Page

 

 

 

 

 

 

 

Michel Arbatz

 lors du spectacle

 Desnos et Merveilles

 
 


 

 


 

Michel HOST

 

20/04/2017

 



RETOUR



Haut de Page

 

   

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

13/04/2017

 



RETOUR



Haut de Page

 

     


 

 

 

 

 

 

 

 

 06/04/2017

 



RETOUR



Haut de Page

 

 

Christian Saint-Paul reçoit Yves CHARNET, écrivain, poète, professeur d'université, qui vient présenter son dernier livre :

« Dans son regard aux lèvres rouges »

éd.Le Bateau Ivre, postface de Jean Delabroy, 262 pages, 19 €.

Lors de l’un de ses passages à l’émission « les poètes » pour la parution de son livre « Quatre boules de jazz - Nougasongs » sur son amitié avec Claude Nougaro, on pouvait lire dans le compte-rendu de l’émission :

Ce livre, dont le personnage qui se promène au fil des pages est Nougaro, est une suite de l'œuvre toujours en cours de construction d'Yves CHARNET. Tous les livres d'Yves Charnet pourraient être mis bout à bout : il en résulterait un long poème commencé avec "Proses du fils" et qui laboure les blessures d'une vie où l'abandon, la terreur du rejet de l'amour, seul sujet qui vaille, l'appel à l'amitié, à la générosité qui le bouleverse jusqu'à la moelle, creusent les sillons infinis d'une écriture spontanée, épidermique et pourtant si empreinte d'expérience, qui signe les grands poèmes de notre histoire littéraire.

Car si le vécu se taille la part du lion dans ces écrits, la culture littéraire, artistique, tauromachique même, s'y est agrégée en un conglomérat inséparable. C'est de là que provient cet énorme plaisir à lire les mots de Charnet : ils sont terriblement compréhensibles, faits de notre quotidien, mais aussi de nos réminiscences, les chansons populaires, et pas que celles de Nougaro, les poètes comme Stanislas Rondanski.

Et ce livre, même s'il est un fabuleux cri d'amour, à Nougaro, et de rage devant sa disparition, est bien au-delà d'un simple exercice de mémoire et d'exorcisme.

L'autofiction qu'il pratique inconditionnellement est la forme la plus élaborée de sa poésie. Et le lecteur s'y retrouve. Il ressent les mêmes émotions que l'auteur; Charnet abolit les distances, aucun subterfuge, les choses sont dites comme elles sont. Et cet accent inouï de vérité tient le lecteur dans un constant état d'émotion, ce qui fait l'indéniable grandeur du livre.

"Au milieu de ma vie, j'aimerais bien encore apprendre" écrit Charnet qui cite la rengaine de Dabadie que chante Gabin. Le sentiment existentiel des chansons n'a jamais quitté l'auteur de "Proses du fils" qui découvre le jazz à 35 ans. Plus tard ce sera la tauromachie : "l'aficion est un asile". L'asile où s'enlisa Stanislas Rodanski.

Charnet lui, éprouve toujours "cette lancinante nostalgie de l'existence", "le temps passait sous ma peau" se désole-t-il. "Je n'ai même plus le courage de regarder le cadavre de mes jours".

Mais l'amitié avec Nougaro était "faramineuse"; les souvenirs sont puissants, celui du chanteur à 52 ans avec sa belle brésilienne, les soirées ensuite avec Hélène, la merveilleuse Hélène qui sera ce qu'il aura connu d'enfin stable. "A la fin de ses fêtes galantes, Claude a donc trouvé Hélène".

Mais survient ce sentiment qui s'invite partout, surtout là où il ne devrait pas être de mise : "le barouf des origines jusqu'au bout". "On aurait dit une mauvaise corrida. Une de ces corridas foirées par la faute des toros".

Car Charnet ne peut lutter contre "cette absence à moi-même depuis l'enfance". Si, il peut, par ses livres. "C'est physique, la pensée". Charnet ne sera pas comme Rondanski, détaché de tout.

Car la mort est aussi l'autre fantôme qui rôde dans les livres de Charnet. Mais il peut encore se regarder vivre, coup de défi à la camarde que chantait Brassens. "Un livre, c'est aussi ce qui vous arrive pendant que vous écrivez ce livre".

Le Matricule des Anges n° 143 en mai 2013 qui lui était largement consacré, le présentait comme celui dont la destinée est de « toréer l’absence ». Toréer, car notre poète est un aficionado qui court les corridas avec ce romantisme à la Hemingway qui utilisait les récits de taureaux pour mieux cerner la vie et son basculement intime, la mort.

Yves Charnet dans son dernier livre « Dans son regard aux lèvres rouges » poursuit toujours son impossible et incessante posture de recherche de l’amour conciliable avec un état de paix.

Cet amour fou, il le trouve avec Romy, prénom emblématique de l’idéal amoureux féminin, Romy Schneider, femme fatale et tragique. Mais dès les premières pages, le lecteur est pris à la gorge par la certitude d’une catastrophe annoncée. Cet amour, loin d’incarner un état de paix, sera la plus sévère cornada infligée au torero Yves Charnet. Et ce livre est aussi le récit de la faena de celui qui ne cessera donc jamais de toréer l’absence.

Et Yves Charnet s’explique :

Dans ce livre, dit-il, je me ressens avant tout, comme dans tous les autres : poète. Comme Flaubert, je veux voler les phrases et arriver au cœur du réacteur. Flaubert, le modèle, dont j’ai mis en exergue de ce livre une citation de « Correspondance » : « La vie ! La vie ! bander, tout est là. C’est pour cela que j’aime tant le lyrisme. Il me semble la forme la plus naturelle de la poésie. Elles est toute nue et en liberté. » Je devais situer ce livre sous le signe de la liberté sidérante de Flaubert. C’est une belle définition de la liberté et du lyrisme.

Mais je cite aussi Tchekhov, « La Mouette » : « Même le bruit de ses pas est splendide ». L’apparition de l’être aimé est un ravissement, et dans ravissement il y a le mot vie.

Guillaume Apollinaire avec ses « Lettres à Lou » figure également parmi les quatre citations qui ouvrent le livre. « Je voudrais te faire mal pour que tu m’aimes. Je voudrais que nous soyons seuls dans une chambre d’hôtel à Grasse pour que tu m’aimes. » Cette citation comprend le nom du lieu : Grasse, qui est aussi grâce. Et il écrit cela en pleine guerre !

Enfin, Serge Lama avec « Je voudrais tant que tu sois là » achève ce préambule de citations avec les mots les plus simples mais totalement expressifs sur le désarroi de celui condamné à toréer l’absence.

D’ailleurs, il n’y a pas d’amour qui n’ait sa chanson. Un jour une chanson vient se poser sur ton épaule. Elle connaît ta vérité blessée : ne pas être suffisamment aimé. C’est une sorte de prophétie. Serge Lama a depuis, pour nous, le couple que nous formions avec « Romy », toujours commencé ses récitals par cette chanson.

J’ai conscience aujourd’hui que tous mes livres travaillent sur cette jonction de la poésie et de la vie. Il faut pour cela, avoir une écoute poétique de sa vie et des signes de la vie. C’est avec ce radar là que je fonctionne.

Dans les chansons, en partant de l’intime on arrive à l’universel.

Christian Saint-Paul fait alors remarquer que Nietzsche avait bien compris la démarche poétique quand il écrit : « les poètes n’ont pas la pudeur de leurs émotions ; ils les exploitent. »

Mais qu’est-ce qu’une poésie qui ne vient pas du tréfonds du vécu ? s’interroge Yves Charnet. Pourtant la question de la pudeur est la question scandaleuse. Mais la vie est sans pudeur. Il n’y aurait pas la mort alors. Existe-t-il quelque chose de plus impudique que la mort ?

La vie c’est l’horreur et la merveille. L’ovale qui rend la lumière intérieure du visage de la princesse de Clèves, et en même temps, le cru et le désastre.

J’écris au plus près de l’expérience, sans souci des convenances. « Proses du fils » était dans un sens aussi inconvenant. Il faut déshabiller les apparences.

Christian Saint-Paul lit alors la note de lecture de Michel Baglin parue sur son excellent site : revue-texture.com :

Le cœur est gros, bien sûr, depuis les « Proses du fils » et tous les livres qui ont suivi, mêlant toujours les « ficelles de fils unique » aux blessures de l’amoureux emballé et meurtri.

Et la prose, peuplée de réminiscences sur le pont des Reviens-t’en, cherche à retenir dans ses filets ce que la vie nous offre et nous reprend aussitôt. Un amour, par exemple, à la cinquantaine sonnée, auquel on ne croyait plus. Quant à la poésie, elle est bien là, partout entre les lignes, elle est celle du désir impossible. De la ferveur et de l’élan retombé.

L’amour s’appelle ici Romy. Elle est jeune, mariée, porte de jolies petites robes sexy mais n’est pas une tombeuse. Longtemps restée fidèle à son époux conciliant, elle n’a eu qu’un amant avant cette histoire enflammée par Éros. Romy, « la mouette », est fragile, double peut-être, amoureuse et pourtant pleine de remords. Elle a un « sourire de petite fille modèle » mais se révèle au lit d’une sensualité parfois légère et parfois grave. Soit dit en passant, ce roman offre un beau portrait de femme – femme-enfant souvent, un peu rouée parfois - attachante et fuyante. On a le droit de penser à Romy Schneider, puisque l’auteur évoque à son propos les films de Sautet, « César et Rosalie » entre autres, et cette envie « d’habiter sa vie comme un conte de fée ».

De la cristallisation à l’errance.

Elle finira par fuir, donc, et on le sait dès le début. Mais peu importe l’histoire : elle se termine mal comme toutes les histoires d’amour, par une rupture. Et elle se termine bien : par un livre. Cet énergique lamento d’un écrivain qui sait que « nous ne vivons pas seulement de rencontres. Mais aussi des récits propres à ces rencontres ».

Ainsi se succèdent les chapitres, plus ou moins longs, qui racontent la rencontre - l’instant de « cristallisation » de l’amour - les diverses échappées dans les villes – Toulouse et l’appartement « péniche » sur le bord du canal, Paris, Beauvais, Sète, Trouville, Arles – et les retrouvailles dans les chambres d’hôtels, mais aussi, après la rupture, l’errance mélancolique dans ces mêmes lieux et la mémoire palpitante du cœur chaviré et du corps perdu.

J’aime particulièrement chez Charnet ses arrière-pays ou, si l’on préfère, sa toile de fond. Fond sonore, notamment. Question de génération sans doute (même s’il est plus jeune que moi), nous avons souvent les mêmes. Nougaro, bien sûr, mais encore, Eddy Mitchell sur la route de Memphis. Ou, en jazz, Sophisticated Lady (je la préfère, moi, par Ella Fitzgerald) et puis les chansons, Serge Lama qui donne le ton - « je suis malade… » - sans oublier l’obsédante bande-son de Gato Barbieri qui communique au « Dernier tango à Paris » toute sa résonance pathétique. Ce chef d’œuvre désespéré de Bernardo Bertolucci s’invite d’ailleurs souvent, comme en filigrane, dans le récit de Charnet, de même que de multiples citations, allusions, etc. – autant de connotations littéraires, filmiques ou musicales qui renforcent l’évocation nostalgique de tout ce qui nous fuit.

Maria Schneider, face à Marlon Brando, n’est pas sans évoquer l’amoureuse de l’auteur. Elle aussi a parfois « l’impression de n’être personne. Juste une faussaire. » Mais c’est bien sûr aussi la leçon d’un livre brodant sur cette intuition renouvelée : « Toutes les vies sont fausses. Toutes les passions. »

Le présent – de l’amour, du bonheur, comme de toute autre chose – demeure insaisissable et l’on n’habite jamais que des ruines futures. L’impossible présence au monde, aux autres, à soi, est le vrai leitmotiv de la perdition qui cherche à se dire dans les arabesques de l’écriture. Dans « toute cette absence à soi sous la soie ».

Michel Baglin

Puis Yves Charnet évoque le film « Le vieux fusil » tourné à Bruniquel, dans lequel Romy a cette phrase admirable en remontant ses bas : « je déteste les hommes à qui je cède de suite ». Je peux m’identifier à Philippe Noiret, poursuit Yves Charnet, c’est un corps lourd, un corps gros. Il lui dit : « les nouvelles sont mauvaises, il va y avoir la guerre, voulez-vous m’épouser ? » Ce qui était fort malencontreux dans leur situation.

C’est très compliqué un grand amour. Comme dit ma mère, cela ne se trouve pas sous le sabot d’un cheval. C’est une véritable sortie de soi. « Tu bascules dans son regard. » C’est une chute. René Char l’a dit ainsi, observe Christian Saint-Paul. On tombe dedans. Tomber en amour disent les canadiens. Michel Eckhard-Elial rappelait récemment à cette antenne, précise Saint-Paul, cette vision de Char de l’amour qui est une chute. Y compris l’amour de Dieu.

Lecture d’extraits du livre.

Yves Charnet reprend ses commentaires :

C’est la manie du détail qui va donner le souffle et sa réalité au récit. C’est le travail du signifiant à même l’expérience de la vie. Le travail d’autofiction, comme l’écrit si justement Jean Delabroy dans sa postface, est au cœur même du poème puisqu’il y a à la fois un lieu réel nommé et les lignes de fiction. Les deux sont intimement imbriqués , indissociables et cela crée une tension étonnante entre des éléments chimériques et les données du réel. Je n’interviens pas en autofiction pure comme Brodsky, mais en poète. Comme Nerval.

Et il y a une géographie, essentiellement toulousaine, des lieux où le couple fut heureux. On repasse par ces lieux.

La vie fait cela : tirer des fils insoupçonnés pour en faire une trame, puis une pelote. Le fil rouge, puisqu’il y a du rouge partout dans ce livre.

Le thème inévitable, récurrent, permanent chez Yves Charnet, est celui de l’abandon.

Le livre est celui d’une catastrophe amoureuse. Il dit comment cela se passe.

J’ai aimé écrire cette partie d’errance dans ce drame, confie l’auteur.

Mais cette errance, remarque Saint-Paul, on la retrouve dans tous les livres de Charnet. Les pérégrinations vers les corridas, mais aussi l’errance du désœuvrement qui est une des formes de la poésie lyrique occidentale.

La figure mythique de ce livre est allemande, Romy Schneider. Le livre se situe vers la fin, en Alsace, proche de l’Allemagne : Truchtersheim. C’est là que le poète Charnet se demande comment il est devenu ce type à deux têtes : un professeur-écrivain ; un écrivain-professeur. C’est là aussi que surgit la gravité de la Blessure.

Lecture de ce passage.

La conclusion est la lecture de la fin du livre.

Il t’en aura fallu du temps pour lâcher prise. Cette belle captive dans tes oubliettes ; prisonnière à la langue arrachée. Tout ça se termine donc par les divagations d’un type qui somnole, entre Nice & Paris, en écoutant en boucle son album de tango favori. Un vieil air de cet Argentin aux doigts d’or. On le conjure comme on peut. L’abandon. Cet amour bredouillé n’aura jamais été rien d’autre qu’un brouillon. Yves & Romy, votre histoire embrouillée. Tu t’endors sur la ritournelle qui berce ta mélancolie. Lancinante mélodie pour bandonéon ; Astor Piazzolla ; « Oblivion ». Votre histoire d’amour n’aura vraiment existé que dans ce livre. Elégies pour une Bovary de passage. Flaubert les aurait rangées parmi les « Mœurs de province ».

Les petites tribulations de ton Romybook. Tu en auras vu de toutes les couleurs. Dans son regard aux lèvres rouges.

 
 


 

 

 

 

 

 

30/03/2017

 



RETOUR



Haut de Page

 

     


 

 

 

 

 

 

23/03/2017

 



RETOUR



Haut de Page

 

     


 

 

 

 

 

 

 

16/03/2017

 



RETOUR



Haut de Page

 

 

Après avoir annoncé l’actualité des Rencontres du Centre Joë Bousquet de Carcassonne, Christian Saint-Paul signale la parution de « Romancero Gitano / Romances Gitanes suivies de Complainte funèbre pour Ignacio Sànchez Mejias » traduction nouvelle de l’espagnol par Michel Host aux éditions Alcyone collection Mitra, édition bilingue espagnol-français, 52 pages, 16 €.

Voici ce qu’indique l’éditeur :

Federico García Lorca - 1898 – 1936

Né à Fuentevaqueros (Grenade), il étudia à Madrid, y rencontrant Salvador DalÍ ou Luis Buñuel... Dons pour le dessin, la musique, poète : Libro de poemas, El Romancero gitano (recueil qui inaugura sa gloire), Poeta en Nueva York, Diván del Tamarit... Dramaturge aussi : Mariana Pineda, Bodas de Sangre, Yerma, La casa de Bernarda Alba... Dans l’esprit de rendre les « classiques » au peuple, il emmena le théâtre itinérant La Barraca à travers toute l’Espagne. Traduit l’âme sombre et lumineuse de l’Andalousie et exprime son génie propre dans sa caractérisation poétique et vivante du "duende". Les franquistes l’assassinèrent au « ravin de Viznar », non loin de Grenade, au début de la guerre civile. Son Romance de la guardia civil española n’est sans doute pas pour rien dans ce crime.


 

Michel Host

Né en Belgique, amoureux de la langue française. Vit entre Paris et la Bourgogne. Fut professeur agrégé d'espagnol. Poète, puis romancier et nouvelliste. Plusieurs de ses romans et recueils reçurent des prix littéraires (notamment Prix Goncourt 1986 avec Valet de nuit). Traducteur de l’espagnol et du grec ancien. Derniers ouvrages parus : Figuration de l’Amante (Éd. de l’Atlantique, 2010 - Poèmes) ; Mémoires du Serpent (Éd. Hermann, 2010 – roman) ; Une vraie jeune fille ( Éd. Weyrich, 2015 - nouvelles). Traductions : Ploutos, d’Aristophane (Éd. Mille et Une Nuits - 2012) ; Stances pour la mort de son père, de Jorge Manrique (Éd.de l’Atlantique, 2011).


 

Restituer la mélodie, les rythmes, les battements du cœur, la froideur géométrique, les clartés et les ténèbres de F.G. Lorca, en cherchant à préserver ce furtif duende gitan et andalou qui est toute son âme, c'est ce qu'a tenté Michel Host dans cette traduction nouvelle du Romancero Gitano.

(...)

Des brises de roseaux mouillés

et la rumeur de voix anciennes

résonnaient au travers de l’arc

brisé du mitan de la nuit.

Les bœufs et les roses dormaient.

Mais voilà, par les hauts corridors

les quatre lanternes clamaient

avec la fureur d’un saint Georges.

Tristes les femmes dans le val

descendaient son sang, du sang d’homme,

sang tranquille de fleur coupée,

sang amer d’une jeune cuisse.

Et les vieilles femmes du fleuve

pleuraient au pied de la montagne

une minute infranchissable

de chevelures et de noms.

(...)

Extrait de Mort d'amour, in Romancero Gitano

de F.G. Lorca


 

Copyright Editions Alcyone : traduction en français de Michel Host

ROMANCE DE LA LUNE LUNE


 

La lune est venue à la forge

en sa crinoline de nards.

L’enfant la regarde, regarde…

Oh comme l’enfant la regarde.

Et parmi les airs tout émus

la lune balance ses bras,

et laisse voir, lubrique et pure,

ses seins de dur, si dur étain.


 

- Sauve-toi lune, lune, lune !

S’ils venaient, venaient les gitans,

de ton cœur, ô lune, ils feraient

de blancs colliers, des bagues blanches.


 

- Enfant, laisse-moi donc danser !


 

Quand arriveront les gitans,

ils te trouveront sur l’enclume

avec tes petits yeux fermés.


 

- Sauve-toi lune, lune, lune !


 

Oh, déjà j’entends leurs chevaux.

- Enfant, laisse-moi ! Ne piétine

pas ma blancheur amidonnée.


 

Le cavalier se rapprochait

frappant le tambour de la plaine,

et dedans la forge l’enfant

tient ses petits yeux bien fermés.

Par l’oliveraie ils venaient,

de bronze et songe, les gitans,

avec leurs têtes haut levées,

avec leurs yeux, leurs yeux mi-clos.

Comme elle chante la chouette !

Ah, comme elle chante dans l’arbre !

Parmi le ciel s’en va la lune

tenant un enfant par la main.


 

Au dedans de la forge pleurent

et poussent des cris les gitans,

et le souffle la veille, veille…

la veille le souffle du vent.


 

Copyright Editions Alcyone : traduction en français de Michel Host


 

Cette publication fera l’objet prochainement d’une émission spécifique avec Michel Host.

*

Yves CHARNET a fait paraître son dernier livre « Dans son regard aux lèvres rouges » aux éditions Le Bateau Ivre, 264 pages, 19 €.


 

Tu t’efforçais de ne pas penser à la langue de l’autre. Dans la bouche de ton amante partagée. La plupart du temps tu faisais comme si Romy n’aimait que toi. Tes ficelles de fils unique. Tu te faisais ton cinéma. Prises de vue, prises de guerre. Tu aurais voulu la faire prisonnière. Dans le grand jeu de ta petite vie. Qu’elle ne reparte jamais. Plus jamais. Tu étais piégé. Dans son regard aux lèvres rouges.


 

Avec un portrait d’Yves Charnet réalisé par Sandrine FOLLÈRE


 

Une émission sera bientôt consacrée avec l’auteur à ce livre.

*

L’émission dernière avait été réalisée avec Joëlle Montech venue d’Athènes parler de « l’Anthologie de la poésie grecque 1975 / 2005 » parue aux éditions L’Harmattan.

Ce soir, c’est Démosthène Agrafiotis co-auteur de cette anthologie, poète, plasticien, performeur qui est l’invité de l’émission avec la comédienne Marie-Hélène Stavrou qui sont joints par téléphone à Athènes.


 

Ce poète grec est né en 1946. Vit à Athènes.


 

Poète et plasticien (peinture, photographie, performance, installations, intermédia).


 

Expositions individuelles (œuvres de peinture, photographie et poésie virtuelle) et participation à de nombreuses expositions collectives, en Grèce et à l’étranger.


 

Conseiller artistique sur des festivals de photo et commissaire de photo-performances.

Participation à de nombreux projets (Installations, multimédia, intermédia, performances, art postal, art-action…)


 

Auteur

Recueil d’essais et articles scientifiques sur l’art, la science/technologie et la santé publique, en tant que phénomènes socioculturels.

Dix-neuf livres sur l’étude de l’articulation entre l’art, les nouvelles technologies et les techno-sciences.


 

Éditeur

60 numéros du bulletin d’art « Clinamen » et deux numéros de la revue de poésie, peinture et photographie « Clinamen » aux éditions Érato (1991-94).

Nombreux livres-objets et vingt-quatre livres d’artistes publiés au sein de la revue « Clinamen » (depuis 2000 : http://www.thetis.gr/services/clinamen).


 

www.dagrafiotis.com


 

D’emblée, l’entretien avec Christian Saint-Paul porte sur l’anthologie et la poésie grecque. Démosthène Agrafiotis précise que cette anthologie répond à une demande en France dans les années 1970-1980, période pendant laquelle il y avait en Grèce un régime militaire et à la fin de ce régime, se posait une question : la poésie a-t-elle un rôle et a-t-elle une influence sur le régime politique ?

C’était très difficile pour moi, explique notre poète grec, de répondre parce que j’étais à Paris. Je suivais la poésie grecque mais pour répondre à ces questions, il fallait réaliser une anthologie très spécifique. C’est pourquoi nous avons choisi la période 1975 / 2005. C’était surtout pour les poètes qui ont travaillé après le régime militaire. Il fallait aussi créer des ponts entre les poètes grecs et les poètes français, d’où une anthologie bilingue.

J’ai recherché, poursuit Démosthène Agrafiotis, une approche plutôt anthropologique qui a permis la sélection des poètes. Ensuite Kostas Nassikas et Hervé Bauer ont réalisé la traduction.

Pour le monde occidental, la Grèce demeure le pays de l’origine forte de la poésie.

Si l’on faisait une anthologie de 2000 à 2017, il y aurait une différence dans le ton, car il y a une nouvelle génération d’une poésie très personnelle, très lyrique, qui ne s’interroge pas beaucoup sur le niveau social et politique. Mais il existe quelques groupes qui ont des préoccupations très politiques. Il ya comme une division, une séparation sur le contenu du travail poétique. Il y a aussi un groupe qui s’intéresse d’une façon très ouverte, à la poésie tournée vers la performance. Il y a, d’une façon plus générale, plus d’échanges avec l’étranger, ce qui n’était pas répandu auparavant.

D ; Agrafiotis rappelle qu’il est poète plasticien et performeur, dans la traduction de l’intermedia. Mon intérêt va aux projets, insiste-t-il, qui ont une tendance transversale. Je cherche des dialogues entre la poésie et la photographie. Par ailleurs, je réalise un site web autour de la crise. Depuis sept ans, la Grèce vit sous la pression, sous l’influence, sous la folie de la crise, comme on dit. Dans ce site, j’explore cette situation de la crise. Le mot crise est-il capable de créer un mode d’accès à la réalité grecque ? Le mot crise n’est pas le mot le plus apte pour cela.

Souvent ce mot est un écran pour ne pas voir la réalité.

D’où l’expression crisiologie et pas crise. Mon site est en trois langues : grec, anglais et français.


 

Les sites web de Démosthène Agrafiotis :

www.dagrafiotis.com en français, grec, anglais

www.crisiology.org  

www.lensculture.com/demosthenes-agrafiotis


 

Lecture de poèmes publiés dans la revue Levant n° 10 « Topoème » (topos désignant à la fois le lieu et la poésie)


 

L’agraphie, dans une outrance abusive, pourrait se référer aussi à l’impossibilité de mener à bien l’écriture lorsqu’une images, pensées, souvenirs, phantasmes - la matière première de l’écrivain et du poète - se dissolvent avant même de prendre leur aspect ou se forment mais semblent pâles, usées et ordinaires ou encore apparaissent avec évidence pour se disperser lors d’une deuxième élaboration sans trop de résistance ou, pour finir, prennent forme avec une telle intensité et force que l’écriture ne parvient pas à les maîtriser.

*

Lecture de poèmes en grec par l’auteur et en français par Marie-Hélène Stavrou.


 

Extraits de :

Dialytika

Poèmes traduits du grec

par Gérard Pierrat

La rumeur libre éditions


 

(affiliation préhistorique)

recroquevillé dans une coquille

transparente

indifférent

aux connaissances

aux usages

à peine si je bouge

pour les distances

l’évacuation des images

à la grande drague


 

fouille

tiroirs de jouets

greniers d’images

répartition des corps sur de nouvelles fondations

unité

grammaire

acceptation du morcellement


 

spécimens

lacunes de listes

malédiction imprimées

évènement

amputé de sa valeur


 

flâneries dans les quartiers

le contact ruine les continuités

vides du corps

les nuances pourrissent sous l’inertie

excès d’investigations


 

je regardais

la fermeture des lignes brisées

alors que les courses de chevaux exigent

distances et résultats


 

confirmation exécution

au pari des points communs

on ignore les listes de travailleurs

(utopie)

surfaces

signaux d’interdiction

livres criblés

tout brûle

cataclysme de répétitions


 

tu as besoin de moi pour la déviation

tu m’appelles et ne m’appelles pas

tu me fais signe

puis tu me congédies

hypocrites nous deux


 

(jouissances programmées)

et moi mouchard de la discontinuité

je ne profère pas tous les mots


 

les flippers s’apprivoisent

avec des images ou de fausses pièces

habileté suprême dans les doigts et les mots

pourvu qu’il n’y ait pas de panne de courant

et que le café ne se remplisse pas de feuilles


 

les regards te traversent

se dirigent

vers ce qui s’agrandit

et se multiplie


 

μέγεθος σαρκασμός

οι κατευθύνσεις παγιδεύονται

πόθος τρόπος

στους εξώστες εκποιούνται αναμνήσεις


 

dimension dérision

directions piégés

désir manière

on brade les souvenirs aux balcons


 

(...)

καλύτερα

η διάλυση

οι ρυθμοί αναπνοής ύστερα από

τη χειρονομία άρνησης

η εκφώνηση της πρώτης και

της τελευταίας λέξης


 

mieux vaut

la dissolution

les rythmes de la respiration après

le geste du refus

la formulation du premier et

du dernier mot

*

Démosthène Agrafiotis, un poète grec, un artiste polymorphe qui nous enthousiasme (au sens grec du terme : porté en soi un dieu), ouvert au monde et qu’il sera facile de lire grâce à ses sites web.

 

 

 

Démosthène Agrafiotis et Marie-Hélène Stavrou

 à Athènes lors de l'émission

 par téléphone du jeudi 16 mars 2017

 


 

 

 

Jean-Pierre

 LASSALLE

 

 

 

09/03/2017

 



RETOUR



Haut de Page

 

 

Christian Saint-Paul signale la parution aux éditions Cardère de «Poèmes sans amarres » d’Émilie DAVID avec des photos de l’auteure, 50 pages, 12 €.


 

Cette jeune poète vit en région toulousaine, dédie ce livre : aux surréalistes, à Baudelaire, à Joss. Elle écrit : Dans une autre vie, j'étais un serpent nu, une chose sans corps, une vie sans armure…

Désinvolture, humour, mots qui sonnent et se répètent comme un jeu de cloches à l’angélus, amour de la vie, le ton d’une poésie jeune, franche et pleine de promesses.

Nous reviendrons sur ce livre.


 

Lecture d’extrait.


 

 Danser la vie sur le fil des nuages. Repousser l’aube, ignorer l’horizon. Et rire. Rire pour repousser la mort, et pour vivre plus fort. Tisser des liens de rire de toi à elle et de vous à nous. Narguer l’ennui dans un sourire, écarter le chagrin, oublier d’être sérieuse. Enfin.

Et ramasser les éclats de rire, collectionner les instants de grâce et les fragments de glace. Le Petit Prince l’avait compris: « C’est véritablement utile puisque c’est joli. » Comme Thoreau, suivre scrupuleusement le journal du temps, noter les gouttes de pluie, surveiller la santé du vent. Soigner un rameau d’églantier. Rendre hommage aux peintres préraphaélites, baptiseurs de nuages. S’incliner devant le soleil, respecter le pèlerinage vers les cimes du temps.

Et s’endormir.

*

Les éditions éres collection PO&PSY ont fait paraître trois volumes dont nous reparlerons également :


 

Ernst JANDL


 

Façon de parler

PO&PSY princeps

Traduit de l’allemand (Autriche) par Inge Kresser

édition bilingue

Dessins de Ena Lindenbaur

10,5 x 15 – 98 pages, sous pochette à rabats cartonnée – 12 €

*


 

Slađan LIPOVEC


 

Notre morceau de planète

PO&PSY princeps

traduit du croate par Martina Kramer

photographies de Klavddij Sluban

édition bilingue

10,5 x 15 - 12 €

*


 

Sandrine CNUDDE


 

Patience des fauves. Réseau d’affûts en territoire poétique

PO&PSY a parte

Photographies et cartes de l’auteure

12 x 23,5 – 162 pages, reliées dos carré collé – 20 €


 

« Un sentier, c’est une patience qui ne cicatrise pas :

la patience des fauves ».


 

Par sa forme mixte, ce livre offre une perspective originale sur le processus créatif de la poète. Il est à la fois journal de résidence d’écriture en territoire rural, recueil de poèmes comme « instantanés » du vécu et tentative de cartographie des expériences de l’écrit.


 

Ce travail de deux mois d’arpentage et d’écriture a été rendu possible grâce à une bourse de résidence de la Région Languedoc-Roussillon attribuée à l’auteure en mai 2015. L’invitation à résidence du théâtre de la Mauvaise Tête de Marvejols avait été lancée dès l’automne 2014. Le projet nécessitait une présence en Lozère répartie sur les quatre saisons. Durant cette période, la ville devait traverser une crise très grave qui aboutit à de nombreux bouleversements, dont la fermeture du théâtre en juin 2016.


 

Un travail en trois temps s’est décliné autour d’un blog “Carte saisons à Marvejols” notes sur le vécu de la résidence, avec photographies consultable ici : http://sandrinecnuddemarvejols.blogspot.fr.


 

En parallèle d’un long travail d’observation, d’assimilation et de documentation sur place afin de borner un territoire des sens et de la géographie, un paysage intérieur, en écho à ceux traversés, aux personnes rencontrées. Le thème de la relation au sauvage s’étant déplacé régulièrement entre les vrais loups qui refont leur apparition et les bouleversements graves que le pays a subi et qui ont durablement affecté la population lozérienne.


 

Il s’agit aussi d’un travail sur le temps qui passe, les saisons bien sûr, et les années, avec la mise en perspective de trois ans de vie en Aubrac dans le passé de l’auteure et de manière plus générale sur l’effacement du monde paysan.


 

Et pour bien appréhender l’articulation entre sa maison et la résidence d’écriture, elle a effectué le chemin à pied pour arriver au solstice d’été à Marvejols. Avec le chien qui l’accompagne dans certains de ses projets et dont la présence facilite une progression parfois trop solitaire.


 

Et enfin l’écriture des poèmes sous forme de micro récits.


 

Extrait :

Le blues de l’abattoir


 

Juste après le dernier


 

carrelage ébouillanté

la porte s’est fermée


 

ma mémoire blanche

sur son dos flotte

dessus ma porte

la bonde pas tirée

sur la poche de sang

infusé dans l’air durci


 

quatre membres

de béton pas démantelés

dans la poussière municipale


 

j’ai broyé trop de dents pour

enregistrer des remords

les records sont à croc

qu’est-ce qu’on va manger ?

des mariées de dos ?


 

les os par sacs

se touchent

je respire un grand coup

mauvaise haleine

reflux gastriques je répète

respire un grand coup


 

qu’est-ce qui a lâché en premier ?


 

cette façon qu’elle a

ma porte de recracher

ma mémoire

en grande hauteur


 

aucun animal sauvage ne passe

aucune porte

ça clignote rouge dans leur tête


 

il faudrait peut être tous les prévenir

tous les autres


 

qu’ils n’avalent pas.

*

Christian Saint-Paul reçoit son invité, le professeur

Jean-Pierre LASSALLE venu parler du livre de

Georges MAILHOS « Et ainsi de suite... Suivi d’Eclats du souvenir » éditions Privat, 360 pages, 19,90 €.


 

Georges Mailhos :

Secrétaire perpétuel de l’Académie des Jeux floraux (2009-2016)


 

Officier de la Légion d'honneur

Commandeur des Palmes académiques

Commandeur des Arts et Lettres

Commandeur du Lion de Finlande.


 

Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud. Agrégé de Lettres Classiques. Docteur d’Etat ès Lettres. Professeur des Universités (Chaire de littérature du XVIIIe siècle). Président de l’Université de Toulouse Le Mirail (deux mandats de cinq ans). Secrétaire perpétuel de l’Académie.


 

Pour le livre, voici ce qu’indique l’éditeur :

Homme de culture aussi érudit que secret, Georges Mailhos avait pris soin de rassembler des textes qui éclairaient certains aspects de son enseignement et de ses curiosités littéraires : ils composent aujourd’hui cet ouvrage à sa mémoire.

Par leur diversité et par l’exigence qui les anime, ces études très personnelles offrent le portrait le plus juste de leur auteur. De Saint-Simon à Loti, de Montesquieu à Mauriac, de Proust à Cabanis, chaque chapitre témoigne de son amour de l’excellence ainsi que de son refus du sectarisme.

Aux grands traits de sa personnalité de lecteur et de chercheur, les « fragments d’une histoire de ma famille à l’usage de mes descendants » ajoutent une tonalité plus intime. Portés par une superbe qualité de style et, toujours, par une haute tenue morale, ces souvenirs dénués de toute nostalgie passéiste entendent « retenir le mémorable, c’est-à-dire le durable ».


 


 

Ce livre posthume de Georges Mailhos a été présenté récemment à la librairie Privat à Toulouse par le Secrétaire perpétuel de l’Académie des Jeux foraux de Toulouse, Philippe Dazet-Brun.

Ce soir, avec Jean-Pierre Lassalle, c’est un des plus anciens Mainteneurs de l’académie, qui fut élu en 1983, qui vient nous entretenir de ce livre et de la figure emblématique de son auteur.


 

D’emblée, notre invité aborde les relations personnelles qu’il eut avec Georges Mailhos.

J’ai eu le privilège, se réjouit-il, d’être entré jeune à l’académie des Jeux floraux et d’avoir été un de ses collègues, étant sous ses ordres, si l’on peut dire, puisque Georges Mailhos a été Président de l’Université Toulouse-Mirail (maintenant Jean-Jaurès), pour deux périodes de cinq ans, ce qui est tout à fait exceptionnel. J’ai eu le bonheur de l’accueillir en 2002 à l’académie quand il a été reçu Mainteneur. Il fut par la suite un excellent mainteneur et sa disparition a été très fortement déplorée, on l’a beaucoup pleuré pour de multiples raisons.

Il avait pourtant franchi les deux climatériques : la première, la grande à 63 ans, l’autre à 81 ans. Mais une terrible maladie l’a rattrapé. C’est un grand vide. C’est pourquoi ce livre est le bienvenu. Normalien, agrégé de lettres classiques, il a succédé au bâtonnier Roger Merle et au Premier Président Jean Nayral-de-Puybusque comme Secrétaire perpétuel de l’académie.

Cette publication est posthume. G. Mailhos est un grand universitaire, un très grand dixhuitièmiste. Mais ce serait insensé de lui attribuer une étiquette définitive dixhuitièmiste, ses intérêts étant autrement vastes comme nous allons le voir.

Christian Saint-Paul dit le plaisir qu’il a eu à l’écouter lors d’une causerie sur Paul Claudel. C’était la clarté même.

Dans le livre « Toulouse » du photographe Dominique Viet, il y a une photographie où l’on voit Georges Mailhos déjeunant dans un restaurant toulousain avec le groupe du Cercle de poésie de l’Institut Catholique. On y voit aussi Philippe Dazet-Brun qui lui a succédé comme Secrétaire perpétuel. C’était un moment heureux et l’on comprend que Georges Mailhos savourait la vie en esthète. Pour l’avoir approché dans ces moments là, ajoute Saint-Paul, je peux dire que tous ressentaient sa très grande bienveillance aiguisée par un don d’observation exceptionnel.

On venait de l’extérieur de l’université, se souvient Jean-Pierre Lassalle, pour écouter sa parole qui était par moment oraculaire. C’était aussi un philosophe. Et il s’est beaucoup intéressé à la poésie, à Claudel, Mallarmé et René Char en particulier.

Dans son propos sur Char, dans le livre « Ainsi de suite... » il pose le problème de l’image, le problème de l’hermétisme, le problème de la densité. Il procède de la façon suivante : il cite un auteur qui, lui-même cite un auteur, et il s’en suit un phénomène tout à fait circulaire qui est très excitant. Il cite par exemple Breton, qui cite lui-même Lautréamont à propos de la plus belle image qui est celle qui présente le degré d’arbitraire le plus élevé. Ce qui avait déjà été dit par Pierre Reverdy, la plus belle image étant celle où le comparant est le plus éloigné du comparé, le cas extrême étant Lautréamont.

Dans son texte « René Char, la clarté énigmatique », bel oxymore, il recourt à Hölderlin, à Novalis puis à Nietzsche, puis à Hugo. Par cette circulation de citations bien choisies, il nous projette au cœur même de la créativité poétique. A partir de René Char, il essaie de démontrer qu’à compter de la deuxième moitié du XXème siècle, se dessine non plus une poésie d’épiphanie, de contemplation imagée ou même de transformation du monde, mais une poésie des origines et à ce moment là, on revient à la tradition grecque primordiale, et de ce point de vue Georges Mailhos était un excellent helléniste qui très souvent cite les présocratiques. Lorsqu’il parle d’Empédocle (présocratique du Vème siècle avant J.C.) il cite le fragment 66 : « les pelouses fendues d’Aphrodite » et, chose étonnante, c’est le titre d’un des plus beaux poèmes du surréaliste Maurice Blanchard. C’est dire à quel point Georges Mailhos est en prise directe avec ces philosophes présocratiques qui ont vivement intéressé les poètes, André Breton étant d’ailleurs un grand lecteur des présocratiques.

Il y a toujours chez Georges Mailhos quelque chose de spiralé, ou des courbes qui se referment, non pas pour étouffer le message mais pour le présenter de la manière la plus cristallisée possible. Il sort de cette habitude scolaire de tout découper en tranches, il établit les liaisons et c’est le sens du titre de ce livre qui est un recueil de ses textes : « Et ainsi de suite ... ». En parlant de René Char, il fait le tour de toute la problématique de l’art et de sa perception philosophique. C’est ainsi qu’il est proche des grecs, qui étaient tout cela en même temps.

Il y a également chez Georges Mailhos, le rejet de la spécialisation. Mais cela ne signifie en rien que l’on doit résider dans le flou artistique. Il avait horreur de ça. « Ce qui est précis est précieux » comme a dit Paul Valéry. Ce que Georges Mailhos pensait, c’est qu’il ne faut jamais se laisser enfermer dans une spécialité. Et lui, le montre bien dans ce livre. Ce grand spécialiste de Voltaire (sujet de sa thèse) ne nous assomme pas avec ce philosophe des Lumières, il parcourt toute l’esthétique du XVIIIème qu’il connaissait parfaitement, ayant assimilé toute la peinture de ce siècle.

Il renvoyait dans ses colloques à d’autres disciplines que celles purement littéraires. Son analyse de Diderot est essentielle : il explique que l’Encyclopédie n’a jamais eu la tentation du vérisme. Ce n’est pas au bas des pâquerettes que se situe la démarche de Diderot. Et partant, il nous rappelle que c’est justement au milieu même du XVIIème siècle qu’apparaît le mot esthétique dans son sens actuel. Quand Kant écrit « esthetica », c’est un trait des sensations, pour Baumgarten, « esthetica » un siècle plus tard, c’est une réflexion sur le beau, sur la création artistique. Quand Hegel publie ses réflexions artistiques, c’est dans le nouveau sens du mot esthétique. Georges Mailhos l’avait bien compris et expliqué.

Georges Mailhos s’est intéressé aussi aux auteurs de la région, particulièrement au XIXème, au couple Eugénie et Maurice de Guérin. Il y consacre des pages remarquables. Il renvoie à la vraie nature spirituelle de la relation frère sœur. Il ne réduit jamais son analyse à des spéculations possibles mais y conserve son aspect énigmatique. Le beau terme d’amitié amoureuse peut être retenue. Mais surtout Maurice de Guérin a apporté à son siècle, un ton nouveau : le poème en prose. Claudel et Saint-John Perse sont déjà en germe dans ces textes, et Mailhos le dit très bien.


 

Dans la deuxième partie du livre « Et ainsi de suite...Suivi d’Eclats du souvenir », il parle de sa famille.

G. Mailhos a la chance d’avoir une famille ancrée près de Plaisance-du-Touch depuis de nombreuses générations. Je me souviens, révèle Jean-Pierre Lassalle, d’avoir lu le nom de Mailhos dans le cimetière de Montevideo en 1992, ce qui prouve que des Mailhos avaient émigré en Amérique du Sud au XIXème siècle.

Quand il parle de sa famille, il parle de sa mémoire, or Mnémosyne dérivant du grec μνήμη, fait des Muses, les Filles de la Mémoire. La mémoire est l’intervention même de la vérité.

Comment concevoir la vérité sur ma lignée que m’ont transmis mes ancêtres si je n’ai pas d’informations sur eux, si je n’ai pas cherché les témoignages sur eux ?

Pour Georges Mailhos, les souvenirs ne sont pas immédiats, ils arrivent quand ils doivent advenir. Il parle aussi de la « santé du passé » et de son caractère vigoureux et revigorant de ce passé. Il insiste sur l’importance des passeurs. Ces passeurs peuvent être les grands parents qui racontent des anecdotes aux petits enfants, le père qui donne un témoignage à son fils.

La circulation transhistorique a bien fonctionné chez les Mailhos. Il faut qu’il y ait les passeurs mais aussi il faut qu’il y ait le scribe qui inscrive cette mémoire. Il faut avoir le désir de cette mémoire historique et le désir de la transmettre.

G. Mailhos aborde la thématique du retour « l’éternel retour » de Nietzsche. Il est non seulement historien de la littérature, mais également nourri de philosophes y compris les contemporains. Gérard Granel, traducteur de Husserl a été, se souvient Jean-Pierre Lassalle, notre collègue à l’université, mais avait une pesanteur idéologique que n’avait absolument pas G. Mailhos qui était la légèreté même. Tous deux avaient en commun cette extrême rigueur du traducteur qui doit, par ailleurs, conserver la saveur de la langue d’origine. Il excellait en ce domaine.

Le livre s’achève sur une réflexion sur l’enfance. G. Mailhos dit qu’il faut être solidaire des événements de son enfance. Les souvenirs, écrit-il, sont porteurs de reviviscence. Le souvenir ne consiste pas à reconstituer un présent. Il faut seulement rendre les choses dans la vie qu’elles avaient. Il faut transmettre cette vie là. La transmission n’est pas celle des choses mortes, celle des archéologues qui alignent des objets dans une vitrine. Bien au contraire, c’est la vie même du passé qu’il faut garder en mémoire. C’est ce que fait bien G. Mailhos. Pour lui, ses enfants et petits enfants se doivent de maintenir et d’assumer. On est au cœur même des Jeux floraux ! Justement ceux-ci ont pour vocation de maintenir une culture qui était en train de disparaître sous les effroyables événements guerriers, politiques et sociaux qui avaient ravagé la fin du XIIIème siècle et le tout début du XIVème. L’Académie des Jeux floraux a été créée en 1323, mais en 1320, il y a encore des pastoureaux qui massacrent dans les rues de Toulouse. André Breton qualifie ce siècle d’admirable. Les Mainteneurs ont réussi leur mission.

G. Mailhos analyse des « retours sur image ». Il s’est toujours intéressé à l’image. Comment fixer l’image ?

Il cite Vincent de Paul : « Je n’ai rien fait ». C’est une boutade. Ce que cela entend, c’est : « j’aurais aimé faire plus ».

G. Mailhos ne s’est jamais dispersé. Mais son faisceau balayait tout le monde et cela l’autorisait à se focaliser en un domaine. C’était un bon écrivain. Ses phrases sont toujours élégantes, très loin du jargon lourd de nombreux universitaires.

Les scolastiques qui exigeaient quatre lectures du même texte avaient de la sagesse. Il faut lire Mallarmé comme cela.

Pour G. Mailhos « le désordre des choses n’altère pas l’ordre du monde ». On est là au cœur même de la Grèce antique. Le monde au début n’est pas ordonné. Chaos, mot grec qui a donné : gaz. Il vient ensuite un principe ordonnateur. C’est la théorie d’Hésiode. Il faut tirer l’ordre du chaos. « Ordo ab chao ». Cosmos et mundus veulent dire un monde ordonné métaphoriquement comme la chevelure d’une belle femme.


 

« Et ainsi de suite... » de Georges Mailhos nous assure de très beaux et grands moments de lecture. C’est l’œuvre d’un pédagogue d’exception qui nous montre le chemin de la littérature avec la précision d’un géographe et l’enthousiasme d’un artiste.

Les « Eclats du souvenir » qui succèdent à de hautes chroniques, révèlent un grand écrivain et un grand penseur, tout entier ancré dans une philosophie optimiste de la vie, proche de Saint-Augustin qui disait que « le bonheur, c’est de continuer à désirer ce qu’on possède ».

Georges Mailhos avait ce bonheur là et nous le fait partager.

 
 


 

 

 

 

Francis

 PORNON

 

 

 

 

 

2/03/2017

 



RETOUR



Haut de Page

 

   

Christian Saint-Paul signale la parution du dernier livre de

Colette Elissalde : « Bois flottés » (préface de Gilles Lades) Librairie-Galerie Racine - Paris, 60 pages, 15 € .

C’est dans la revue Multiples que Saint-Paul découvrit cette poète voici plusieurs années. Celle qui fut professeure vit aujourd’hui à Albi où elle favorise des rencontres d’auteurs au sein de la Bibliothèque de la ville. Elle a publié : « Bouquet d’écume » Dossiers d’Aquitaine éd. ; « Sable et silence » chez le même éditeur ; « Une heure une île » « Assez de bleu dans l’ombre » et « Ciel intime » à Librairie-Galerie Racine ; « Ecorces du temps » N&B éd.

Le poète, écrivain et critique Gilles Lades nous dit dans sa préface que « les poèmes de Bois flottés sont une célébration du bonheur, à la lumière portée du deuil. De page en page se lit, se délie la longue stupeur de la solitude, le traître engourdissement, lorsque « abeille et soleil ne font plus qu’un ». Alentour, tout brille, brasille, comme au temps où l’émotion des amants « accouchait du silence ».

L’amour survit à la mort, proclament ces poèmes. Nous l’espérions, Colette Elissalde nous le certifie. Du désarroi insupportable de la solitude, se dessine une nouvelle forme d’amour, épuré, infini, indestructible. C’est cet amour insoupçonné qui permet la « guérison » du désarroi devant l’absence de l’autre. Ainsi se dissipe l’angoisse dans cette « ivresse ambivalente / dans le péril de la dissolution ». « Bois flottés » est la relation de ce bonheur inattendu auquel aboutit cette terrible initiation de la disparition de l’être aimé.

Un livre grave, sans pathos, un livre du triomphe des mots, qui maintiennent vivant ce qui n’apparaît plus que de l’intérieur de soi. Une espérance.


 

Lecture d’une note de lecture de Jean-Marie Corbusier :


 

Mourir donne du fruit, donne de la présence. Ne tenons-nous pas là l’essentiel de ce recueil, cette force à inverser l’ordre des choses pour nous les rendre à nouveau acceptées et acceptables, transformées en positif telle que l’image de la feuille morte est la condition d’un possible ensemencement. Long chemin, certes, pour parvenir de l’un à l’autre. Dans un langage simple et détendu, Colette Elissalde remonte le temps qui devient un futur, promesse d’autre chose, exigence que l’on demande à soi pour grandir, vivre une fois encore, dans un ici et un ailleurs cohabitant. Dans ces mots perçant de vérité, il me semble retrouver l’évidence « paysanne » devant l’impossible à changer mais qui projeté en avant peut redevenir signe de départ. Il s’agit d’une analyse sans détour, d’un état personnel qui refuse l’innocence, la rébellion. Ce qui sauve est cette proximité de ce qui vit, faune et flore, car la disparition d’un être n’est pas la disparition de la vie. Ce qui vit n’est-ce pas le prolongement de ce qui fut. La force des images tirées des choses ordinaires et vues donne lumière à ces poèmes qui en avant en arrière se lient dans un présent qui les dépasse. Beau lyrisme, contenu, maîtrisé qui ne se dit qu’au travers de cette vie de tous les jours, belle, forte et toujours dirigée, au bout de laquelle la présence surgira. Bois flottés qui emportent leurs souvenirs à la dérive pour qu’il en reste quelque chose quelque part. Recueil plus parlé qu’écrit parce qu’il s’adresse à une personne. La nature y tient la place d’un baume. Les mots justes soulagent. Il émane une pureté de ce recueil, un hymne à la vie, symphonie de fraîcheur qui nous conduit à un certain bonheur.

Jean-Marie Corbusier


 


 

Lecture d’extraits.


 

J’aurais aimé

être une violette

pour accompagner ton humilité

une orchidée pour être de tous les fastes

un coquelicot pour la fragilité de notre amour

une pivoine pour son épanouissement

une jonquille pour la première être belle

à l’orée de tous nos printemps

une fleur de pissenlit

pour voler aux quatre vents

sous ton souffle et tes doigts

*

Avec toi je vivrai

nos vies

je t’en dirai les écueils

nous franchirons les écluses

je fleurirai la maison

je vivrai toute ivresse

je planterai au clocher

mon nom

j’ajouterai un codicille

je reviendrai un jour

je te prendrai la main

*

Ils étaient partis sur l’estran

dans un mirage

deux silhouettes

perdues d’immensité

entre terre et ciel

terre mouvante inondée

plate - pour chevaux au galop -

pour le vent et les cerfs-volants

dernières laisses

de la dernière marée

des ultimes déferlements


 

au large

sont noyés passé et bois flottés

avec le présent


 

j’ai revu l’océan

*

Afin de se plonger dans l’atmosphère créatrice des troubadours, thème sous-jacent du roman historique de l’invité de l’émission, est diffusé un chant troubadour :

« A chantar » de La comtessa de Dia (...1200...) mis en musique et chanté par Gérard Zuchetto et Sandra Hurtado-Ros (Troubadours Art Ensemble / Florilège, Troba Vox éd.).

La comtessa de Dia chante en parfaite connaissance des mots et des règles de Fina amor : son prétendant doit d’abord se soumettre aux épreuves d’amour pour accéder aux plaisirs de l’amour. Cela passe par le baiser d’amour, le coucher et l’étreinte. De la même manière la femme troubadour (la trobairitz) met en avant ses qualités de dame courtoise.

*

Le ton étant donné, Christian Saint-Paul reçoit son invité l’écrivain, romancier et poète Francis PORNON.

Il vient ce soir présenter le deuxième volet de son triptyque sur le Moyen-âge occitan dont le premier est « Les dames et les aventures du troubadour Raimon de Miraval » chez TDO Editions, : LA DAME DE TOULOUSE, Azalaïs de Burlatz, toujours chez TOD ( 20 €).


 

Un roman passionné et passionnant sur Azalaïs dite "de Burlatz" dame mécène de troubadours et à la fois engagée dans un destin de vicomtesse indépendante.

L’auteur précise que « Les dames et les aventures du troubadour Raimon de Miraval » et « La Dame de Toulouse, Azalaïs de Burlatz » sont des romans historiques mais pas que... où l'on rencontre, de Carcassonne à Toulouse et aussi jusqu'à Barcelone et l'Aragon, des dames déjà "libérées", des évènements tragiques, des troubadours (poètes-chanteurs itinérants) ballottés entre tout et déjà une idéologie de la paix et de l'amour.

Ce livre de 400 pages comporte en sus une postface, des notes historiques et un glossaire. C’est dire à quel point le romancier a soigné la pédagogie de la lecture de ce livre d’aventures qui nous apprend beaucoup sur les mœurs occitanes du XXIIème siècle et sur la littérature triomphante alors, des troubadours.

L’essor considérable que connaît alors le Sud de la France actuelle, cette région qui englobe l’Occitanie historique (là où on parle la langue d’Oc) est envié dans toute l’Europe. Non seulement pour sa puissance militaire, économique mais aussi pour son épanouissement culturel, celui de la langue occitane et surtout du Trobar, la poésie chantée. Toutes les Cours ont les yeux tournés vers Toulouse, Carcassonne, Saint-Gilles etc.


 

En exergue du livre, l’auteur a cité Jacques Lacan (séminaire du 30 / 01 / 1960) : « L’amour courtois est un amour hors mariage, prude sinon chaste et totalement désintéressé, mais non platonique et ancré dans les sens et le corps autant que l’esprit et l’âme. »

Les tribulations de La Dame de Toulouse s’inscrivent dans cette posture.

Francis Pornon s’étend lors de l’entretien sur son livre, sur l’éducation que reçut la « comtesse de Burlatz » telle que la nommaient les troubadours. Une enfance protégée au sein du Castel, le Château Narbonnais où vivait le Comte de Toulouse. En effet, ce confinement était la conséquence des guerres incessantes auxquelles devait faire front son père, ce Comte de Toulouse très souvent absent et parcourant ses terres.


 

Le Trobar a fait naître une nouvelle conception de la Domna (Dame) acquérant une liberté relative en opposition au statut de la femme dominée. Du même coup évolue le modèle de l’homme : à l’idéal guerrier succède celui du troubadour.

La jeunesse de la Dame de Toulouse se déroule dans cette époque troublée par les convoitises et concurrences notamment entre les rois d’Angleterre, ceux d’Aragon et bien sûr les comtes de Toulouse. Les papes et les empereurs d’Allemagne cherchent également une place dans ces affrontements en jouant parfois des rivalités entre les comtes de Toulouse et leurs puissants vassaux comme les comtes de Montpellier et les vicomtes d’Albi, Carcassonne, et autres terres.


 

La place des rois des Francs, dont les possessions sont encore très réduites, est ici encore limitée à une aide partielle et temporelle apportée notamment aux comtes de Toulouse ; car les premiers sont occupés par leurs propres guerres, ce qui n’exclut pas qu’ils pensent à une annexion des territoires des seconds, laquelle sera plus tard rendue possible après les suites de la croisade dite contre les Albigeois.


 

Les actions privées et politiques se développent ici de Toulouse à Saragosse en passant par Carcassonne et autres lieux de l’Aude (Limoux, Quillan…) ainsi que par le Tarn (Albi, Castres, Lavaur et surtout Burlatz*, près de Castres…), vers Narbonne et Béziers, Perpignan et Barcelone. Mais elles sont aussi habitées par des évènements en Provence ou en Périgord et encore par les croisades en Terre-sainte.


 

Azalaïs, « Dame de Toulouse », mais plutôt nommée « comtesse de Burlatz », est née peu après le milieu du siècle ; elle occupe une place particulière entre son père Raimon V et son frère Raimon VI, comtes de Toulouse, son époux Rogier II, vicomte de Carcassonne et aussi son amant le roi d’Aragon Alfonso II. La situation de cette héroïne est presque cornélienne avant l’heure : elle est partagée entre les clans rivaux de ses proches, ce que renforce le mariage de Beatrix, sa belle-sœur avec son frère Raimon, puis la répudiation de la même. L’aventure est aussi tragique par l’environnement des guerres et croisades où se jouent les affrontements entre rois, papes, et autres seigneurs.


 

Pourtant Azalaïs est connue pour avoir incarné un personnage de relative liberté, ayant tenu non seulement son rang de vicomtesse mais surtout celui de Domna qui recevait et protégeait les troubadours en sa cour d’amour à Burlatz près de Castres. Elle vécut sa dernière année à la fin du siècle, avant le déchaînement de la croisade contre les Albigeois (que l’on nommera Cathares bien plus tard). On notera que l’histoire des Cathares est contemporaine et inséparable. Les troubadours et eux sont également à l’écart de la religion catholique romaine du temps, bien que de fortes différences soient notables entre leurs philosophies et leurs pratiques, comme on va le voir dans le roman.


 

Le roman, remarque Saint-Paul, est écrit dans une langue alerte, comme dans tous les romans de Francis Pornon. Mais comme dans le volet précédent « Les dames et les aventures du troubadour Ramon de Miraval », la langue est une langue pure, classique. Cela facilite la compréhension du récit qui est aussi une sorte de fresque historique. Mais l’enjouement de ce récit est doublé du plaisir de l’enseignement historique. Nous apprenons sur ce Moyen-âge qui a tant marqué la civilisation occitane, qui en revendique encore l’héritage éthique avec « la Convivencia » prôné par la Ville de Toulouse aujourd’hui, et qui est un vrai humanisme.

La conception noble de la femme a ses racines en Occitanie et ce n’est pas la moindre de ses fiertés.


 

Lecture d’extraits du livre par l’auteur.


 

Pourtant, si j’en juge après les décennies passées, peines et joies vécues au fil du temps, une chose était primordiale : l’amour. Alors, après ce qu’on a nommé « la longue nuit des siècles », on vivait une aurore nouvelle. C’était, en même temps que la barbarie, une époque radieuse où certaines dames et jouvencelles désiraient être bien aimées. Elles recherchaient une nouvelle espèce d’hommes, poètes raffinés et respectueux de ce qu’elles étaient. La plupart, bien sûr, devaient se résigner au triste sort auquel les vouait leur rang, celui d’être mariées pour raison d’état avec un inconnu. C’était le cas de ma mère. Mariée d’abord avec Eustache de Boulogne, elle devint veuve et fut mariée en secondes noces à Raimon V, mon père, le comte de Toulouse.

Les aperçus et les échos du siège au dehors, une guerre larvée coupée de quelques escarmouches, n’empêchaient les dames de se vêtir dans le castel à leur propre convenance et aussi dans l’espoir que cela convînt aux hommes. Certaines, jeunes concubines du comte ou seulement prétendantes, osaient un bliaud soyeux fendu sur une chemise également fendue afin de laisser apercevoir la finesse de la taille et le grain de leur peau. Je dois dire qu’à mon âge tendre je n’y voyais malice.

[…]

En vérité, Constance n’était de ces femmes qui voulaient le plus changer leur condition. Combien de fois la vis-je s’abstenant de répondre lorsque mon père laissait tomber quelque sentence définitive dont il avait le secret ? Sa résistance à elle, à la toute-puissance du senhor, c’était de persister dans ses desseins. Pourtant, autour de nous, à la Cour du comte même, certaines dames ne voulaient plus se contenter d’être de riches et brillantes servantes. Elles désiraient bien sûr être belles, mais avant tout devenir des maîtresses, priées et adulées, en fait des femmes libres d’aimer selon leur choix.

Ainsi je côtoyai certaines que j’appréciai et qui me guidèrent. J’allais rencontrer par la suite la poétesse Azalaïs de Porcairagues, laquelle était dite : trobairitz, en langue nôtre. Elle savait chanter l’amour d’un homme en cette langue de rocaille et de soleil courant de l’océan jusqu’à la mer par-dessus les montagnes, cet idiome qui portait la musique et la parole des poètes depuis le fleuve Loire jusqu’à l’Ebre et au Tibre et s’envolait vers les brillantes cours de Londres, de Rome et d’Aix-la-Chapelle comme vers celles de Barcelone et de Saragosse.

« Amic ai de gran valor

Que sobre totz senhoreja… »

J’ai ami de grand’ valeur
Tous les autres dominant...

Je traduis donc en la langue du trouvère Chrestien de Troyes, le parler dit « d’oïl », autrement dite langue des Francs. Cet idiome en lequel trouva ce poète à l’exemple des troubadours, c’était aussi celui de ma mère Constance, élevée à la cour de France. Ce qui me permet de m’exprimer aussi bien en l’une ou en l’autre, la langue maternelle et la langue paternelle.

N’en déplaise à certains, ce n’était point faiblesse féminine que de reconnaître la grande valeur de l’aimé. Au contraire ce chant composé par une trobairitz et colporté par toutes les terres, voisines ou éloignées, cela disait aussi la force de la dame. Être capable de goûter le trobar est déjà grande valeur. Savoir trouver en est une plus grande encore. Et assumer son être de femme voilà une grande affaire !


 

« La Dame de Toulouse Azalaïs de Burlatz » est un livre de plaisir par l’intrigue d’une vie bien riche, mais aussi nous révèle la vie dans notre cité raimondine, dans ces temps mythiques qui a fait sa légende, avant que les hordes de francs, sous le fallacieux prétexte religieux, ne viennent en prendre possession et n’imposent leur langue et leur suprématie.

 

 

 

 

 


 

 

Joëlle

 MONTECH

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23/02/2017

 



RETOUR



Haut de Page

 

   

Christian Saint-Paul reçoit Joëlle Montech, professeure de lettres, professeure de théâtre à Athènes au théâtre Dionysos et Apollon, situé Markou Moussourou 3, 11636 Athènes (près du stade de marbre). Avant d’occuper ce poste à Athènes, elle a enseigné en Amérique du Sud et à Moscou. C’est un long périple et une belle carrière qu’accomplit cette enseignante qui revient à Toulouse où elle a fait ses études pour participer au festival européen « 50 poèmes pour la neige » qui aura lieu le lendemain de l’émission à la Maison de l’Occitanie à Toulouse. Le théâtre, est chez Joëlle Montech, un atavisme, car son père, Luc Montech, malheureusement trop tôt disparu, a animé avec succès de longues années le Théâtre toulousain Jules Julien et a créé l’association Théâtre du Réel. C’est une figure inoubliable de la vie culturelle toulousaine.

Sa fille Joëlle présentera à la Maison de l’Occitanie, l’œuvre et la vie de Constantin Cavafy, poète mis en exergue cette année au festival « 50 poèmes pour la neige ».

Ce soir, elle présente de

Démosthène Agrafiotis et de Kostas Nassikas :

l’Anthologie de la poésie grecque 1975 - 2005 , bilingue grec-français, traduit du grec par Kostas Nassikas et Hervé Bauer, éditions L’Harmattan collection Poésie Levée d’Ancre, 355 pages, 35,50 €.


 

En préambule, Joëlle Montech précise qu’à Athènes, elle a créé une association d’artistes qui regroupe 200 membres. Au théâtre L’Apollon on pratique la performance poétique sous la direction de Démosthène Agrafiotis. L’atmosphère est très vive à Athènes. La création y est effervescente.

Lecture d’un extrait de « La crise » de Démosthène Agrafiotis. A la signification courante du mot, s’ajoute un deuxième sens, celui du temps de la question : quelle méthode faut-il adopter pour sortir du premier sens de la crise ? Si l’on oublie le deuxième sens du mot, on aggrave fatalement la portée du premier sens du mot. La Grèce est un pays qui se cherche : un pays de liberté. C’est le pays du NON. D’une formidable résistance. Ce pays n’a pas connu de période industrielle, mais connaît sa période postindustrielle comme les pays de l’occident. Alors, la poésie s’inscrit tout naturellement dans cette fantastique résistance.

Même si les poètes de cette anthologie sont nés juste avant, pendant ou peu après la seconde guerre mondiale, ils ne « se reconnaissent pas comme une  génération », ont tenu à affirmer Kostas Nassikas et Démosthène Agrafiotis dans leur préface. Et ils poursuivent : « Certains traits communs semblent marquer leur poésie et la démarquer, de ce fait, de celle d’avant la dictature. Nous remarquons une grande sensibilité virant facilement au noir ou au cynisme ; nous voyons aussi des explorations d’un monde morcelé à l’intérieur d’un sujet morcelé, introverti ou dans l’errance. »

C’est Démosthène Agrafiotis qui a coordonné les poètes de cette anthologie et a construit le fil rouge de son édition.


 

Joëlle Montech rend hommage à Natasha Hadjidaki présente dans l’anthologie et dont elle vient d’apprendre le suicide à l’âge de 70 ans. Cela a été sa façon de répondre à la question : « Comment va la Grèce en ce moment ? »

Lecture de poèmes de Natasha Hadjidaki figurant dans l’anthologie.


 

Scènes d’un acte sexuel

Orchidacées d’une région pubienne inconnue

débouchent dans le tréfonds.

Celles qui se sont tues irrémédiablement échangent des regards vifs


 

Aux Pôles Nord des Mensonges.

celles que dans les steppes ont fait taire

les Altamiras des Sensations.


 

Le veuvage coasse de celles qui vont se produire,

se laisser acheter.


 

Le suc cambrioleur de l’absence les rattrape.

Les gouffres les ébranlent et ils oscillent.

Une respiration incertaine les tourmente.


 

Comme le soleil de ta parole,

ce Demi-Hellène Barbare

du Coït, dévie


 

revendique.

*

Dans les années 70 - 80, poursuit Joëlle Montech, la politique et la poésie se rejoignaient. Après dix ans d’absence en Grèce, Démosthène Agrafiotis, qui se formait à la performance à l’étranger, retourne au pays et très vite organise des rencontres avec les poètes. C’est ainsi qu’est née l’idée de la création d’une anthologie de la poésie grecque. Au départ le groupe prévoyait un traducteur pour chaque poète. Il aurait fallu créer un réseau de traducteurs et un de lecteurs et puis croiser les réseaux. Il aurait été bien de créer également des relations avec les universités françaises ayant un département de littérature hellénique, mais les difficultés du financement ne l’a pas permis. En définitive, tout cela a correspondu à des initiatives personnelles et s’est réalisé de façon artisanale. C’est un travail collectif cette anthologie cette anthologie financée par les poètes eux-mêmes. Les poètes choisis sont ceux qui avaient publié déjà à partir des années soixante dix. Ayant à leur actif plusieurs publications, on pouvait parler d’activité continue, et l’on pouvait avoir une vue globale assez variée de leur travail.

L’Harmattan n’a pas eu d’aide du CNL. Cette anthologie offre une vision globale sur la poésie grecque qui n’existait pas avant elle. Le mot « poésie » qui veut dire faire, est un mot grec.

Lecture de poèmes de Démosthène Agrafiotis. Son nom veut dire à la fois résistance et gribouilleur. C’est en quelque sorte le chef de file de la poésie grecque contemporaine.


 

ISOMORPHISMES


 

« UNION »

amers instants

d’un jour

qui saigna sur les rochers nus,

amers instants

semés par la tempête

sur les visages barricadés derrière les vitres


 

où vous cachiez-vous donc ?


 

DEUX VARIATIONS

Je mesure le futur

dans le passé

c’est le présent qui l’emporte


 

Je pèse la mémoire

dans la pensée

et le résultat guette l’action


 

FORMULATION A’

On n’apaise pas la douleur

en accrochant la vie

à un sourire sans reflet.


 

FORMULATION B’

Quand la lumière rend l’âme

chacun de ses sanglots

devient étoile.


 

FORMULATION C’

Ni lumière.

Ni obscurité.

Seul le tourbillon de l’éphémère

jeu nonchalant du temps.


 

RELATION

Chaque fois

que je vois la vague

effacer les traces sur la grève

je pense


 

« qui est passé ? »


 

et j’aboutis à une simplification.


 

Démosthène Agrafiotis

*

Lecture de poètes de l’anthologie.

 

LA TAVERNE DE JAMAÏQUE


 

Notre vie a quelque peu changé ;

nous n’habitons plus la ville

mais sur le chemin qui mène à la mer.

Pendant nos soirées nous sommes préoccupés

par la course de la lune

les battements d’ailes sur les collines

et les cheveux qui descendent vers l’étang.


 

Si tu décides finalement de venir

tu me tiendras compagnie la nuit

maintenant que l’automne arrive

et que les charnières grincent dans l’obscurité.

Tu apprendras à prier

avec force et désespoir

et cet étrange sentiment

se combinera avec les dures lignes de la nature.


 

Amène peu de vêtements et des livres

ici les mêmes choses durent autrement ;

car la marée est derrière la maison

et l’hiver il pleur beaucoup.

Je te laisse maintenant ; fais attention

et tu sais combien je t’aime.

Je pense à toi sur le canapé à côté de la fenêtre

méditant sur le temps et le vieillissement des corps.

Ici tout cela n’est qu’imagination

nous n’avons qu’une claire et forte éternité

qui ne fatigue pas, mais parfois tu as mal aux yeux.


 

Il faut que je ferme la fenêtre

le vent s’est à nouveau levé.

*

LOUXOR

 

« La beauté n’est rien d’éternel »

j’ai entendu ces mots de ma mère

Nous sommes arrivés par le train du soir

collés l’un à l’autre

sans pouvoir dormir de toute cette nuit chaude

Le sommeil nous a saisis

nous n’avons sommeillé qu’un instant ;

après il fait jour

et une vapeur montait sur les collines.


 

Des essaims de couleurs nous imprimaient leurs marques

à travers les branches des arbres

et sur un îlot de sable sans rides

marchait un ibis de lait.

*

Maria Laïna

*


 

35 A, RUE DE TROIE


 

Ma maison comme la vôtre

se confond avec celles d’autres gens

les rues sont si étroites

si pleines de monde

il y a des moments où nous vivons si à l’étroit

je crois qu’on dort dans le même lit

se lavant les dents avec la même brosse

mangeant les mêmes plats.

Mais quand vous partez

vous ne lavez pas vos assiettes

ça ne s’explique pas autrement

que l’évier soit toujours aussi sale.

Mais ça ne fait rien.

Et je fais tout mon possible

pour vous montrer combien je vous aime.

C’est pourquoi je me mets une moustache

et je sors sous la pluie avec un éventail.

Ainsi les gosses auront-ils de quoi se marrer.

Je vous prie seulement de ne pas médire à notre sujet.

Et laisse ma Myrto tranquille.

Elle est née ainsi.

Triste.

*

Katerina Gogou

*

Cette anthologie de la poésie grecque née de la farouche volonté des poètes eux-mêmes, est un précieux témoignage d’une pensée essentielle en Grèce, celle des poètes.

Cette émission sera suivie d’une émission consacrée à Démosthène Agrafiotis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Patrick
Zemlianoy

 

 

 

 

 

 

 

 

Claude

Barrère

 

 

 

 

16/02/2017

 



RETOUR



Haut de Page

 

 

Christian Saint-Paul invite les auditeurs à participer à la rencontre le samedi 4 mars 2017 à 15 h au Centre Joë Bousquet, 5 rue de Verdun à Carcassonne, avec Jean-Pierre Barou et Sylvie Crossman autour de « la guerre d’Espagne et des Ecrits Libertaires d’Albert Camus.

Le public pourra également être saisi par le triptyque du peintre Joan Jordà « Casas viejas ». Casas viejas est un village emblématique de l’Espagne rebelle, en Andalousie. En janvier 1933, ses habitants feront craindre au gouvernement républicain de Madrid, le pire. 2000 « gueux » risquent d’enflammer toute l’Andalousie et à sa suite toute l’Espagne. Celle de l’insoumission. On creuse des fossés pour isoler le village, la mairie est dévalisée. Comme un marchand de fusils de chasse. La Libertaria, une jeune femme, prend la tête du mouvement. Elle est suivie par ses aînés. Deux gardes civils sont tués. Madrid et même le futur général Franco paniquent.

La répression sera terrible : ce fut un véritable massacre dans le village. Les faits restèrent longtemps cachés. Mais ils souillent la République d’une tache que l’Histoire révèlera.

Seule une voix s’est élevée, celle d’un grand médecin de Madrid, Gregorio Maranon, pour dire à tous : « Lisez Lope de Vega, dans son théâtre, une pièce dit pareil et qui se réfère à des événements qui eurent lieu dans la région en 1476. »

Ainsi fut ce conflit : l’immortelle résistance d’une conscience éternelle comme seule l’Espagne en produit.

C’est là le sens de l’œuvre de Joan Jordà exposée à Carcassonne.


 

Lecture de « Albert Camus et ses amis libertaires » de Jean-Pierre Barou et Sylvie Crossman.

*

Les éditions Cheyne, dans leur collection « D’une voix l’autre » publient deux livres remarquables (chacun 23 €)


 

D’une par : Les arbres ne rêvent sans doute pas de moi qui est une anthologie personnelle de Søren Ulrik Thomsen, reconnu comme l'un des plus importants poètes danois d'aujourd'hui. Le paysage urbain, l'expérience sensorielle du monde et les thématiques existentielles se nouent indissociablement dans son regard et dans sa voix. Une délicate attention aux détails et une curiosité pour l'ordinaire des jours ne cessent d'irriguer le cosmos minimal de chaque poème.

Dans une lumière feutrée, à travers une langue qui semble puiser son pouvoir de résonance et d'émotion dans sa simplicité même, le poème ouvre un espace où la sensation et la pensée s'effleurent, où le silence et la voix s'offrent amoureusement l'un à l'autre. Sous l'écho assourdi d'une tendresse veinée de mélancolie, cette poésie ne circule dans les parages de l'élégie que pour se diriger ailleurs.

Ne forçant ni les mots ni les choses, Søren Ulrik Thomsen ne nous force ni la main ni le coeur. C'est bien à la vie qu'il nous invite plutôt, la vie qui se dévoile à nous à travers "les petites cabanes bancales des poèmes".


 

Søren Ulrik Thomsen, membre de l’Académie danoise, est l’un des poètes danois des années 80 appelés Nouveaux Lyriques. En 2014 ont été publiés ses œuvres complètes au Danemark.

Anthologie personnelle, Les arbres ne rêvent sans doute pas de moi est la première traduction en français de Søren Ulrik Thomsen.


 

Lecture d’extraits.


 

La radio a capté une station lointaine

où un chœur d’enfants

dans une langue qui doit être du russe

lit quelque chose qui doit être de la poésie

et pourrait sonner comme une traduction

du poème que j’ai toujours rêvé d’écrire.

*

La dernière heure est la meilleure du jour.

Tout est trop tard et trop tôt.

Il se peut bien que je sois heureux

mais c’est peut-être aussi tout ce tabac

qui me fait tourner la tête, et je m’en contrefiche :

de toute façon j’aurai mal à la tête demain

car je suis frappé que toi aussi puisses mourir.

Le poème auquel j’ai travaillé toute la soirée

fume comme une vieille lampe.

Je vide le cendrier et sors pisser.

Chaque jour tout est fini.

*

Une fois par jour la solitude est si vaste

qu’on ne sait qu’en faire.

Et une fois c’est la joie.

Entre les deux veiller à régler ses affaires.

*

Voici donc la fin de l’été

après-midi et fin d’après-midi.

Le travail s’écoule peu à peu

nous avons encore fait notre possible

et plus encore dans un intervalle donné :

un somme d’une heure est tout à fait à sa place.

Quand nous nous réveillons tout est d’un calme plat :

le soleil, qui est le plus fort, vient juste de disparaître

et la connaissance brille autant que tout un hôpital.

Puis la lune déborde de toute sa lumière d’emprunt.

*

D’autre part, « Peine de vie et autres poèmes » d’ Oscar Hahn, traduit de l’espagnol (Chili) et préfacé par Josiane Gourinchas.

Considéré comme l'un des plus importants poètes chiliens d'aujourd'hui, Oscar Hahn n'avait encore jamais été traduit en français. Autour de larges extraits de Peine de vie, l'un de ses recueils majeurs, ce volume nous invite à un parcours poétique couvrant près de quatre décennies, depuis Art de mourir (1977) jusqu'aux Miroirs communicants (2015).

La poésie d'Oscar Hahn se caractérise par des formes concises, une netteté limpide du vers et une aptitude à embrasser un large horizon de l'expérience humaine. Elle excelle à relier les détails concrets de la vie quotidienne, les situations existentielles ou les événements historiques à une dimension réflexive proche de l'apologue. L’amour, le temps, la solitude, la mort, la chute des Tours jumelles, les guerres au Proche-Orient sont autant de thèmes susceptibles de trouver place dans ses poèmes qui allient au naturel de la diction une persuasive unité de forme et d'atmosphère. La voix d'Oscar Hahn porte l'empreinte d'une longue tradition poétique remontant au Siècle d'or espagnol, tout en manifestant une évidente aptitude à réélaborer des formes d'oralité populaire. Ni la verve ironique, ni la veine ludique ou fantastique qui se font subtilement jour dans ses poèmes ne le conduisent à perdre un juste contact avec les vérités, les énigmes et les paradoxes des destinées humaines.

 

Me charger de moi-même de par le monde

n'est pas chose facile

Me défaire de moi

ou me laisser abandonné en quelque lieu non plus

 

Oscar Hahn est né en 1938 à Iquique, au nord du Chili. Emprisonné au lendemain du coup d'État de Pinochet (1973), il décide dès 1974 de quitter son pays natal pour les États-Unis. Il enseigne la littérature latino-américaine à l'Université de l'Iowa jusqu'à la fin de sa carrière. Il réside actuellement à Santiago du Chili. Poète et essayiste, il a reçu de nombreux prix, en particulier le prix Pablo-Neruda (2011), le Prix national de Littérature (2012) et le Prix Loewe international (2015).

 

Josiane Gourinchas, professeur agrégé, a enseigné à Montpellier. Elle se consacre à la découverte, la traduction et la diffusion de poètes de langue espagnole encore inconnus en France, en particulier Oscar Hahn qu'elle a déjà présenté dans le cadre de festivals et de lectures publiques. On lui doit les traductions des poèmes de Pedro Heras que nous avions contribué à faire connaître en lui consacrant plusieurs émissions « les poètes », et qui nous a quitté bien prématurément.

 

Dans sa belle préface, Josiane Gourinchas, a mis en exergue ces mots de James Sacré dans « Figures qui bougent un peu » : C’est tellement loin de chili / tellement plus loin qu’un poème.


 

Une émission sera consacrée prochainement à cet auteur chilien avec Josiane Gourinchas.


 

Lecture d’extraits.


 

Avertissement au tortionnaire


 

Les ombres qui déambulent dans ta chambre

te regardent et conspirent


 

Prends garde à l’ombre de l’arbre sans l’arbre lui-même

Prends garde à ses fruits


 

Prends garde à l’ombre du chien sans le chien lui-même

Prends garde à ses crocs


 

Car une nuit d’insomnie

tu regarderas ton reflet sur le mur


 

et tu verras ta tête en train de tomber de cet arbre

comme un fruit pourri


 

et tu la verras rouler vers l’enfer

*

Corps présent


 

La nuit il s’est couché vivant

et à l’aube il s’est levé mort


 

Il chemina vers l’inconnu

et de lui on ne sut jamais plus rien


 

Celui qu’ils mirent dans le cercueil

n’était déjà plus lui


 

Personne ne remarqua rien

« Il est resté le même » dirent-ils

mais ce n’était pas lui


 

Et celui qu’ils descendirent dans la fosse

n’était pas lui

non plus


 

Celui qui s’est perdu dans l’infini

c’était lui

*

Nuit et brouillard


 

Que cachera le brouillard

dans cette densité impénétrable

qui flotte à la tombée de la nuit

comme un sabbat de spectres


 

En son sein se jouent des choses

qui ne sont pas de ce monde


 

Et lorsque le brouillard se dissipe

s’en vont aussi avec lui

des possibilités inimaginables


 

Le monde retrouve sa netteté

et tout demeure

clair de manière suspecte


 

Car la clarté peut cacher

les pires secrets


 

Le brouillard

ne prétend rien éclairer

ni rendre rien transparent :


 

voiler est sa fonction

estomper le monde

dissimuler la réalité


 

Et il nous dit avec des mots de buée :

«  Il y a plus de choses dans le ciel et sur la terre

que ne l’imagine ta philosophie »


 

Pour contempler ces choses

il faut être de brouillard

et tourner le regard vers soi

*

Les éditions Alcyone, dans leur collection Surya publient :

- « La voix levée » de Léon Bralda, 67 pages, 17 €.


 

Les textes sont accompagnés de la reproduction de huit gravures et estampes infographiques de Lionel Balard.


 

Léon BRALDA est né à Béziers en 1963. Agrégé d’Arts Plastiques et Docteur en Esthétique et Sciences de l’Art, il est enseignant à l’Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education, à Clermont-Ferrand.


 

Il est des saisons qui durent à jamais dans l’enchevêtrement des désirs et des rêves… des saisons qui reviennent inexorablement aux lèvres du poète. La voix levée : un chant qui porte au sud, en terre-mère, en ce lieu où l’enfance a frayé. Parmi les vignes et les vergers, au pied des grands immeubles, l’enfant fait cicatrice de tout ce qui advient et le poète, dédiant ce recueil à sa fille, écrit :


 

" Je garde en moi cette voie souveraine où les tours ont gravi l’ombre du souvenir, où les passants ont un front noir pour parler au matin. Noir ! Comme pour enfanter l’orage derrière la saison chaude. Le ciel aura conquis ses myriades de plumes avec du vent offert à la rumeur du monde.

(…)

J’aime l’instable mélopée des tentures de lin et de coton tissés, leur âme jaune prenant dans le dénie des murs chaulés, assommés de lumière et de mélancolie, le froissement discret des vitres qui donnait l’heure aux chats quand la faim appelait…


 

Ma fille, c’est cela-même qui construit les pontons au large de ma mémoire, avec du feu et de la pierre, de l’eau et des paupières rivées à la saison des plaies. "

Extraits de La voix levée

*

- Solstice du silence de Jacqueline Saint-Jean (57 pages, 16 €).

Les textes sont accompagnés de la reproduction d'une œuvre plastique.


 

Née dans les Côtes d’Armor, Jacqueline Saint-Jean vit près de Tarbes. Membre du comité de rédaction d’Encres Vives, co-fondatrice puis rédactrice jusqu’en 2009 de Rivaginaires, revue engagée pendant trente ans dans nombre d’actions poétiques avec peintres, musiciens, autres partenaires. Elle a souvent participé à des projets d’écriture à l’école, dans les bibliothèques, les associations, et animé de multiples ateliers d’écriture. A publié une trentaine d’ouvrages, poésie, un roman, des livres d’artistes, et beaucoup de textes, articles et lectures dans diverses revues et sites. Prix Max Pol Fouchet 1999 pour « Chemins de bord » et prix Xavier Grall 2007 pour l’ensemble de l’œuvre. Son écriture crée une « étrange alchimie des apparences et de l’intériorité », selon Gilles Lades. Et Marie-Josée Christien l’évoque ainsi : « Le texte se tend, juste et plein. Dans une économie de mots, il luit de toute sa lumière. Il ne développe pas. Il n'a aucune vérité définitive à conquérir. Il s'efface, insaisissable, entre éphémère et infini, entre nuit et lumière. Il respire, scintille, résonne "vers les chemins de l'intérieur, où les tracés se perdent".


 

En ces temps assourdissants, s’ouvrir au silence. A sa profondeur, ses variations, ses impasses, ses éclairs. A ses ombres, ses miroirs, son mystère. A ses graines. « Chaque atome de silence / est la chance d’un fruit mûr » (Valéry). S’il glace parfois, sentir aussi qu’il pénètre le corps, épure la pensée, amplifie le souffle, accueille l’intensité de l’instant, lave les mots de leur poussière. Ainsi traversée, écouter le soir, rassembler ce qui reste, ce qui éclaire encore, ébauche un chemin : éclats de vie, questions, les sucs et les cendres, les braises du temps que les mots attisent.


 

Jacqueline Saint-Jean


 

L’émission « les poètes » reviendra sur ces publications, mais elle tenait dores et déjà à les signaler.

*

Christian Saint-Paul donne la parole ensuite à ses invités, Patrick Zemlianoy Président de « Des livres et des Idées » et le poète plasticien Claude Barrère venus présenter le 5ème Festival international de Poésie :

50 Poèmes pour la neige ” – “ 50 poèmas per la nèu ”


 

Le jeune festival “ 50 Poèmes pour la neige ” a déjà pu avoir lieu dans plusieurs villes d’Europe. Si vous en avez la curiosité, vous pourrez aller voir images et films sur le site internet :

https://www.facebook.com/50poemsforsnow/

L’association « Des Livres et des Idées » organisatrice du festival 2017 sur

Toulouse avec la collaboration de Convergéncia Occitana, Radio Occitanie

et les éditions N&B ont la volonté de bâtir une « Europe de la poésie ».


 

Résolument désintéressé, le seul objectif est de partager sur le thème de la

neige et au-delà des frontières, un moment avec des poètes ou de simples

lecteurs qui veulent faire partager leurs coups de cœur.

C’est également une occasion pour découvrir un poète phare à qui le festival est dédié.

En 2017, Constantin Cavafy grand poète grec sera à l’honneur.

La Maison de l’Occitanie à Toulouse accueille cette année le festival pour une soirée qui s’annonce culturellement riche par la diversité de ses participants.


 

Joëlle Montech, professeur de théâtre, viendra tout spécialement d’Athènes pour nous parler de Constantin Cavafy

Jordi Vidal, chanteur et guitariste, interprètera deux chansons inspirées par des textes du grand poète

Des poètes occitans : Franc Bardou, Philippe Carbonne, Alem Surre Garcia, Jaumes Privat ainsi que :

Claude Barrère, Annie Briet, Michel Cosem, Manijeh Nouri, Monique Saint-Julia, Christian Saint-Paul, Jean-Michel Tartayre viendront nous lire des textes mêlant occitan et français avec la neige pour toile de fond

Et le public sera également convié à prendre une part active à ce festival en nous

faisant partager des textes.

Un vin chaud viendra réconforter les participants soumis pendant la soirée à la neige poétique mais peut-être bien réelle à l’extérieur.


 

Cette soirée aura lieu le : Vendredi 24 février à 20h30 – Entrée libre et gratuite

Ostal d’Occitània, 11 rue Malcousinat

Métro Esquirol – 05 61 22 13 31

« 50 poèmes pour la neige » en Arménie

50 ԲԱՆԱՍՏԵՂԾՈՒԹՅՈՒՆ ՁՅԱՆ ՀԱՄԱ

éditions

*


 

Patrick Zemlianoy expose la philosophie de ce festival à vocation européenne accueilli cette année par la Convergence Occitane avec l’appui de Radio Occitania et des éditions N&B de Toulouse.

Il est emblématique de noter que les poètes occitans et français se feront écho dans le prolongement de la poésie du grec Constantin Cavafy.


 

Claude Barrère insiste sur la symbolique de la neige. Il y voit quant à lui, à la fois le blanc et le noir, qui n’existeraient pas l’un sans l’autre. La neige serait, à sa manière, l’élément qui réconcilie les contraires et les résout.


 

Il lit des poèmes sur la neige dont les siens.

 

de l’autre côté du temps des pages,

in-tranquille, la Neige m’écrivait, muette


 

neige d’approche. de danseuse sur pointes

aux clairières du jour


 

au gré des chambres sans fenêtres. Neige

par effraction,

sur l’oreiller esseulé de l’enfance


 

tendresse courbe. au pays collinaire, la neige

parachève les formes


 

sur tes lèvres de passante prise au froid. Neige

d’alphabet nomade,

à former tant de mots énamourés


 

sa noire écorce mutilée, l’amandier

sous la neige de mars, cicatrise


 

c’est à la pie du tableau de Monet

de faire poème d’ombre bleuie,

de cette butée d’enneigement

contre la clôture


 

Pointillisme à l’œuvre.

jusqu’à l’effacement, l’espace tremblé

 

« Logoneiges » en Laponie. Dotremont autrement écrit

du tracer la blessure, la lettre

plus tatouée encore


 

chaque flocon, dans la mêlée du monde.

comme frôlement de l’Autre en soi


 

à contraster le pays, d’intermittence

noire et blanche, la Neige joue sa destinée.


 

d’amertume haillonneuse

au fronton de la mort,

le dégel de la Pensée

 

Neige, prends ton dire, témoigne

pour ceux qu’Ils ont enfoui là .


 

Claude Barrère

Septembre 2016

 
 


 

 

 

 

Jean-Luc Pouliquen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9/02/2017

 



RETOUR



Haut de Page

 

 
 

Christian Saint-Paul fait valoir combien les générations de l’écrit et de la lecture à laquelle appartenait le Président Georges Pompidou furent des générations ouvertes sur le monde et sur autrui. Il cite Joë Bousquet qui dans « Note Book » publié en 1982 par Rougerie, écrivait : « Ecrire, c’est d ‘abord avoir le sens d’autrui. On n’écrit pas pour apparaître aux hommes, mais pour faire apparaître en eux sa pensée. Il ne s’agit jamais de ce qu’on va leur dire mais de ce qu’on peut leur souffler. »

Le n° 462 d’Encres Vives est constitué d’un recueil de poèmes de

Jean-Michel Tartayre « Poudre de jour ».

L’auteur né à Toulouse, ville où il vit, enseigne le français, le latin et le théâtre au collège de Saverdun, en Ariège. Il collabore à de multiples revues et est membre du comité de rédaction d’Encres Vives. En 2016, il a reçu le Grand Prix de Poésie des Gourmets de Lettres (sous l’égide de l’Académie des Jeux floraux de Toulouse) pour son livre « Vers l’été suivi de Fractions du jour » (N&B éditions).

On retrouve dans ce dernier recueil, l’écriture séquencée, serrée, fluide, parfois évanescente comme cette « Poudre de jour » qui détache le regard vers l’intérieur qui se complait peut-être dans l’infini cosmos.

Et les mots qui se diluent dans la mémoire comme dans des notes de jazz.

Nous cheminons avec le poète dans des sensations qui se heurtent au silence, semblent hésiter, puis s’affirment.

Lecture d’extraits.


 

Rien à justifier en soi -


 

Qu’à laisser passer la lumière

En poudre de mots.


 

Tous les sens en éveil.

*

Un brin de neige dans l’air -

Froid sur la joue ...


 

Le boulevard devant semble fendre

La brume matinale.


 

Quelques flocons épars

Se posent sur soi et autour de soi,


 

Se glissent par transparence

Dans les premiers rayons du jour.

*

Clarté

Aucun mot dont on ne soit prisonnier,

Ni aucune image -


 

Sous peine d’aberration.


 

Mais seuls mots, images

Comme étaient de la joie et du vivant ...


 

... Infusent dans le poème leurs fractions

De clarté, regards et voix d’enfance.

*

Paul BADIN publie « Poèmes à l’étroit » dans le n° 461 d’Encres Vives.

Né en Anjou où il réside, il fut professeur de Lettres, chargé de mission Poésie au Rectorat de Nantes, mais aussi, président fondateur du Chant des mots la saison poétique et littéraire d’Angers, responsable de publication de la Revue de poésie N 4728. Il anime dans sa commune un atelier d’écriture poétique.

En 1970 - 1974 il découvre la poésie de René Char ; il publie aussi ses premiers poèmes. Et de 1978 à 1988 ce seront des rencontres avec le poète aux Busclats.

A ce jour, Paul Badin a publié une vingtaine de livres de poésie, et des essais.

Beaucoup de ses recueils sont disponibles dans la collection « lieu » d’Encres Vives.

Lecture d’extraits.


 

LE FOURNIL DE L’AUBE


 

Précieux boulangers, pionniers des

effluves de l’aube, toujours premiers levés

sous la girouette des saisons, le tablier de

digne farine et les mollets à l’air, tellement

le four est chaud, fournaise, été comme

hiver.

Votre pain, l’or blond des blés, levains et

parfums, volutes légères, matins de

première classe, petits déjeuners

d’amoureux à petits vieux, entre beurre

salé des près, amours, souvenirs et

confitures maison.

Baguettes tradition, croustillance faite

main. Ce n’est pas le pain d’ange mais la

croûte et la mie de bon labeur, légère

patine à fleur de farine, chevelures et blés,

manne promise et froments de soleil.

Saison de blutage quand les coquelicots

dansent, orgie vermillon.

La pâte lève, se gorge d’effluves, de gestes

artisans, d’un rire de boulangère à ranimer

d’échos l’âme d’un village.

*

Dans la collection « lieu » d’Encres Vives, Jean-Marie Alfoy publie :

« Un voyage à Lisbonne ». En exergue cette citation de Fernando Pessoa, in Tout est désert :

Je suis venu ici pour n’attendre personne,

Seulement pour voir les autres attendre,

Pour être tous les autres qui attendent,

pour être l’attente de tous les autres.


 

C’est une belle ballade dans Lisbonne que nous convie l’auteur. C’est une poésie fournie, narrative, avec des relents épiques qui nous laissent nostalgiques de la grandeur de la ville. Jean-Marie Alfoy a saisi l’âme intime de cette cité qui résiste aux affres vulgaires des métropoles tentaculaires. L’ombre de Pessoa est toujours là qui hante les rues à échelle humaine. L’étudiante de Cacilhas prend le ferry pour traverser le Tage et sa beauté se fond dans celle du fleuve, de la ville, des monuments et du fado. Elle incarne ce pays « où les fantasmes s’engraissent d’une joie mouillée de larmes ».


 

Lecture d’extraits.


 

Le Cimetière des Plaisirs


 

Ah ! dormir, dormir

au cimetière des Plaisirs

quand sous leurs bois cirés soupirent

les morts du vieil empire.


 

Pourquoi ressasses-tu, touriste sans poids ni mesure, cette rengaine

absurde, assis sur ton banc de rêves ?

Devrais-tu t’inquiéter de la déesse de pierre blanche dont le poing butte

contre le front lourd de pensées inextricables ?

Ou bien de ce train immobile dont les cabines de marbre abritent des

couchettes que d’autres nomment cercueils ?


 

Le soir tombe sur Lisbonne, les étoiles ne vont plus tarder à s’éparpiller

au-dessus de la grande nécropole aux ombres grasses.

Entends-tu le violon désaccordé de la Mort grincer comme au temps où

l’on t’épouvantait avec la Danse macabre de Saint-Saëns ?

Non. Ici, au Cimetière des Plaisirs, dans l’air doux du printemps

lusitanien, tu n’as rien à craindre.


 

La mort n’est qu’une promenade de plus que les hommes ont annexée,

aussi divertissante que le Chiado où tu iras tout à l’heure rejoindre le

Pessoa de bronze à la terrasse du Brasileira.

Oui, il ferait bon mourir aux Prazeres, s’abandonnant à l’absence de soi

sur un banc, comme un clochard amnésique.


 

Des avalanches de sarcophages sur le damier terrestre ne font pas plus

de bruit qu’un tourbillon de plumes sur un tapis d’Orient, qu’un corps

nu de femme qu’on laisse choir sur un édredon.


 

Mort, caressante mort qui flotte entre les cyprès, vêtue de gaze et de

soie, masquée de velours parfumé et coiffée de perruque ébouriffée, va

t’asseoir aux côtés du voyageur et dis lui qu’entre le rien d’avant et le

rien d’après son parcours n’est qu’une parenthèse.


 

Qui meurt le plus vite parmi ces chapelles funéraires ? Les petits

rideaux tuyautés aux fenêtres ? Les silhouettes tranquilles des visiteurs ?

Les grands arbres pleins de force et de vigueur ?


 

Ah ! mourir, mourir

au Cimetière des Plaisirs !

*

Tous ces ouvrages (6,10 € sont à commander à Michel Cosem

« Encres Vives, 2 , allée des Allobroges 31770 Colomiers, abonnement un an à Encres Vives 34 €).

*

Christian Saint-Paul rejoint ensuite son invité :

Jean-Luc POULIQUEN, poète et critique littéraire. Il a notamment publié aux éditions Mémoire sans tain (Poésies 1982- 2002), avec une préface de François Dagognet, Gaston Bachelard ou le rêve des origines et, avec Wernfried Koeffler, Le poète et le diplomate, préfacé par Adolfo Perez Esquivel, prix Nobel de la Paix.

Ecoutons-le se présenter :

« Je suis né en 1954 à Toulon dans le sud de la France. Ma première enfance a été méditerranéenne tout comme mon adolescence que j’ai passée non loin de Marseille. Arrivé à l’âge adulte, après un séjour de quelques mois en Afrique, j’ai souhaité revenir vivre dans le pays de ma jeunesse où s’enracine je le crois mon écriture et ma vision du monde. C’est en terre méditerranéenne que s’est développé l’essentiel de ma poésie et que se sont produits les événements les plus déterminants dans mon itinéraire de poète. Parmi eux, il me faut citer ma rencontre avec Jean Bouhier, le fondateur de l’Ecole de Rochefort. L’Ecole de Rochefort est un mouvement poétique fondé en 1942 où se sont retrouvés des poètes qui ont opposé au Surréalisme leur Surromantisme. Elle a compté dans ses rangs René Guy Cadou, Jean Rousselot ou encore Jean Follain. Il me faut citer encore ma rencontre avec Daniel Biga, de Nice, dont l’expression au début des années soixante a profondément renouvelé une poésie qui ne pouvait plus s’en tenir à l’humanisme de l’après-guerre. J’y ajouterai ma fréquentation assidue de quelques poètes de langue d’oc, cette langue que l’on parlait autrefois dans tout le sud de la France, avant que le français ne soit imposé sur tout le territoire national. L’obstination de quelques poètes contemporains à l’utiliser comme le véhicule de leur création m’a permis de rentrer dans des imaginaires que le français ne pouvait porter, en particulier pour tout ce qui concerne notre attachement à une terre et une civilisation qui en découle. Ce fut pour moi une ouverture à toutes les cultures du monde. Il me faut enfin parler du philosophe Gaston Bachelard, ami des poètes, dont la poétique sur les quatre éléments m’a amené sur les chemins d’Empédocle et une approche du poète où se mêlent poésie, philosophie et thaumaturgie. À chacun des noms cités, j’ai consacré une étude ou un livre. Je citerai simplement le dernier Gaston Bachelard où le rêve des origines qui vient compléter vingt années de création poétique regroupée dans Mémoire sans tain (Poésies 1982-2002). Les deux livres ont été publiés par les éditions L’Harmattan à Paris, en 2007 et 2009. »

Voir son blog :

http://loiseaudefeudugarlaban.blogspot.fr/


 

Ses poèmes, son activité de critique littéraire, l’édition (il a dirigé les Cahiers de Garlaban de 1987 à 1997), les ateliers d’écriture qu’il anime ainsi que les différents événements culturels auxquels il participe (après avoir été membre de 2001 à 2009 du comité du festival des Voix de la Méditerranée de Lodève, il est actuellement membre du comité international de coordination du festival Voix vives, de Méditerranée de Sète) s’inscrivent pour lui dans une même tentative pour remettre la poésie au cœur de la Cité. Il a gardé en cela les préoccupations sociologiques qu’il avait développées en suivant les enseignements de Michel Crozier et Henri Mendras à l’institut d'études politiques de Paris.

Il vient ce soir parler de son livre plusieurs fois cité dans cette émission :

« Georges Pompidou Un Président passionné de poésie Préface du Professeur Alain Pompidou ». L’Harmattan éditeur, 75 pages, 11,50 €.

Par sa formation, ses goûts, ses rencontres, ses écrits, sa réflexion et son action, Georges Pompidou, qui fut président de la République française du 15 juin 1969 au 2 avril 1974, après avoir été le Premier ministre du général de Gaulle du 16 avril 1962 au 10 juillet 1968, nous permet de mettre en lumière une préoccupation poétique au centre même du pouvoir. Il s’agit ici de la saisir dans toute son ampleur, de la suivre dans le développement d’une vie, de montrer comment elle chemine avec l’action politique et comment elle peut l’inspirer. Comme le note le Professeur Alain Pompidou dans sa préface, ce livre « s’attache à faire ressortir l’un des traits de caractère d’une personnalité dont les rouages sont actionnés par le sens du devoir accompli et une passion pour la poésie comme élément fondateur de l’expression culturelle : "l’art est comme l’épée de l’archange, il faut qu’elle vous transperce". « La poésie est, pour moi, la forme d'art la plus parfaite, en tout cas celle qui me touche le plus ».

Le livre obéit à ce plan : Préface du Professeur Alain Pompidou Georges Pompidou : un Président passionné de poésie I - Une rencontre et un dialogue avec les œuvres II – Une rencontre avec des poètes III – Des écrits sur la littérature et la poésie IV – Poésie et action politique Textes de Georges Pompidou I – Projet d'introduction de l'Anthologie de la poésie française II – Entretien imaginé par Georges Pompidou III - Poésie et politique Bibliographie de Georges Pompidou.

En préambule, Jean-Luc Pouliquen a inséré un de ses poèmes :

Les rêves des peuples

Les rêves des peuples

bien souvent se brisent

contre les ambitions de leurs princes

leur soif de grandeur

et même leur folie


 

Existent pourtant des hommes

qui savent leur donner vie


 

Ils entrent alors pour longtemps

dans les mémoires et dans les cœurs

et leurs noms s’inscrivent en lettres d’or

sur les registres de l’Histoire.


 

On peut donner un aperçu de l’entretien particulièrement nourri de Jean-Luc Pouliquen avec Christian Saint-Paul, en résumant quelques observations essentielles.

Georges Pompidou né le 5 juillet 1911 à Montboudif dans le Cantal, meurt à Paris le 2 avril 1974 alors qu’il était Président de la République Française depuis le 15 juin 1969, après avoir été Premier ministre du Général de Gaulle du 16 avril 1962 au 10 juillet 1968.

La trajectoire de sa riche vie traverse Toulouse où il fut étudiant au lycée Fermat en Hypokhâgne. Il rejoindra ensuite Paris, le lycée Louis-le-Grand en classe de Khâgne.

Reçu premier à l’agrégation de Lettres classiques en 1934, il était aussi diplômé de l’Ecole Libre de Sciences Politiques.

Sa formation littéraire classique va façonner le personnage même dans sa vie politique. Sa passion pour la poésie semble lui avoir donné l’élan pour surmonter les graves crises politiques dont il eut à connaître. En 1968, épuisé par une terrible journée prolongée jusque fort tard dans la nuit, retrouvant Claude Pompidou au château de Louise de Vilmorin, on l’entend « d’une voix sépulcrale » réciter un poème de Nerval que son hôtesse avait commencé sans pouvoir continuer.

C’est que Pompidou pouvait dès l’âge de dix ans réciter dans le texte un extrait de l’Odyssée !

Dire les poèmes par cœur, comme on l’enseignait alors, fut pour lui, une habitude et une passion qu’il n’a jamais cessé de pratiquer.

Sa passion pour la poésie qui le conduisit à publier sa célèbre « Anthologie de la Poésie française » en 1960 exprimait sa conviction que la poésie était l’élément fondateur de l’expression culturelle.

Cet homme d’Etat qui a traversé l’Histoire avec le sens du devoir accompli, a toujours conservé l’inspiration poétique au plus profond de lui-même. C’est ce que démontre, avec brio, ce livre de Jean-Luc Pouliquen.

Livre à l’écriture concise et précise, qui nous révèle la grandeur d’un homme dans ce qu’il a certainement de plus intime : ses goûts littéraires et poétiques.

Celui qui rentre au Cabinet du Général de Gaulle à la Libération, avait une passion pour Baudelaire, de Gaulle pour Mallarmé.

En 1931, il avait éprouvé un certain désarroi pour la médiocrité littéraire du moment. « Qui défendre ? » s’interrogeait-il. Son discernement éclate dans le choix qu’il fait dans son anthologie. Il n’y fait entrer que les poètes disparus, ceux pour lesquels la postérité peut déjà juger. Son seul remords est d’avoir « oublié » Pierre Reverdy qui a marqué le XXème siècle.

Beaucoup d’écrivains et poètes furent sa compagnie :

Julien Gracq, Léopold Sédar Senghor (qui composa une belle « Elégie pour Georges Pompidou », Jean Trichet, Jean Giono connu quand Pompidou était professeur à Marseille, Jean-Paul de Dadelsen, Guy Béart, Louise de Vilmorin, André Malraux etc. Il eut de riches rapports avec « les Cahiers du Sud » et un bref échange à la Revue des Deux Mondes avec Paul Claudel et Paul Valéry.

Pompidou a publié une plaquette sur Emile Verhaeren, il a commenté et présenté Racine, « Britannicus ». « Racine est constamment poète » on lui doit « les vers les plus dépouillés de notre langue » écrivait-il.

En 1959 il a rédigé son anthologie pour, disait-il, « mettre ensemble mes poèmes préférés » gagné par « cette émotion appelée poésie » selon l’expression de Reverdy.

La poésie pour Georges Pompidou a été « cette force agissante et concertante » qu’évoquait Saint-John Perse.

Il a toujours anticipé la modernité, cherchant à « se souvenir de l’avenir ».

Il fut l’ardent défenseur de l’universalité du message que porte la langue française. Avec Senghor, il est à l’origine de la Francophonie. Et sa modernité le conduit à créer en 1971, le Ministère de l’Environnement.

Ce Président, qui en recevant sans protocole ses anciens amis étudiants à l’Elysée pour des échanges sans fard, sut ne pas se couper de la réalité triviale du monde.

Mais il ne se départit jamais de sa profondeur et de son amour de la poésie.

L’émission s’achève sur la lecture d’extraits de « Poésie et politique » lu le 28 avril 1969 par Jacques Toja, lors d’une soirée poétique de la Comédie-Française.


 

« Georges Pompidou un Président passionné de poésie » est un livre essentiel pour prendre conscience de la profondeur et de la vision claire d’un homme d’Etat, qui puisait de sa connaissance du passé, la force d’imposer la modernité.

 

 

 

GEORGES POMPIDOU

 Un président passionné de poésie 

Jean-Luc Pouliquen  

L'Harmattan éditeur

11,50 € • 78 pages Collection Questions contemporaines


 
Voir doc

 

Ce livre a fait l'objet de l'émission du jeudi 9 février 2017

voir rubrique "Pour écouter les émissions"

Voir aussi :

 
 
 


 

 

 

Louis VIEL  

 

 

 

 

 

 

 

2/02/2017

 



RETOUR



Haut de Page

     


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

26/01/2017

 



RETOUR



Haut de Page

 

     


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19/01/2017

 



RETOUR



Haut de Page

 

 

En préambule Christian Saint-Paul signale les événements culturels du Centre Joë Bousquet de Carcassonne. Une rencontre aura lieu autour de l’œuvre de Saint-Pol-Roux éditée par Rougerie et d’une exposition « Le Verbe ce dieu inconnu ».

SAINT-POL-ROUX : (1861-1940) Le trésor de l'homme , préface d'André Pierre de Mandiargues, suivi de l'œuvre en miettes de S.-P. R. par Gérard Macé 13,26 € (Rougerie éd.)

« Ce rien, qui veut devenir tout, ce qu'il est – le Verbe –,

le verbe intégral et agissant.

Et pourtant le verbe est radium d'éternité. »

(La besace du solitaire)

Saint-Pol-Roux représente l'archétype du « poète oublié ». C'est à ce titre qu'André Breton lui dédie le recueil Clair de terre (ainsi qu'à « ceux qui comme lui s'offrent le magnifique plaisir de se faire oublier ») et que Vercors lui dédie Le Silence de la mer (« le poète assassiné »).

De son vivant même, son œuvre reste méconnue, pourtant publiée dans la revue L'Ermitage et célébrée aussi bien par les symbolistes (notamment Rémy de Gourmont) que, plus tard, par les surréalistes qui donnent un banquet à la Closerie des lilas en son honneur en 1925, lequel tourne au pugilat et dont Saint-Pol-Roux s'enfuit, effrayé.

L'universitaire Michel Décaudin raconte ainsi qu'allant lire, dans les années 1950, Les Reposoirs de la procession à la bibliothèque de l'Arsenal à Paris, on lui communiqua un volume dont les pages n'étaient pas coupées : « Il était ainsi resté en rayon plus de cinquante ans sans être consulté ».

À partir de la Libération, Divine s'efforce en vain d'empêcher l'œuvre de son père de tomber dans l'oubli. Malgré les études de Michel Décaudin, la parution d'un volume dans la collection « Poètes d'aujourd'hui » chez Seghers et les émissions de Jean-Pierre Rosnay à la radio, où il fit dire quelques-uns de ses poèmes, Saint-Pol-Roux reste largement méconnu.

En grande partie grâce au travail de sauvetage, de défrichage et de publication des éditions Rougerie, pendant ces années de « purgatoire », les poèmes, essais et pièces de théâtre rescapés de la barbarie nazie sont édités ou réédités. Une masse considérable de manuscrits inédits (Le Trésor de l'Homme, La Répoétique) a survécu au pillage.

Saint-Pol-Roux a tenté de créer une œuvre d'art totale. Ce rêve de la littérature symboliste consistait à créer une œuvre parfaite répondant à tous les sens. Saint-Pol-Roux s'est donc intéressé au genre théâtral et à l'opéra, pendant ses années parisiennes. À la fin de sa vie, il s'émerveille des possibilités artistiques offertes par le cinéma.

Saint-Pol-Roux a également créé la notion d'« idéoréalisme », dans un souhait d'une fusion artistique entre le monde réel et le monde des idées, dans une perspective néoplatonicienne. Il imagine une cosmologie, où la Beauté perdue dans le monde réel doit être révélée par le poète.

Christian Saint-Paul s’est rendu sur les ruines du manoir de Saint-Pol-Roux et consacrera une émission sur ce poète qui fut si aimé à Camaret.

*

Les éditions Cheyne collection « D’une voix l’autre » font paraître : « Peine de vie et autres poèmes » de Oscar Hahn en édition bilingue, traduit de l’espagnol (Chili) et préfacé par Josiane Gourinchas , 139 pages, 23 €.


 

Considéré comme l'un des plus importants poètes chiliens d'aujourd'hui, Oscar Hahn n'avait encore jamais été traduit en français. Autour de larges extraits de Peine de vie, l'un de ses recueils majeurs, ce volume nous invite à un parcours poétique couvrant près de quatre décennies, depuis Art de mourir (1977) jusqu'aux Miroirs communicants (2015).


 

La poésie d'Oscar Hahn se caractérise par des formes concises, une netteté limpide du vers et une aptitude à embrasser un large horizon de l'expérience humaine. Elle excelle à relier les détails concrets de la vie quotidienne, les situations existentielles ou les événements historiques à une dimension réflexive proche de l'apologue. L’amour, le temps, la solitude, la mort, la chute des Tours jumelles, les guerres au Proche-Orient sont autant de thèmes susceptibles de trouver place dans ses poèmes qui allient au naturel de la diction une persuasive unité de forme et d'atmosphère. La voix d'Oscar Hahn porte l'empreinte d'une longue tradition poétique remontant au Siècle d'or espagnol, tout en manifestant une évidente aptitude à réélaborer des formes d'oralité populaire. Ni la verve ironique, ni la veine ludique ou fantastique qui se font subtilement jour dans ses poèmes ne le conduisent à perdre un juste contact avec les vérités, les énigmes et les paradoxes des destinées humaines.


 

Me charger de moi-même de par le monde

n'est pas chose facile

Me défaire de moi

ou me laisser abandonné en quelque lieu non plus


 

Oscar Hahn est né en 1938 à Iquique, au nord du Chili. Emprisonné au lendemain du coup d'État de Pinochet (1973), il décide dès 1974 de quitter son pays natal pour les États-Unis. Il enseigne la littérature latino-américaine à l'Université de l'Iowa jusqu'à la fin de sa carrière. Il réside actuellement à Santiago du Chili. Poète et essayiste, il a reçu de nombreux prix, en particulier le prix Pablo-Neruda (2011), le Prix national de Littérature (2012) et le Prix Loewe international (2015).


 

Josiane Gourinchas, professeur agrégé, a enseigné à Montpellier. Se consacre à la découverte, la traduction et la diffusion de poètes de langue espagnole encore inconnus en France, en particulier Oscar Hahn qu'elle a déjà présenté dans le cadre de festivals et de lectures publiques.

Lecture d’extraits.


 

LA MORT EST ASSISE AU PIED DE MON LIT


 

Mon lit est défait : draps sur le sol

et couvertures sur le point de s'envoler.

La mort dit maintenant qu'elle va faire mon lit.

Je la supplie que non, qu'elle le laisse défait.

Elle insiste et réplique que cette nuit c'est la date.

Elle s'apprête et ajoute que cette nuit c'est sûr elle m'aime.

Je lui réponds : comment vais-je mettre des cornes

à la vie ? Elle me dit d'aller au diable.

La mort est assise au pied de mon lit.

Cette mort obstinée s'est échauffée à mon contact

et voudrait me laisser sans suc comme une figue sèche.

J'essaie de la chasser avec une énorme branche.

À présent elle dit qu'elle veut se coucher près de moi

juste pour dormir, que je ne m'inquiète pas.

Par égard je me tais car je connais sa mauvaise réputation.

La mort est assise au pied de mon lit.


 

*


 

RÉINCARNATION DES BOUCHERS


 

Et surgit un autre cheval, rouge feu : et à celui qui le montait revint le pouvoir de bannir la paix hors de la terre afin que les hommes se tuent les uns les autres.

Saint Jean, Apocalypse


 

Et je vis que les bouchers le troisième jour,

le troisième jour de la troisième nuit,

commençaient à fleurir dans les cimetières

comme des lys brumeux ou comme des lichens.


 

Et je vis que les bouchers le troisième jour,

nombreux comme étourneaux en bandes,

volaient en se poursuivant, en se poursuivant,

constellés de soufres phosphorescents.


 

Et je vis que les bouchers le troisième jour,

rouges du rouge sang de l'infamie,

jouaient avec sept dés faits de feu

et de pierre comme les dents du silence.


 

Et je vis que les perdants le troisième jour,

se réincarnaient en taureaux, en porcs ou en moutons,

et subsistaient comme des animaux sur la terre

pour être viande de boucherie.

*

L’émission « les poètes » reviendra sur ce livre notamment avec la traductrice Josiane Gourinchas qui œuvre depuis longtemps pour faire connaître la poésie de langue espagnole (nous lui devons les traductions de Chantal Maillard et de Pedro Heras).

*

Les éditions érès collection PO&PSY font paraître de Rodolfo ALONSO « entre les dents » traduit par Jacques ANCET, illustré par Sylvie DEPARIS, 96 pages, 12 €.

Traducteur, essayiste, critique et, avant tout et surtout, poète, Rodolfo Alonso a publié plus de trente livres de poésie, édités dans de nombreux pays d’Amérique latine et en Espagne, mais aussi en Italie, Galice, Angleterre et en France. Il fut le plus jeune participant de la revue Poesía Buenos Aires, où parurent les premières traductions de René Char (1953).


 

Premier traducteur en espagnol de Fernando Pessoa et de Paul Celan (co-trad.), il a traduit, dans le domaine français : Éluard, Prévert, Apollinaire, Artaud, Baudelaire, Valéry, Mallarmé, Breton, Schéhadé, Char, Saint-Pol-Roux, Duras, Ancet.

Aujourd'hui l'une des plus grandes voix poétiques de l'Amérique latine, Rodolfo Alonso publia son premier recueil, Entre dientes, en 1958, à guère plus de 20 ans.


 

Ce titre est en soi la judicieuse définition d'une esthétique. Entre les dents, on ne peut dire que très peu de mots : les dents sont un filtre qui, en même temps qu'il fait obstacle à la discutable fluidité du discours courant, contribue en mots comptés - dont le pouvoir expressif s'accroît en proportion inverse de leur nombre - à l'essence même du discours.


 

Né à Lyon en 1942, Jacques Ancet vit et travaille près d’Annecy.

Après avoir enseigné pendant plus de trente ans dans les classes préparatoires des grandes écoles, il se consacre aujourd'hui à son travail d'écrivain et de traducteur près d'Annecy, où il réside. Auteur d’une quarantaine de livres, il a reçu les prix de poésie Charles Vildrac de la Société des gens de lettres et Heredia de l’Académie française 2006 pour Diptyque avec une ombre (Arfuyen), le Prix Apollinaire 2009 pour L’Identité obscure (Lettres Vives) ainsi que la Plume d'or 2013 de la S.A.S. pour l'ensemble de son œuvre. Traducteur de quelques-unes parmi les plus grandes voix des lettres hispaniques comme Rodolfo Alonso (Entre les dents, érès, 2017), il s’est également vu décerner les prix Nelly Sachs 1992 et Rhône-Alpes du Livre 1994, la Bourse du Prix Européen de Littérature 2006 et les prix de traduction Alain Bosquet 2015 et Roger Caillois 2016. Enfin, tout récemment, son travail de traducteur et d'écrivain vient d'être distingué par un doctorat honoris causa de l'Université Catholique de Louvain. Il a publié aux éditions érès Portrait d’une ombre (érès, 2009) et Travaux de l’infime (érès, 2012).

L’émission « les poètes » reviendra sur cette publication et programmera une émission consacrée à cette voix majeure de la poésie : Jacques Ancet.


 

Lecture d’extraits.

L’OEIL DU MONDE

le vent nourrit

il est giratoire

la pluie

aussi nous appartient

la nuit augmente

la lumière

*

POUR VIVRE ICI


 

je parle de l’amour

une chose possible


 

de ton amour de mon amour


 

dans la rue

dans le vent

dans le monde


 

au-dedans de la parole

*

TOI


 

amour

ce vieux mot


 

souffle


 

air tout ému


 

petite pluie


 

soleil

*

VOULOIR C’EST POUVOIR


 

nus

devant la nuit ou la misère


 

le regard sanglant

fait la lumière du jour

*


 

UNIQUE AU MONDE


 

rapide

pour mériter

pour mourir


 

légère


 

de soleil

et de chair

*

VIEILLES HABITUDES


 

amour

cœur pâle


 

à présent vient

ta voix


 

ta haute présence

chante


 

elle court nue


 

saute

par dessus l’abîme


 

elle est en nous

*

« Dopamine et consœurs » de Christophe Lévis, 60 pages, 10 € est publié par L’Harmattan.

Du même auteur :


 

«tempérances intimes» Encres Vives Encres Blanches

«Du fer dans la veine» Encres Vives Encres Blanches

«Oniromance» Encres Vives Encres Blanches

«L'encolure» Encres Vives Encres Blanches

«Mam nan gofo» Encres Vives Encres Blanches

«Dors dans ma vie» Encres Vives Encres Blanches

«Fer cranté» Encres Vives Encres Blanches

«L'homme diverticules» Encres Vives Encres Blanches

«La cimenterie» Encres Vives Encres Blanches

*

« Dopamine et consœurs est une étape importante dans le travail d'écriture de Christophe Lévis, à la poésie de qui je suis attentif depuis plusieurs années, l’ayant publiée dans le fanzine poétique Traction-brabant. Dans ce livre, non seulement le style de l'auteur se décante, tout en gardant sa puissance, mais ses préoccupations débouchent sur celles de la plupart des gens qui essayent de continuer à vivre dans un monde de plus en plus violent (...) À mes yeux, ce recueil restitue avec précision les vibrations d'ordre sismiques éprouvées (...) par chacun d'entre nous, et qui nous font osciller entre désespoir et révolte. La bonne nouvelle, c'est que la vie des nerfs, celle de la poésie authentique, existe toujours dans ces pages, prête à bondir sur le lecteur ! » s’enthousiasme Patrice Maltaverne dans la 4ème de couverture.

De Christophe Lévis Christian Saint-Paul avait déjà écrit à propos de son recueil « Diverticules » (Encres Vives éditeur) :

Il y a du Francis Bacon chez Christophe Lévis : une beauté violente que l'on repousse sans libérer son regard. L'homme est dépendant de ses diverticules, nul n'échappe à ces sinistres labyrinthes de chair ou de béton qui l'enferment dans un monde où il va disparaître. "Qui seras-tu à l'heure du dernier souffle ?" question lancinante que rien ne peut éluder. Mais ne pas la poser, serait s'étouffer dans l'instant. Comme chez Marcel Migozzi, ce face à face obsessionnel avec la mort, n'est concevable que dans une folle révolte que bouleverse la poésie. On comprend, mieux que l'auteur lui-même, que c'est elle, la poésie, qui le sauvera. "Que vas-tu faire désormais ?" s'interroge-t-il en conclusion. Nous, nous savons. Ecrire bien sûr ; même si, comme disait Georges Bernanos : "Le Bon Dieu ne m'a pas mis une plume entre les mains, pour rigoler". Car rien d'autre ne peut sauver le poète, même pas son ego qui " n'a plus assez de place / pour profiter encore / du moindre de ses désastres.../. Et il y a du Francis Giauque chez Christophe Lévis, prisonnier d'une lucidité infernale, rongé jusqu'à l'os de cette angoisse qui le fait désespérer de lui-même. Dans "L'homme diverticules" il lance un cri pour fracasser nos illusions, mais aussi notre solitude.

Et aussi pour : « La cimenterie » de Christophe LEVIS aux éditions Encres Vives collection Encres Blanches (couverture d’André Falsen), 6,10 € à commander à Encres Vives, 2, allée des Allobroges, 31770 Colomiers :

Nous retrouvons dans cette nouvelle publication, le style bien identifiable de Christophe Lévis. Un ton déclamatoire qui ne s’embarrasse d’aucun superflu ; pas d’adjectifs en trop, une économie de mots pour racler la langue jusqu’à l’os. Préférer l’os et sa moelle cachée à la chair. La parole est saccadée, heurtée comme si elle ne pouvait résister à un coup de gueule, mais qu’il faut simplement amener vers son chemin de vérité. Pour cela, il faut la retenir dans son élan qui pourrait être dévastateur. Il faut l’enfermer dans l’intimité d’un parler humain. Alors, Christophe Lévis innove un peu dans la forme qui est la sienne et il a recours aux parenthèses, pour assourdir la violence des mots qui jaillissent en prophéties. Les parenthèses servent aussi à l’extension des menaces par ce poète prophète à chacun et chacune :

Si tu pars tu nous manques

Tu sais tu nous vaux

peut-être plus ou autant

qu’un contrat malicieux

*

Christian Saint-Paul signe la préface de « Dopamine et consœurs » qui est lue à l’antenne :

« Je peux m’ensoleiller » se rassure Christophe Lévis dans ce livre de poèmes « Dopamine et consœurs », où l’ombre progresse, ravageuse. Il se range à la volonté de Joe Bousquet : « il faut que chacun habite le côté ensoleillé de sa personne ». Mais le poète cloué dans son lit à Carcassonne avait désigné une autre voie qu’il allait suivre : « sois la poésie de ce qui te brise ».

En fragmentant son livre en six parties, sous l’égide chacune d’une substance chimique qui conditionne un état psychique, le poète devient la poésie de ce qui le brise.

Cette brisure, réelle et certainement commune à tout individu doué de conscience, est toutefois indiscernable quant à son origine et ambigüe sur sa destinée.

« J’écorche ma langue / à vous dire / pourquoi j’ai mal » avoue-t-il.

La difficulté est d’assumer la plénitude de sa sensibilité qui est son génie - comme l’a si bien clamé Baudelaire - en dépit des autres : « regarde à ta porte / et balaye / indéfiniment / les poussières de toi / que les autres n’ont pas bouffées ».

Oui, les autres nous dévorent inexorablement comme Saturne dévore ses enfants. « Ils ont gagné c’est certain / nous broutons tous / dans le même champ / de mines » est le rude constat du poète, brisé par le « concert de vanités ».

Ce qui prévaut face à ces mortifères vanités qui nous submergent, est « la mitraille / des idées suicidaires ». Rien d’étonnant dès lors que Christophe Lévis écrive avec ses « larmes ». « La folie est [son] ombre / des acouphènes de glace / fracass[e]nt [ses] oreilles ». Celui pour lequel « le paradis est mort » demeure cependant toujours habité par l’état de création, qui est la quintessence même de la vie. Cet état salvateur, qu’il a la chance inouïe de connaître, nourrit son œuvre de sa « révolte pusillanime » avec le dessein d’ « en extraire la rage / l’écorce assassine / (...) jusqu’au fond du gouffre ».

« L’état de création, avait expérimenté Joe Bousquet, importe plus que l’œuvre elle-même ». Mais comprenons bien ! Chez Christophe Lévis comme chez Joe Bousquet, l’œuvre n’est que le produit de la création et les deux notions sont intrinsèquement liées. Le plus difficile n’est pas d’écrire, mais d’être en état d’écrire.

Et « Dopamine et consœurs » confirme, après les précédents recueils, touchants par la justesse de ton, abrupt et grinçant, que le poète, funambule sur les bords de l’abîme, bénéficie de cette grâce qu’est l’écriture de poèmes. Christophe Lévis est consacré par la poésie. Ses poèmes sont autant de sacrements, de combats d’un homme qui vit et qui devine ce qui meurt en lui, ce qui agonise et qu’il ne peut retenir, mais surtout, ses poèmes sont ce qui le porte, bien mieux que les six drogues, vers une inattendue espérance.

C’est là, certainement qu’il diffère de Francis Giauque, un de nos derniers poètes maudits, suicidé à la trentaine dans le printemps 1965. Ses poèmes déroulaient un long lamento gonflé de violence. Sa frustration de ne parvenir ni à une vie ordinaire ni à l’essence même de la vie, l’avait muré dans un esseulement haineux. Il évoquait avec une langue brillante d’émotion tranquille, l’horreur de ses expériences psychiatriques. A lui, a été refusé « le pouvoir d’aimer en liberté ». Et lorsqu’il s’adresse au Christ c’est sans concession :

« sois béni toi qui me réveillais

du fond du coma insulinique

pour m’envoyer sangloter dans une chambre anonyme

aujourd’hui j’espère férocement que tu existes

afin qu’un jour je puisse te cracher à la gueule

librement ».

S’il ya du Francis Giauque chez Christophe Lévis, par le ton violent, le génie de la langue, la fureur, la lucidité noire - « un con / qui suppure de tendresse / animale » - il s’en sépare justement par cette magnifique aptitude sur laquelle il faut s’attarder, sa capacité à « [s’]ensoleiller ».

Ce « je peux m’ensoleiller » le disqualifie des poètes maudits.

« Si tu veux espérer, cesse de craindre » nous a enseigné Sénèque.

Christophe Lévis a cette volonté de jeter aux orties la peur qui le taraude. Certes, la multiplicité des voix qu’il perçoit et qui l’égarent « en tous sens et en tous lieux » peut le figer au sol, « interdit de voler plus haut que la cime de ses pieds », mais il a le pouvoir de s’affranchir de cette désespérante pesanteur.

Christophe Lévis a le pouvoir de l’amour. « Je t’aime » lance-t-il comme une bouée à lui-même. « Aime et sois aimée / vis plus fort / fais-le pour moi / fais-le pour toi / démontre la vérité / écoute-toi / relève-toi / toujours ».

Contrairement à Francis Giauque, Christophe Lévis, face à l’horreur d’un monde qui nous enferme dans sa douloureuse cruauté, a la volonté de ne pas sombrer.

« Ne salis pas / ta chance de vivre » s’exhorte-t-il. Son écriture, juste, sans fard, est cette chance de vivre.


 

Lecture d’extraits.


 

sérotonine

(Cycle circadien)

(Neurotransmetteur impliqué dans divers désordres psychiatriques

tels que le stress, anxiété, phobie, dépression)

L'oracle tonne et gronde

les mirages fulminent

et tombent sur leurs genoux

sous la cime

ignorante

qui culmine incertaine

dans la brume qui déchante

les freins de l'horizon

de loin en loin amène

ses doutes et certitudes

sous les néons glacés...

.qui frappent à ma porte

cognent et s'exaspèrent

sans jamais lâcher le lest

du pavillon des morts

pourléchant leurs blessures

instaurant ma torture

ces papillons me tordent

au gré du vent mauvais

ramènent des alluvions

dans le fleuve et me noient

sous les décombres instables…

...et m'explosent, de rage,

dans des vitrines acides

«je ne peux accueillir

toute la fierté du monde »


 

des victimes insolentes

qui dégueulent

leurs paysages

de landes

sèches

leurs mains sont le vent

on voit leurs os

paraître

sous les coupures

des sangles

de leur cri

à mon seuil

de leur vie

à mon deuil

ils parcourent incertains

les jours de ce

diktat

tandis

que se déforme

la vaine

désespérance

et mes ongles

et mes dents

qui crissent

sur la liste

des choix...

 

neuropeptides

(régulation du sommeil, de l'éveil, de l'émotion, de la récompense

de la douleur de l'apprentissage et de la mémoire)

Il y avait l'ouverture des astres pénitents et la décomposition de l'âge

foudroyant jusqu'à la moindre de ses douleurs

J'ai parcouru j'ai vu je ne peux rien dire

le secret est fugace

mais correspond à ce que d'elle

je peux comprendre

Après l'âme docile je n'ai plus peur

elle peut revenir cent fois exploser mes rétines

et parvenir enfin à la décomposition

elle pulse des artères maladives

et refuse de me dire

ce que je ne veux voir

et si je veux comprendre

je relie l'histoire

à quelques bouts d'atomes

dans l'horreur dans l'enfer

de son viol collectif

Je peux les voir cracher

les formes de sa jeunesse

et revenir hirsutes

d'un siècle de parjure

Puisque rien ne change

je puise à mains nues

les décombres de son or

et revendique la peine

de chaque fissure du temps


 

 

Puisque je grandis

à l'abri des batailles

tandis qu'elle dérive

dans des dédales

obscurs


 

je peux me souvenir

je peux m'ensoleiller

de son regard de braise

alors que c'est le feu

qui consume ses rêves

sur les aplats tendres de la déréliction


 

C'est un triste château

que dis-je

une sombre rivière

qui entraîne son corps

comme un jouet cassé

sur la cime de leurs paumes


 

Pardonne à mon cœur

sa fâcheuse pérennité


 

Je t'aime

et rejette leur désordre

dans un lâche abandon

tout se paye et me désosse

ce que ce vent sème

chaque jour

je le récolte....

*

Christophe Lévis, un poète qui, comme il est indiqué par l’éditeur « mêle réflexions et expériences » et vit, on le devine aisément, en écriture. Nous saurons le suivre dans ses expériences et ses réflexions.

*

Enfin l’émission se termine sur l’évocation de l’inlassable travail des revuistes en faveur de la poésie, avec la parution du n° 56 de « Nouveaux Délits Revue de poésie vive », le n° 6 €, abonnement 24 € à adresser à Association Nouveaux Délits, Létou - 46330 Saint Cirq-Lapopie.

Cathy Garcia poursuit avec le même succès éditorial son beau labeur de passeuse de poésie. Un numéro soigné, avec ce souci de ne nuire en rien (papier recyclé, pas de fioritures) et un sommaire toujours de découvertes heureuses. Les illustrations sont de Patrick le Divenah, un Breton refondu à Paris, collagiste dessinateur (voir son site : http://prosesie.free.fr ).

Lecture de la présentation de ce numéro 56 par Cathy Garcia :

Voici donc le 13ème édito de bons vœux pour la nouvelle année, ce qui devrait suffire à porter bonheur parce que pour ce qui est du stock de formules, il est depuis belle lurette épuisé…. Et aussitôt une question vient clignoter dans mon cerveau arborescent : mais c’est qui cette lurette ? Il s'agirait en fait, dixit the web, d'un mot inventé, un hybride entre belle et heurette, heurette signifiant « une petite heure », ce qui est pour le moins étrange, si on considère que toute heure est censée avoir la même durée. En temps en tout cas, mais peut-être pas en sensation de temps. On sait bien qu’une heure de plaisir passe bien plus vite qu’une heure de galère, une heure à la plage passe certainement plus vite qu’une heure sous les bombes, pour peu qu’elles tombent à côté. Il en va donc sans doute de même pour les années, aussi pourrions-nous penser que si nous avons l’impression que « ça » passe de plus en plus vite, c’est que tout ne va pas si mal pour nous finalement. Aussi pourrait-on se souhaiter tout pleins de belles lurettes, non ? Pour ma part, j’aurais tellement de choses à souhaiter concernant le sort de l’humanité, que je préfère me taire et laisser la parole aux poètes.

Cathy Garcia

Lecture d’extraits de textes de la revue.

Les efforts de dizaines d’années étaient annulés en quelques semaines, l’État, déjà instable depuis toujours, s’était effondré en quelques semaines, la stupidité, la cupidité, l’hypocrisie régnaient tout à coup comme aux pires époques du pire régime, et les hommes au pouvoir œuvraient à nouveau sans scrupules à l’extirpation de l’esprit. Une hostilité générale à l’esprit, que j’avais observée depuis des années déjà, avait atteint un nouveau paroxysme répugnant, le peuple, ou plutôt les masses populaires étaient poussées par les gouvernants à assassiner l’esprit et excitées à se livrer à la chasse aux têtes et aux esprits. Du jour au lendemain, tout était à nouveau dictatorial, et, depuis des semaines et des mois, j’avais déjà éprouvé dans ma chair à quel point on exige la tête de celui qui pense. Le sens civique des braves bourgeois, bien décidé à se débarrasser de tout ce qui ne lui convient pas, c’est-à-dire avant tout de ce qui est tête et esprit, avait pris le dessus, et tout à coup, était à nouveau exploité par le gouvernement, et pas seulement par ce gouvernement d’Europe. Les masses, esclaves de leur ventre et des biens matériels, s’étaient mises en mouvement contre l’esprit. Il faut se méfier de celui qui pense et le persécuter, telle est la devise ancienne selon laquelle on se remettait à agir de la manière la plus atroce. Les journaux parlaient un langage répugnant, ce langage répugnant qu’ils ont toujours parlé, mais qu’au cours des dernières décennies ils n’avaient au moins plus parlé qu’à mi-voix, ce à quoi ils ne se croyaient tout à coup plus tenus : presque sans exception, ils jouaient les assassins de l’esprit, comme le peuple et pour plaire au peuple. Pendant ces semaines-là, les rêves d’un monde voué à l’esprit avaient été trahis, livrés à la populace et jetés au rebut. Les voix de l’esprit s’étaient tues. Les têtes étaient rentrées dans les épaules. La brutalité, la bassesse et la vulgarité régnaient désormais sans partage. Ce fait, s’ajoutant à la stagnation de mon travail, n’avait pu qu’entraîner une profonde dépression de tout mon être et m’affaiblir d’une manière qui, pour finir, avait provoqué la pire crise de ma maladie.

Thomas Bernhard in Vomissons

*

le bal des mousses


 

dix fois ils l’ont dit

ce sera ce soir,

sur le quai le néon les accostent

bientôt la fête sans limite recouvrira le pont ligné

le même souvenir pour tout vêtement

go, dérive frôlante

petit bout de planète entre les îles

au ras des rochers amers

des falaises de safre,

à la proue, des chapiteaux à la place des têtes

au corps, des blessures et leurs miroirs

et puis martingale,

le ciel dégagé sans les capitaines

le corps de la mer grand ouvert avec ses livres et ses plans,

fini, ce qui en eux n’a pas d’âge

ce qui portait un nom trop lourd pour eux

*

nous autres les derniers apôtres

nous penchons vers la concision

nous tendons vers le grain qui contient toutes les époques

alors l’enfant,

quand ton regard postule la durée et ses pensées errantes

le corps accourt au bout de nos ongles

creuser serait le programme

mais les doigts engourdis le savent, on ne trouvera rien

la découverte viendra d’en haut

des branchages fouetteurs

je te le dis, faire un feu au-dessous avec le bois de nous

et tu découvriras ce que tu cherchais

dans les signaux tombés des arbres

les clous tombés des textes

- la plaine dans le buisson

le buisson dans l’épine

la symphonie dans un harmonica,

elle est là, ton image mêlée à la nôtre

de quoi nous laisser croire

que nous avançons dans les deux sens

et nous guettons, les yeux clos

nous aimons ça, avoir du mal à suivre

*

Jacques Allemand in « Le tremble au cœur autour »

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12/01/2017

 



RETOUR



Haut de Page

 

 

 

Christian Saint-Paul signale la parution aux éditions Bruno Doucey et Sous La Lime avec la collaboration du Musée Paul Valéry de Sète, d’un C.D. :

« Roula Safar chante Paul Valéry » (21,50 €).

Le projet d’enregistrement d’un CD d’œuvres de Paul Valéry par la chanteuse et musicienne Roula Safar a été proposé par Maïthé Valès-Bled, conservatrice du Musée Paul Valéry de Sète, et directrice du festival Voix Vives de Méditerranée.

Trois artistes ont contribué à la réalisation de ce projet :

Roula Safar, mezzo-soprano, guitare et percussions

Michel Maurer, piano et piano Baschet

Ghislain de Fonclare, récitant


 

Le CD rassemble un choix de poèmes de Paul Valéry, dits et surtout chantés, avec un accompagnement au piano ou à la guitare et aux percussions. Ce choix comporte en particulier « L’ange », des extraits de « La Jeune Parque » et de divers recueils de Paul Valéry, tels que Album de vers anciens, Charmes, Poésie perdue, et Corona et Coronilla, textes d’époques et de styles différents.


 

La plupart des mélodies qu’on entendra dans ce CD proviennent des poèmes mis en musique pour voix et piano au XXe siècle :

Le vin perdu, Les pas et l’Abeille, par Pierre-Octave Ferroud (1900-1936),

La Fausse Morte, L’Insinuant et Le Sylphe par Federico Mompou (1893-1987),

Le Bois Amical et La Ceinture par Henri Sauguet (1901-1989).


 

À ces mélodies « classiques » s’ajoutent les textes que Roula Safar a, elle-même, mis en musique pour voix, guitare et percussions (ses « instruments de troubadour ») extraits de Profusion du soir, de La Jeune Parque et du Cimetière Marin.


 

Les poèmes et la prose poétique qui composent ce CD évoquent successivement la mer, l’amitié, la figure d’Orphée, inspiré par les dieux pour construire le monde des hommes ; l’affrontement des forces qui déchirent Paul Valéry, conscience et passions, telles que La Jeune Parque les met en scène ; l’amour, présent dans La Fausse Morte, la mort, enfin, présente dans le dernier poème, et que l’on regarde de loin, non sans délectation, dans Le Cimetière marin, où la mer ne vient mourir au rivage que pour se renouveler.


 

Chez Paul Valéry on ne meurt jamais tout à fait : l’homme est toujours sur le chemin de la renaissance.

Diffusion de « Le cimetière marin ».

*

« Le jour se lève, il faut tenter de vivre » écrivait Paul Valéry.

Tenter de vivre, et dignement, est la revendication précisément d’un collectif qui publie aux éditions Flammarion un petit livre (3 €) « On vaut mieux que ça ».

« La société de demain, celle du « on », n’est que le prolongement, la généralisation de ces gestes que tout le monde effectue au quotidien. Et pas la dictature des experts, des graphiques, des chiffres, d’une croissance ou d’une dette qui ne sont qu’illusions.

La société de demain, c’est cette communauté d’êtres humains qui font au mieux pour vivre en harmonie avec les autres et avec leur environnement.

Cette société existe déjà. »

Le « on » devient une force créatrice.

« Si ne pas se satisfaire du monde comme il va, c’est être jeune, eh bien soit, nous sommes jeunes et souhaitons le rester ! Nous endossons ce rôle, mais attention : de ces jeunes-là, il y en a beaucoup, certains ont même des cheveux blancs. »


 

Lecture d’extraits.

*

Revenant sur la parution du livre de Francis Ricard « Arthur Rimbaud poste restante Marseille » (éditions Hors limite, 78 pages, 12 €) Saint-Paul signale la publication aux éditions de Bussac, collection « des voix méconnues » de « Mon frère Arthur » d’Isabelle Rimbaud.

Lecture d’une lettre de la sœur du poète.

*

Cuba s’acheminant vers la fin de son embargo et vers un tournant de son régime, l’émission est ensuite consacrée à trois poètes cubains, dissidents et qui ont connu les geôles castristes. Il n’est pas possible d’oublier que la dictature castriste a emprisonné et même, exécuté des poètes.

 

Raúl Rivero (1945 - ) est un poète et journaliste cubain, connu pour son agence de presse Cuba Press, son arrestation lors du Printemps noir de Cuba en 2003 et sa condamnation pour activités subversives par la justice cubaine.

Raúl Rivero est né à Morón, province du Camagüey, en 1945. Il fait des études de journalisme à l'Université de La Havane et commence à écrire articles et poèmes. Si bien qu'en 1967, il reçoit le prix David pour son recueil de poèmes Papel de hombre (Rôle d'homme) et en 1969, le prix Julián del Casal pour Poesía sobre la tierra (Poésie sur la terre), tous deux décernés par l'UNEAC (Unión Nacional de Escritores y Artistas de Cuba ou Union nationale des écrivains et artistes de Cuba), organe suprême chargé de veiller sur la vie culturelle cubaine.

Il entre ainsi à « Cuba Internacional », revue de l'agence officielle cubaine Prensa Latina, où il travaille au service international. Il est alors nommé correspondant à Moscou de 1973 à 1976. De retour à Cuba, il commence à travailler pour L'UNEAC comme secrétaire aux relations publiques. Il est alors soutenu par le poète Nicolas Guillen, président de l'organisation.

Il rompt avec le régime à la fin des années 1980 et affiche une liberté critique. En 1992, avec trois autres journalistes, Yndamiro Restano, Nestor Baguer et Rafael Solano, il fonde le Club de la presse de Cuba puis en septembre 1995, la petite agence indépendante, Cuba Press.

En 1997, il reçoit le prix international de Reporters sans frontières pour son travail comme directeur de l'agence indépendante et son attitude en faveur de la liberté de la presse. Malgré les risques, il continue donc d'écrire avec acharnement dans cet appartement de Centro Habana.

Le 20 mars 2003, lors du Printemps noir de Cuba, il est arrêté puis, le 7 avril, condamné à une peine d'emprisonnement pour avoir réalisé des activités subversives visant à porter atteinte à l’intégrité territoriale de Cuba. Une campagne internationale se déclenche pour alerter sur son cas et obtenir sa libération. Selon le journaliste Maxime Vivas, Amnesty international et d'autres acteurs de cette campagne se font les relais d'informations mensongères sur sa situation, prétendant par exemple que le détenu serait soumis à des conditions d'incarcérations très dures et qu'il aurait perdu beaucoup de poids.

En novembre 2004, il est libéré de prison, et explique avoir seulement souffert du chant d'un grillon la nuit.

En traduction française, il a fait paraître :

Mandat de perquisition. Éditions Al Dante (2003)

Souvenirs. Gallimard (2004)

Lecture d’extraits de « Mandat de perquisition ».



 

Douleur et pardon



 

A présent je fais le vœu de tout pardonner

pour nettoyer mon cœur fatigué

qui ne peut faire face qu’à la fatigue de l’amour.


 

Je veux par conséquent que les coupables directs de mes accès de furie

les artisans patentés de mes peines

soient déclarés innocents après que j’aurai signé ce poème.


 

Je n’ai rien contre ceux qui m’ont rendu la vie impossible

mon unique et pauvre vie passagère

pour atteindre la gloire et vivre dans leur vaine géographie.


 

Compréhension et complicité face aux douces jeunes filles

déguisées en sorcières

qui me laissaient abandonné en ville en pressant mon chapeau comme un torchon.


 

Acquittés les diffamateurs et les idiots

oubliés les policiers qui m’ont harcelé

effacés de ma mémoire ceux qui ont envahi ma maison avec

un mandat de perquisition.


 

Dans les limbes d’une autre constellation

celui qui a signé l’ordre

et ordonné les punitions.


 

Un peu plus loin

celui qui a poussé ma fille Cristina loin de sa patrie

et qui m’a fait perdre la raison.


 

De toutes ces peurs et de toute cette anxiété

de cette saison de décombres et de lueurs

les coupables sont les jours de la semaine.


 

Ces lundis au fil du rasoir

les mardis émoussés, neutres et tenaces

le mercredi avec ses infules de pont rouillé.


 

Le jeudi avec un air d’étranger

le vendredi et ses rivières de vanités

le samedi traître et couvert.


 

Les dimanches puérils et vides.


 

Ce sont eux, sans doute, les coupables

obstinés à maintenir en servitude

Notre Père Temps Eternel

qui à présent organise ma vieillesse

pour que j’oublie.

*

C’est ensuite le livre de poche de la collection Poésie des éditions Buchet Chastel (140 pages, 10 €) qui est cité :

Voix contre la peur

de RICARDO GONZALEZ et de Maria CRUZ VARELA

Traduit par Jacobo Machover préface de Raùl Rivero pour la partie Ricardo Gozàlez Alfonso

Ce recueil, qui regroupe les poèmes de deux auteurs cubains traduits pour la première fois en français, témoigne de la situation des opposants au pouvoir à Cuba : Ricardo Gonzalez Alfonso qui fut longtemps en prison près de La Havane et Maria Elena Cruz Varela qui a été libérée après deux ans de cachot.

La poésie est intemporelle, mais parfois la publication d’un livre est urgente. C’est le cas ici. Aux raisons esthétiques la vie ajoute parfois ses propres impératifs… Ce recueil regroupe des poèmes de deux auteurs cubains : Ricardo Gonzàlez Alfonso fut en prison près de La Havane de longues années ; Maria Elena Cruz Varela a été libérée après deux ans de cachot. On déplore encore dans ce monde des prisonniers politiques dont la seule faute est de déplaire au pouvoir.
Bien sûr, nous publions ces vers, explique l’éditeur, pour leur beauté, pour leur force, mais également pour le bonheur du lecteur. Que cette publication puisse contribuer à la libération de Ricardo et des autres intellectuels emprisonnés à Cuba est notre vœu le plus cher.

Au cours des années 90, marquée par la période dite “spéciale” d’ouverture relative de l’île vers l’extérieur, apparaissent de petites agences de presse indépendante où circule l’information hors du traditionnel contrôle de l’État. Cuba Press, que codirige l’ancien journaliste de la télévision officielle Ricardo González Alfonso fait partie de ce réseau. Ces nouveaux journalistes indépendants ne peuvent néanmoins proposer de publications, l’accès à l’impression restant très sévèrement réglementé et les imprimantes individuelles, interdites.

Ricardo González Alfonso parvient tout de même à franchir le pas, en décembre 2002, lorsque paraît le premier exemplaire de De Cuba. Doté d’une pagination fournie, ce bimestriel doit se contenter d’une diffusion confidentielle dans les milieux de la dissidence, mais l’intérêt du lecteur est là. La revue aborde, en effet, des sujets ignorés par la presse officielle, tels que le racisme à Cuba ou le projet Varela. Cette campagne, lancée en 2002 par le dissident et Prix Sakharov Oswaldo Paya (décédé le 22 juillet 2012) avait recueilli plus de 11 000 signatures sur l'île pour réclamer des changements démocratiques par la voie constitutionnelle.

De Cuba est la première revue indépendante publiée sur l’île depuis l'arrivé de Fidel Castro au pouvoir. Deux exemplaires de cette revue ont vu le jour avant que son directeur, Ricardo González Alfonso, ne soit condamné le 7 avril 2003 à vingt ans de prison pour ‘‘actes contre l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Etat".

La coïncidence de cette initiative et du lancement de De Cuba ébranle un gouvernement qui tolère mal la contestation. Un autre numéro de la revue paraît en février 2003. Alors que la troisième édition est en préparation, la main du régime met fin à un timide vent de libertés. Le 18 mars 2003 advient le “Printemps noir”, au cours duquel 75 dissidents sont arrêtés dont Ricardo González Alfonso. Condamné à vingt ans de prison pour “espionnage” et “atteinte à l’indépendance et à l’intégrité territoriale de Cuba”, le journaliste est finalement libéré le 13 juillet 2010, en contrepartie d’un exil forcé. Il vit depuis à Madrid.

María Elena Cruz Varela est née le 17 août 1953 à Colón, Cuba. Journaliste, poète et écrivaine cubaine. Chef de file du groupe dissident cubain Criterio Alternativo. Condamnée par un tribunal cubain à deux ans de prison.

Elle abandonna Cuba en 1994 et vécut un temps en Espagne, avant de rejoindre les USA. Aujourd’hui elle est retournée en Espagne pour vivre à Madrid.

Lecture d’extraits.

Témoin

A Lorenzo Enrique, compagnon de cellule

Noir, le rire

en croissant de lune

proxénète des étoiles

rufian de l’aurore

il était

le plus habile

tricheur de l’asphalte.


 

Plus tard il voulut traverser l’horizon

changer de métier,

mais ce fut son destin qui changea.


 

Jugé comme apprenti pirate

il ne fit aucun cas de la sentence :

incrédule de profession

jamais

jamais il ne crut

aux rois mauvais.


 

Lorsque l’on vint ouvrir le cachot

il était absent

loin de l’aurore et des étoiles.

Je lui donnai une tape

de toute mon âme

sur l’épaule

puis je le vis partir

mort

vers la mort.

*

Le chant du captif

 

A Alida

La mémoire ne connaît pas de distances :

ta présence

et ton absence

captivent

le captif.


 

Les souvenirs sont tangibles

si j’invoque ton nom

et les murailles sont translucides

si tu souris.


 

Ta joie est ma lumière.


 

Ton amour

est le miracle

quotidien

que me donne Dieu.

*

Après l’Apocalypse


 

A mes compagnons condamnés et détenus à la prison de Kilomètre 8


 

A cet instant infini

avec la tendresse indemne

avec le courage invaincu

même

entre quatre murs

cardinaux

le désespoir

et l’espoir

me révèlent

deux sentiers

semblables

et je coule

dans un univers

de vers.

Alors

j’ai une vision

pathétique :

de l’horreur à l’effroi

du chant au désenchantement

je me réincarne

dans mes cantiques

de captif

et je frémis

de toute mon âme.


 

Puis

j’ai une vision

poétique :

je contemple cette oasis céleste

au coin de l’enfer

où nous alternons

plaisirs et pleurs

vers et versets

et nous partageons

notre pain

avec des anges prisonniers

dans l’Averne.


 

De retour

aux confins de l’épouvante

je sens

la lettre et le sang

dans toute la prison.

Je doute de mes doutes

et j’aime.

*

Blessures


 

La Parque n’est guère parcimonieuse

lorsqu’elle survit en voix

en vous

comme en un art poétique

macabre.


 

Yanes coupa

et incinéra

son arbre de famille

sans en exclure

une seule feuille

un seul fils

comme une nouvelle version

libre ou esclave

de De sang-froid.


 

Il fut condamné à mort.

A une seule mort.


 

Mais l’algorithme

pénitentiaire

multiplia sa sentence :

jour après jour

on lui annonçait en bluffant

sa Parque.

Jour après jour

ils en rigolaient

il en pleurait.


 

Et sans nulle volonté de transcendance

en voix

en vous

comme dans un verset

de l’enfer

il fit de son corps

un pendule.

*

Ricardo Gozàlez Alfonso

*

L’ange à terre

Regarde. David.

Comme se cabrent les derniers chevaux du soir.

Comme ils refusent la soumission.

Comme ils acclament triomphants les trompettes voraces.

Mais je ne me souviens plus comment on arrive à nommer les choses.

C’est que je ne sais plus.

L’infamie pourrit tout ce qui est indispensable à la vie.

Et je ne suis qu’un ange de plus.

Un ange qui s’épuise. Dans la cour déchue des anges.

Regarde. David.

Comment s’agitent les chevaux du Jugement dernier.

Comment ils accourent au son triomphal de la trompette.

Ils annoncent qu’il faut fuir. N(importe où.

Peu importe le pays même un pays d’opérette.

Peu importe le projet.

Ou le mirage. Je veux seulement fuir.

M’évader des décombres du désastre intime.

Si j’arrivais à leur dénier le don de la parole.

C’est qu’ils ont tant menti.

Ils nous ont tant trahis. L’espoir est si fragile.

Elle est si fragile la Terre Promise.

Des volées d’anges prennent le chemin de l’exil.

Ils renoncent à vivre l’instant des révélations :

ils nous ont tant menti.

Je ne suis qu’un ange brisé qui roule dans le caniveau.

L’eau immonde est juste

une vérité falsifiée au milieu de tant de mensonges.

Des miettes. Je ne parviens à nommer que des miettes. C’est dur

d’avoir trente-sept ans. Et d’être un ange brisé.

Désespéré de pleurer en veillant.

*

Déclinaisons


 

Saviez-vous que je détestais nommer le cœur

dans mes poèmes

et que, s’il est exclu, le cœur se venge ?

Aujourd’hui plus que jamais je montre des déclinaisons claires.

Et je fais vœu d’humilité. J’ai une voix très douce.

Je monte sur scène en un léger murmure.

Je découvre mes faiblesses par un coup d’éclat :

y-a-t-il parmi vous, mes tendres amants,

quelqu’un qui oserait serrer jusqu’à l’étrangler

la sangle et le harnais de la bête ?

Lui faire porter une lourde charge. Lui battre les flancs.

Lui dire marche.

N’entends-tu pas les sifflements sinistres du ravin ?

*

Maria Elena Cruz Varela



 


 

 
 

 


 

 

 

 

Didier

THURIOS

 

 

 

05/01/2017

29/12/2016

 

 

 

 



RETOUR



Haut de Page

 
 
   

   

Christian Saint-Paul revient sur l’œuvre de création poétique de Jean Joubert. Il rappelle quelle fut son activité militante en poésie, son engagement désintéressé auprès des enfants. Il allait dans les classes de l’école primaire apporter la bonne nouvelle : celle de la poésie.

Et les enfants le lui rendaient bien cet intérêt qu’il leur manifestait. La profondeur de la trace qu’il laissait peut se lire dans une lettre d’une classe d’école primaire à Jean Joubert publiée dans « Jean Joubert par Michel Cosem » aux éditions du Rouergue dans la collection Visages de ce temps dirigée alors par Jean Digot.

Lecture de cette lettre.


 

Nous avons aimé tes poèmes, celui de la grenouille nous a fait rire. Tes histoires, dans les poèmes et dans les livres ne sont pas vraies, mais elles sont belles et quelquefois jolies.

Tu dois aimer les œufs ; y en a dans Pilou, dans Blouson bleu et dans la grenouille de la mare.

Tu as des poules dans ton jardin ?

Nous croyons que tu es beau, tu as des cheveux roux, avec une moustache, tu aimes les enfants.

Tu es jeune et un peu vieux, tes yeux sont noirs ou marron.

Tu as des enfants, ils doivent jamais s’embêter ; quand ta « maman » fait les pavés et qu’ils peuvent pas bouger tu leur lis une histoire.

Tu écris avec une plume d’oiseau ?

Tu nous fais rêver, moi j’ai regardé la lune cette nuit, c’est une buée dans le ciel.

Est-ce que tu connais les disques de Peter Bowman et de Keith Jarett ? Ils sont beaux, on aime les écouter.

Tu dois avoir une grande maison avec un grand bureau pour écrire et même un jardin avec beaucoup d’animaux mais pas de salades, tu as pas le temps de les faire pousser, tu peux pas tout faire...

Nous t’envoyons un gros bisou, merci et on t’aime bien.

Toute la classe


 

Lecture de poèmes de Jean Joubert


 

Tu es ce corps

et l’ombre de ce corps

et l’ombre de cette ombre

cette ombre encore

infiniment


 

jusqu’à ce centre de lumière

où se confondent

le corps et l’ombre

toutes les ombres

et tous les corps.

*

Quelques visages demeurent

comme reflets sur l’eau

de ceux qui vers nous jadis

se penchèrent,

pour nous parler, pour chercher dans nos yeux

un accord, une promesse


 

- si clairs, si nets

que l’on s’étonne

de ce ciel vide entre les arbres

et, sur le pont,

de la seule poussière.


 

D’autres encore tremblent par temps de brume,

se brouillent, se disloquent,

insaisissables presque :

ombres d’ombres pour nos regards.


 

Et tant d’autres nous abandonnent,

mêlés, sans nom, au plus noir de la terre.


 

Pour eux nous n’avons plus ni lampe ni

mémoire.

*

Christian Saint-Paul reçoit Didier THURIOS, voyageur, écrivain, poète, chanteur de rock’nd roll.


 

Il se décrit ainsi : une enfance tarnaise à taper dans un ballon rond, construire des cabanes dans les arbres, cracher des poèmes et parcourir d'un œil avide les planisphères. La musique plus tard, chant et guitare, surtout le besoin impérieux de jeter des passerelles entre littérature et riffs rock and roll.

Mais c’est le voyage qui lui rendra le véritable plaisir des mots. D’abord l’Europe et le Maghreb, l’Amérique du sud et l’Asie du sud-est, le sous-continent indien, l’Asie centrale et le Moyen-Orient, l'Afrique...

Ses vagabondages, ses immersions, ses exils volontaires, sans but ou défi à relever, donneront naissance à des carnets de route, poèmes et témoignages du monde : "Désorientales" (Le Manuscrit), "Echappée, poèmes nomades" (L’Harmattan), "Vents arabesques" aux éditions Le solitaire.


 

En 2012, il a reçu le Prix de Poésie des Gourmets de Lettres, sous l’égide de l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse.

Il vient de terminer un nouveau livre, une lettre dédiée à sa mère « Aussi sacrée que le Gange » qui sera publiée aux éditions Autrement.


 

« Désorientales » est le récit d’un voyage d’un an avec sa femme et sa fille.

Le voyage, dit-il, c’est une injonction, un besoin d’exprimer un ressenti et de garder une trace et la meilleure trace, c’est quand même le livre. Je n’aime pas la photo, avoue-t-il. Elle ment un peu la photo.

C’est juste vital, poursuit-il, ce besoin d’aller me confronter à d’autres mondes, à d’autres consciences, à d’autres morales. Je prends des congés sans solde et je dégage ce temps qui est juste salvateur. Mes voyages ne nécessitent pas beaucoup d’argent. Ce sont des voyages de pauvre, souvent semi-ascétiques dans des contrées lointaines. « Echappée (poèmes nomades » a été publié par L’Harmattan dans la collection « Poètes des cinq continents ». Ce sont des poèmes de voyage, de l’Inde à l’Europe. Ces voyages se font en immersion totale avec les gens des pays traversés, avec leurs moyens locaux de déplacement les plus économiques. Encore une fois, c’est un voyage de pauvre.

Le problème de la langue n’en est pas un. Ce n’est pas le langage qui prime. La communication passe par le regard, par un sourire, par une main sur l’épaule. C’est une communication quasi universelle.

Didier Thurios est quelqu’un qui a trouvé les moyens d’aller à la rencontre de l’humanité. Les différences auxquelles nous sommes confrontés, juge-t-il, nous permettent de casser nos certitudes, nos vérités. Il y a d’autres vérités. Chaque voyage est un voyage initiatique. Nous apprenons toujours de nous, même après de multiples voyages. C’est ce qui compte en fait.

On s’améliore. On se pose les bonnes questions métaphysiques existentielles et l’on peut juger si l’on est en phase avec soi-même. On trimballe toujours toutes ces interrogations philosophiques.

L’initiation se fait par paliers. On ne voyage pas, on est voyagé. On apprend de soi. Le quotidien dans cette forme de voyage pauvre est souvent compliqué. Les trajets sont longs, souvent harassant. On ne sait parfois où dormir. On met le corps et l’esprit en contrainte. Et forcément on découvre. On apprend aussi des côtés noirs de nous, que l’on ne soupçonnait pas. On est un apprenti en voyage. On devient certainement meilleur, sans être sage, cette notion de sagesse m’ennuie. On parvient même à se pardonner ; on s’améliore humblement dans son humanité.


 

Lecture d’extraits de « Echappée ».


 

INDE


 

Excepté


 

Excepté la fixité des choses

souverainement appesanties, la lumière

posée sur la pliure des jours

et d’obséquieux palétuviers

à caresser la vague,

sauf le miroir lunaire

dans les yeux de la mer

comme coulées de lave

sur le corps des volcans,

moins d’excentriques poissons irisés de corail

et d’improbables orgies de l’œil

dans le vert de la jungle,

excepté l’exceptionnel il reste

trois fois rien

il reste nous

baignant dans le soleil.


 

Havelock island, Andaman, mars 2004

*

Manque d’avoir


 

Devant nous l’absence de traces

ivresse horizontale des profondeurs,

pas à pas inventés des jours

qui croissent décroissent

décident parfois ;


 

Le temps présent absolu conjugue

d’aléatoires nuits sans tain

à ces jours incertains

nous marchons dépouillés

sur le ventre du monde ;


 

Il faut manquer d’avoir

pour ne pas manquer d’être

au luxe d’être pauvre

l’immanence des choses effleurée de nos doigts,

des citadelles à prendre que nous cueillons.


 

Chennaï, Inde, avril 2004


 

*

Souviens-toi


 

Souviens-toi des coulures du soir

quand les derniers spasmes secouaient la ville,

arabesques oblongues qui dansaient sur la dune,

l’haleine chargée du fleuve

sa courbe sensuelle,

il faudra que tu te souviennes

la terrasse où claquaient des tablas et

saignait un sitar,

ces ruelles sombres et torrides gorgées comme des fruits mûrs

et de ces ghat brûlants abandonnés aux âmes,

il faudra que tu te souviennes,

les morts piquaient nos yeux jusque tard dans la nuit

et nous ne dormions pas,

l’air était si épais,

nous regardions les barques glisser entre les corps

et nous étions heureux

souviens-toi…


 

Bénarès, Inde, mai 2004

*

Momo shaphali thupka gyathuk chowmein

exhalés de la petite rue aux échoppes

brinquebalantes

dont on ne sait par quel miracle elles tiennent encore debout

gargotes de poupées

la tête inexpressive mais néanmoins amicale de la vendeuse de thé

au croisement cinétique d’exhalaisons nocturnes

nous couperons par le brouillard

des pentes fildeféristes

*

Là-bas résonnent les oraisons funèbres

les cloches teintées mâtinées de la bienséance

coutumière

le cor annonçant la curée et quelques basses messes

qu’il sied à tout un chacun de ne point manquer

là-bas réside le pouvoir incontestable de majorités

effectives gorgées de silencieuses paroles

*

Tout cela semble si éloigné si indéfinissable

je sais à présent où descendent les ombres

reposent de furtives étoiles

trajectoire fulgurante de fleurs fanées

ne pas dévier

je ne dévierai pas

de la course aléatoire des astres

*

Darjeeling, Inde, juillet 2004

*

A propos de Bénarès, Christian Saint-Paul évoque la figure de Chantal Maillard, poète espagnole de Malaga qui a longtemps séjourné aussi à Bénarès et qui en a aussi rapporté un livre de poèmes : « Hainuwele y otros poemas » (Tusquets editores, 16 €).

En mai, poursuit, Didier Thurios, à Bénarès, on procédait à la crémation de cinq cents corps. Il est impossible de ne pas se poser de questions philosophiques par rapport à la mort. C’est une ville qui chamboule, qui attire. Autour d’un bûcher, je n’ai jamais vu quelqu’un pleurer. La mort est gaie. On voit des vieux qui ont traversé le pays à pied et qui, assis en tailleur au bord du Gange, attendent la mort. C’est pour eux un gage d’avenir meilleur.

Maurice Blanchard a écrit « La poésie et la vie sont intimement nouées ; le poème écrit le poète. » Cela correspond à la posture de Didier Thurios. Ecrire un poème est quasi physiologique. « Pour écrire un poème, il faut recommencer sa vie, toutes ses vies » constatait Blanchard qui, poussait cette conclusion à son paroxysme puisqu’il avouait : « si j’écris, c’est pour ne pas me tuer. C’est ma transfiguration à moi. » A cela, Didier Thurios ajoute cette pensée de Marcel Jouhandeau : « vivre, c’est naître sans cesse. »


 

Lecture d’extraits de « Vents Arabesques / De Smyrne à El Fayoun ».


 

TURQUIE


 

EGRIDIR


 

Vingt-trois ans déjà et le souvenir diffus d’un séjour hors du temps.

Têtes de pêcheurs taillées à la serpette, poissons exubérants et le calme plat surtout, cette impression que rien ne pouvait véritablement bousculer les lieux.

Peu de choses ont changé, comme si l’eau douce et un vent irascible avaient bouté les promoteurs jusqu’à la côte...

Main fermée posée sur l’onde, la presqu’île

guette la moindre brise,

escortée de canards au sillage parfait.

Toujours ce turquoise sidérant à

perte de sens,

à contre couleurs,

parfois ces barques multicolores

à la coque tremblante n’attendant

qu’une œillade mouillée du pêcheur

pour aller s’égailler.

Gosses ruisselants et piailleurs

fracassant en splatches assourdissants

le grand silence blanc.


 

Puis soudain, à écorcher l’âme,

le souffle du muezzin,


 

à la bascule du jour.

**

La nuit un vent frontal sème de vastes araignées à la surface du lac. Toute une vie qui s’agite au royaume des ombres, un monde parallèle qu’on devine et qu’on frôle, dans le meilleur des cas, mystérieux et hermétique. Même le contour des montagnes semble osciller, se détacher du halo céleste. Comme si les éléments, pris d’une espèce de pudeur magnétique, ne s’autorisaient plus dorénavant que le mouvement nocturne, fermaient rageusement, définitivement la porte à l’entendement.

**

Moiteur. J’entends au loin une musique tirée

du fond des âges, racée, élégante,

le pépiement facétieux des sous pentes,

chaque bruit, chaque son touche à

vivifier l’âme,

chaque péripétie du jour réveiller

l’ombre de mon ombre,

me désempêtrer de mes peaux,

réenfanter celui qui dormait il y a peu

dans un clair-obscur.


 

Mue. J’entends au loin la musique

dans le dedans,

notes récurrentes et enfouies

sevrées d’oreilles,

cet autre moi délesté d’auditoire,

de fenêtres à franchir et

d’océans à rêver,

de sentiers à convaincre.


 

Peau éponge. Corps girouette aux quatre vents.

Un rien suffit à ça. Sortir de soi. Renaître à soi. Retrouver le mouvement.

Aboutir.

*


 

SYRIE


 

ALEP


 

Citadelle pendue aux lèvres de ciel

des pigeons écrèment le parvis

soyeux des mosquées, il n’y a plus

guère d’ombre que dans l’âme humaine.


 

Fraîcheur fugace des souks,

au coude à coude mules et

Toyotas braient d’une même

impatience, l’histoire a creusé des ravines

sur la peau parcheminée des vieillards

(les femmes elles-mêmes résident à mi-chemin).


 

Fourmilière humaine agitée de

toutes parts,

l’ostentatoire est de mise,

des oraisons d’épices et de baklavas,

fumées obliques de kebabs,

bijoux découpant

la poussière sage des ruelles…


 

Percement épisodique de lumière.

Des gosses ployés happent de

frêles instants d’accalmie,

parviennent à s’enfuir l’espace d’un regard.


 

On se perd dans les limbes

d’une aurore parallèle.

*

Al Raqqa


 

Comme si la terre en lambeaux

avait sassé la lumière,

si les couleurs s’étaient diluées

dans l’Euphrate.


 

Il n’y a plus de contraste

ne subsiste qu’une ébauche de ville,

l’esquisse avortée d’un

semblant d’avenir.


 

A trois heures de l’après-midi

pas l’ombre d’un sursaut, les humains

ont quitté les murs pour d’autres

chimères, emportés eux aussi par

un long fleuve d’ennui.


 

Le temps manque d’assurance.

*

Vers Deir Ez-Zor


 

De part et d’autre l’Euphrate

jette des langues de verdure,

coups de canif dans le djebel

aux teintes silencieuses.


 

Que l’on s’écarte à peine de la rive et

le désert reprend ses droits.


 

Temps de révolte, temps de récolte.

Femmes chevauchant de minuscules

ânes bâtés émergeant des chemins,

bariolées et opiniâtres.


 

Quelques enfants pouilleux

assis sur le cuivre du pisé.

*

Le désert est une mer où

se mirent les âmes

on y trouve des humains

qui n’en ont plus trop l’air

des vivants au regard bleu

qui parlent aux étoiles

plus attachés au vent que

des ailes d’oiseaux,

il est des hommes hors espace

hors du temps que les sirènes plastiques

n’ont pas su démembrer,

plus amoureux du ciel

qu’une pincée de nuages

les Bédouins se rappellent

le sel des caravanes

les soieries de Lanzhou et

les vins libanais

les épices des Indes et

les brocarts de Perse,

il est des hommes debout qui

du matin au soir

ne désirent rien d’autre

que contempler les dunes.

*

LIBAN


 


 

A Baalbek, ceux qui consomment du voyage comme une boisson gazeuse,

(ceux qui ont vu avant de voir, ceux qui savent avant de savoir, les rois de l’ellipse et du condensé, du trois en un et du résumé, ceux pour qui cabotage ou flânerie sont des mots obsolètes, les boulimiques de visas, les sourds et mal voyants, ceux qui élaborent échafaudent développent tranchent assènent enseignent directivent, les champions du survol et de la glisse, ceux qui pensent que l’élégance est forcément une question de vestimentaire, les fashionables high-tech avec en guise de doudou mobile computer Ipod, les vingtenaires surdiplômés, internetisés, science infusés, les vieux cons faussement empreints de sagesse, les aventuriers de la charentaise, ceux qui tiennent la Terre dans leurs mains jusqu’au jour du cancer, ceux qui ont oublié de ne pas oublier qu’ils sont faits – aussi - d’urine et de merde, ceux qui ne voient dans l’autre que des sparring-partners, qui passent à travers ou qui rebondissent, les fous de la performance et du record auto homologué, les héliocentrés égocentrés nombrilisés, ceux qui n’ont pas appris à douter, d’autres encore, il y a tout ça en raccourci sur les routes du monde, plus quelques types un peu en colère qui persistent à croire qu’il reste encore du rêve et de l’amour à moudre)

ne se bousculent pas au portillon.

*

Peut-être en filigrane

derrière l’aube insoumise

ce point cardinal sur la carte du souvenir,

le pouvoir d’émerveillement.

Ce sentiment de liberté ne nous est pas inconnu,

il suffit de le puiser au delta de l’enfance,

avant la grande dilution.


 

L’errance nous restitue.

*

JORDANIE


 

Le désert n’est pas le désert. Celui dont je parle n’est pas l’autre, l’absence de tout, le vide révolté soufflant sur des braises mortes. Le vrai désert, ce qui nous ravine et nous déconstruit, c’est l’oubli du temps présent, l’incertitude d’être.


 

Chercher l’issue ne dispense pas de tolérer la tenaille du temps. Ni de souscrire aux vents arabesques.

*

EGYPTE


 

LE CAIRE


 

Tour du Caire


 

Je suis allongé sur le dos,

quelques morceaux de verre

dans les trouées d’un gommier,

des perruches caméléon

crachées en pointillé et un

busard audacieux qui

brasse l’air tel un

ventilateur de chambre,

je perçois par instants des klaxons

venus du pont de Zamalek,

la tour du Caire ne va pas

tarder à masquer le soleil,

je dois être là depuis plusieurs heures,

immobile et souriant aux

trouées de l’arbre,

dans la cacophonie des volatiles,

dans la chlorophylle de ce parc

dont j’ai sauté les grilles,

parfois mes yeux se brouillent

inexplicablement,

je ne bouge pas d’un cil de

peur que ça s’arrête,


 

et je pense à ces perruches qui l’air de rien

ont compris tout ça depuis longtemps.

*

A l’évocation d’Alep, l’émotion est forte et tous les participants à l’émission de radio ont une pensée fraternelle pour le peuple d’Alep.


 

Didier Thurios continue ses explications. J’ai retrouvé par rapport à l’Inde plus d’humain. En Inde, c’est plus compliqué d’entrer dans une maison, d’y être accueilli. Au Moyen-Orient, c’est immédiat. L’hospitalité est incroyable. Ces peuples sont magnifiques. Et le désert renvoie à soi-même. Le désert parle de toi, tu le ressens très fort.

A Raqqa, chez des gens adorables qui m’avaient reçu, avec lesquels j’avais conversé et bu toute la nuit, au matin, j’ai eu une surprise : mon hôte me dit en me montrant ses beaux enfants qu’ils auront bientôt l’âge de franchir la frontière avec une belle ceinture autour de la taille pour les Américains ; et il lui ressert un verre de whisky. C’était une famille du Hezbola prête à sacrifier ses enfants. Et il y avait beaucoup d’amour entre les enfants et leurs parents. Choquant !

Le voyage, c’est ça. Moi, j’étais accepté parce qu’ils sont curieux de nous, occidentaux, curieux de l’étranger, et toujours hospitaliers. C’est un pilier de l’Islam, l’hospitalité. Je l’ai connue avec les Talibans. Ce contraste fait partie de l’enseignement du voyage.

La poésie dénonce et transcende ce que le voyage nous montre.


 

« Je reverrai le jour, car je tracerai inlassablement le chemin » certifiait Maurice Blanchard.

Didier Thurios va repartir et tracer inlassablement son chemin.

Nous saurons le retrouver pour lire ses carnets de route.


 


 

 

RETOUR